Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

FRANCE

Syrie : Hollande brandit toujours la menace de sanctions contre Damas

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/09/2013

Lors de son intervention sur TF1, le président français a indiqué que la menace de sanctions à l’égard du régime d'Assad était toujours d’actualité en cas de non respect de l’accord concernant la mise sous contrôle des armes chimiques syriennes.

Il s’est d'abord félicité de l’accord conclu ce week end sur l’arsenal chimique de Damas. Dimanche soir, lors de son intervention télévisuelle sur TF1, le président François Hollande s'est dit satisfait de l'accord américano-russe concernant la mise sous contrôle des armes chimiques syriennes.

"La pression, qui a été donc suffisamment forte, a convaincu la Russie et Poutine de prendre une initiative, et c’est tant mieux", a-t-il déclaré face à la journaliste Claire Chazal. Dans la foulée, le président a toutefois précisé que cette entente n’était pas un "point d’arrivée" mais une "étape" vers une solution politique en Syrie.

"Assad et les djihadistes sont des massacreurs"

Cet accord de Genève - qui doit maintenant déboucher sur une résolution de l'ONU - donne au régime de Bachar al-Assad une semaine pour dresser la liste exhaustive de son arsenal.

Celui-ci devra être enlevé et détruit d'ici à la fin du premier semestre 2014, un "calendrier sans doute un peu ambitieux", a reconnu le chef de l'État français.

Une résolution de l'ONU avant la fin de la semaine ?

Dès demain, François Hollande recevra le secrétaire d'État américain John Kerry et le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague à l'Élysée pour "mettre en forme cette prochaine résolution du Conseil de sécurité" qui pourrait voir le jour avant la fin de la semaine.

Et le président français a déjà donné le ton. En cas de non-respect par Damas de l'encadrement de ces armes chimiques, François Hollande n'exclut pas la possibilité de "sanctions". "L’option militaire doit demeurer [dans la résolution] sinon, il n’y aura pas de contrainte", a-t-il ajouté en rappelant que le conflit syrien était " la plus grande tragédie du début du 21e siècle".

Les réactions internationales à l'accord de Genève

Interrogé sur le fait de savoir s’il était déçu de l’absence de la France à Genève, le président a estimé, au contraire, que la pression hexagonale avait permis de débloquer la situation du point de vue diplomatique.

"Assad et les djihadistes sont des massacreurs"

"Que se serait-il passé s'il n'y avait pas eu de réactions [de notre part] ? Bachar al-Assad aurait continué à gazer ?", s'est-il défendu.

François Hollande a également insisté sur le fait que la France soutenait "l'opposition démocratique" à Bachar al-Assad, et non les "djihadistes" qu’il a comparés à des "massacreurs".

"Il faut être sûrs que ceux qui se chargeront de la transition politique soient des démocrates. On ne va pas installer au pouvoir ceux que nous considérons aussi dangereux qu'Assad", a-t-il précisé à plusieurs reprises.

Avec dépêches

Première publication : 15/09/2013

  • SYRIE

    Accord de Genève sur la Syrie : Damas savoure une "victoire"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Accord de Genève sur la Syrie : une "première étape" selon Fabius

    En savoir plus

  • SYRIE

    Accord entre les États-Unis et la Russie sur les armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)