Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Remaniement ministériel : gouvernement de combat ou équipe de campagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie : accord fragile, situation humanitaire précaire

En savoir plus

TECH 24

Épiderme 3D, actrice bionique : la tech à fleur de peau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris est-elle vraiment une fête ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Chute des bourses : le spectre de 2008 plane sur les marchés

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Nabil Ayouch

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Primaires américaines : que proposent les candidats ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : le fantôme de Franco hante toujours l’Espagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ludovic Tézier dans "Il Trovatore" de Verdi à l'Opéra Bastille

En savoir plus

Moyen-orient

À Jérusalem, un fossé pour séparer un quartier juif d'un village palestinien

© Deror avi / Wikimedias | Le quartier French Hill à Jérusalem

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/09/2013

À quelques semaines de l’élection municipale à Jérusalem, l’insécurité est un thème de campagne. À tel point qu’une tranchée a été creusée aux abords d’un quartier de la ville pour empêcher les habitants d’un village palestinien d’y pénétrer.

C’est un fossé qui s'étire sur quelques centaines de mètres. Dix ans après la construction du mur de séparation entre une partie d’Israël et des territoires palestiniens, la municipalité de Jérusalem a décidé de creuser une tranchée entre le quartier juif dit du French Hill à Jérusalem-est et le village de Isawiyah, rapporte le journal israélien Haaretz dans son édition du vendredi 13 septembre. L’objectif ? Accroître la sécurité de la population juive face à la délinquance et la menace terroriste. L’insécurité est en effet devenu un enjeu incontournable de l’élection municipale du 22 octobre prochain.

"Nous avons un réel problème. Il n’y a pas de séparation physique et le niveau d’hostilité est très élevé", déplore dans les colonnes d'Haaretz Avner Blankstein, membre du conseil municipal du quartier de French Hill.

Incendies criminels, cambriolages, vols de voitures, harcèlement sexuel sont quelques-uns des maux dont souffrent les habitants du quartier de French Hill et qu’ils imputent aux Palestiniens du village voisin de Isawiyah. Après avoir renforcé le dispositif de vidéosurveillance, l’éclairage public, la mise en place d’un comité de surveillance de quartier, la municipalité a donc franchi un cap supplémentaire en creusant ce fossé. Même s’il n’empêche pas totalement les Palestiniens de se rendre dans le quartier en question, il limite de manière significative le passage des véhicules.

"Il y a une grande haine envers Isawiyah"

"C’est la démonstration qu’il y a une grande haine envers Isawiyah dans le quartier de French Hill, regrette Darwish Darwish, le maire du village palestinien. "Nous étions là avant eux et ils ont construit le quartier sur nos terres. Jadis les résidents étaient amicaux mais aujourd’hui ils ont changé et maintenir un bon relationnel avec leurs voisins ne les intéresse plus".

Mais cette tranchée est aussi loin de faire l’unanimité dans la communauté juive. À quelques semaines de l’élection municipale, ces travaux ont relancé la bataille pour le fauteuil de maire. Yosef Alalu, candidat à la mairie de Jérusalem, a rappelé dans les colonnes de Haaretz qu’"un fossé et un remblai ne pouvaient régler un problème de sécurité, bien au contraire". "Les habitants du village se sentent insultés encore et encore et se demandent si après cet amas de boue il y aura une clôture de séparation. Une de plus. Ce talus invite simplement à davantage de violence (…)".

Face à ces critiques, la municipalité de Jérusalem a répliqué en mettant en avant dans un communiqué qu’elle avait "décidé de réaliser un certain nombre d’opérations pour renforcer la sécurité et aider la police à réduire le nombre d’incidents violents dans le quartier". Et de conclure : "Le résultat de cette action coordonnée de la municipalité et de la police a permis de faire baisser le nombre d’incidents et d’améliorer la sécurité". 

Première publication : 15/09/2013

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    "Abbas et Netanyahou veulent un processus de paix sans y croire"

    En savoir plus

  • CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN

    Israël - Palestine : le pessimisme de Charles Enderlin

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Les ultra-orthodoxes juifs disent "non" au service militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)