Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FRANCE

Syrie : Hollande brandit toujours la menace de sanctions contre Damas

© FRANCE 24

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/09/2013

Lors de son intervention sur TF1, le président français a indiqué que la menace de sanctions à l’égard du régime d'Assad était toujours d’actualité en cas de non respect de l’accord concernant la mise sous contrôle des armes chimiques syriennes.

Il s’est d'abord félicité de l’accord conclu ce week end sur l’arsenal chimique de Damas. Dimanche soir, lors de son intervention télévisuelle sur TF1, le président François Hollande s'est dit satisfait de l'accord américano-russe concernant la mise sous contrôle des armes chimiques syriennes.

"La pression, qui a été donc suffisamment forte, a convaincu la Russie et Poutine de prendre une initiative, et c’est tant mieux", a-t-il déclaré face à la journaliste Claire Chazal. Dans la foulée, le président a toutefois précisé que cette entente n’était pas un "point d’arrivée" mais une "étape" vers une solution politique en Syrie.

"Assad et les djihadistes sont des massacreurs"

Cet accord de Genève - qui doit maintenant déboucher sur une résolution de l'ONU - donne au régime de Bachar al-Assad une semaine pour dresser la liste exhaustive de son arsenal.

Celui-ci devra être enlevé et détruit d'ici à la fin du premier semestre 2014, un "calendrier sans doute un peu ambitieux", a reconnu le chef de l'État français.

Une résolution de l'ONU avant la fin de la semaine ?

Dès demain, François Hollande recevra le secrétaire d'État américain John Kerry et le ministre des Affaires étrangères britannique William Hague à l'Élysée pour "mettre en forme cette prochaine résolution du Conseil de sécurité" qui pourrait voir le jour avant la fin de la semaine.

Et le président français a déjà donné le ton. En cas de non-respect par Damas de l'encadrement de ces armes chimiques, François Hollande n'exclut pas la possibilité de "sanctions". "L’option militaire doit demeurer [dans la résolution] sinon, il n’y aura pas de contrainte", a-t-il ajouté en rappelant que le conflit syrien était " la plus grande tragédie du début du 21e siècle".

Les réactions internationales à l'accord de Genève

Interrogé sur le fait de savoir s’il était déçu de l’absence de la France à Genève, le président a estimé, au contraire, que la pression hexagonale avait permis de débloquer la situation du point de vue diplomatique.

"Assad et les djihadistes sont des massacreurs"

"Que se serait-il passé s'il n'y avait pas eu de réactions [de notre part] ? Bachar al-Assad aurait continué à gazer ?", s'est-il défendu.

François Hollande a également insisté sur le fait que la France soutenait "l'opposition démocratique" à Bachar al-Assad, et non les "djihadistes" qu’il a comparés à des "massacreurs".

"Il faut être sûrs que ceux qui se chargeront de la transition politique soient des démocrates. On ne va pas installer au pouvoir ceux que nous considérons aussi dangereux qu'Assad", a-t-il précisé à plusieurs reprises.

Avec dépêches

Première publication : 15/09/2013

  • SYRIE

    Accord de Genève sur la Syrie : Damas savoure une "victoire"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Accord de Genève sur la Syrie : une "première étape" selon Fabius

    En savoir plus

  • SYRIE

    Accord entre les États-Unis et la Russie sur les armes chimiques en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)