Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

Baba Amr et Zahra, les deux quartiers ennemis de la ville de Homs

© Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par Selim EL MEDDEB

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/09/2013

Un an et demi après les féroces combats qui ont opposé l'armée syrienne et les rebelles, la ville de Homs est coupée en deux. D'un côté, le quartier sunnite de Baba Amr, abandonné par ses habitants, de l'autre Zahra l'alaouite, où la vie continue.

Dernier barrage avant Baba Amr. Au plus fort des combats, cette avenue avait été rebaptisée "route des snipers". En mars 2012, au terme d’un mois de pilonnage intensif, l’armée syrienne s’emparait de ce bastion rebelle de la ville de Homs, au centre de la Syrie. Ahed, officier dans les forces spéciales, a participé à la bataille finale.

"Les groupés armés s’étaient retranchés de ce côté pour fuir les militaires, qui avançaient par ici", raconte l'officier, en montrant des bâtiments en ruine,en partie détruits. "Les combats étaient très durs. Ils utilisaient toutes sortes d’armes lourdes".

Il y a quatre mois, ce jeune officier alaouite a perdu son père, tué au combat lors du siège de Qousseir. Dévoué corps et âme à la cause loyaliste, il veut croire à un retour à la normale, malgré l’état du quartier.

"Que tous ceux qui veulent rentrer chez eux le fassent", poursuit Ahed. "Leurs maisons sont toujours là. Ils peuvent revenir et vivre dignement. L’armée syrienne leur apportera de l’eau, de la nourriture et tout ce dont ils ont besoin".

Un appel resté jusqu’ici lettre morte. Baba Amr la sunnite a des allures de ville-fantôme. À Homs, le nombre d’habitants a été divisé par cinq depuis le début de la crise. La population restante se concentre dans les quartiers loyalistes protégés par l’armée.

Zahra, le quartier alaouite où la vie continue

Dans le quartier à majorité alaouite de Zahra, les habitants ont érigé un mur pour se protéger des tirs des snipers. Malgré cela, les rebelles, qui se trouvent à moins de deux kilomètres, parviennent encore sporadiquement à atteindre le quartier.

"Ici c’est l’impact de balle d’un tir de sniper. Ils visent ceux qui viennent faire leur courses", montre Alexander Hussein el-Qassem, employé dans un magasin, situé non loin du mur. "Avant, quand les gens voulaient traverser la rue, on accrochait des rideaux en tissus pour les protéger", se souvient-il. "Mais les snipers voyaient leur ombre et pouvaient les atteindre. Maintenant, avec le mur, les gens peuvent passer. Mais ça ne règle pas le problème des roquettes. Hier quatre roquettes sont tombées sur le quartier d’Arman et il y a eu des morts et des blessés".

Une fois la nuit tombée les combats reprennent dans les faubourgs ouest de Homs. Même l’appel des muezzins ne suffit pas à faire taire les armes.

Première publication : 15/09/2013

  • FRANCE

    Accord de Genève sur la Syrie : une "première étape" selon Fabius

    En savoir plus

  • SYRIE

    Ahmad Toumeh élu Premier ministre de la Coalition nationale syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Deux sénateurs républicains fustigent l'accord américano-russe sur la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)