Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Culture

L'Arabie saoudite se lance dans la course aux Oscars avec "Wadjda"

© DR | La jeune Waad Mohammed, principale protagoniste du film

Texte par Priscille LAFITTE

Dernière modification : 17/09/2013

Au moment où chaque pays présente "son" film pour être dans la sélection des meilleurs films étrangers aux Oscars, l’Arabie saoudite concourt pour la première fois, avec "Wadjda", long-métrage signé Haifaa al-Mansour. Une première à bien des égards.

"Wadjda", de la cinéaste Haifaa al-Mansour, n’a pas fini sa trajectoire si particulière dans le cinéma mondial. Ce film mettant en scène une petite fille qui se bat pour avoir le droit d’enfourcher une bicyclette, a déjà étonné les plus grands festivals du 7e art. C'est le premier long-métrage tourné en Arabie saoudite, dans les rues de Riyad, par une femme.

L’œuvre a déjà remporté le prix du meilleur long-métrage arabe au festival du film de Dubaï, le Prix France Culture Cinéma (catégorie révélation) au festival de Cannes, et a été ovationné à Venise l’an passé – il est reparti avec le prix du meilleur film Art & Essai, le prix CinemAvvenire et le prix Interfilm.

A présent, le royaume wahhabite va, pour la première fois, postuler aux Oscars avec ce film. Le fait que Riyad aille jusqu’à faire de cette petite fille l’emblème de son pays à Hollywood, est totalement inédit.

Le film doit cependant être soumis à une rude compétition : près de 80 pays dans le monde se positionnent actuellement dans la course aux Oscars. La France présente "Renoir", de Gilles Bourdos. Seuls cinq longs-métrages seront finalement sélectionnés pour concourir à l’Oscar du meilleur film étranger, le 2 mars 2014. Mais l’équipe de "Wadjda" n’est plus à ce défi près.

La réalisatrice Haifaa al-Mansour (centre), aux côtés de Cheikh Mansour, fils de l'émir de Dubaï Cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum (gauche) et de la jeune actrice Waad Mohammed (droite), au festival de cinéma de Dubaï.

Riyad s’ouvrerait-il donc au cinéma et aux femmes ? Dans un pays où les salles obscures sont malvenues - une salle s’est ouverte en 2005 dans un hôtel de la capitale, mais elle ne projette que des dessins animés –, les films restent cantonnés à la télévision et aux vidéos-clubs, autrement dit à la sphère strictement privée. Le cinéma n’est pas enseigné à l’université. Quant aux femmes, elles n’ont pas le droit de conduire et doivent être accompagnées d’un homme de leur famille pour se déplacer hors de leur maison. La réalisatrice Haifaa al-Mansour fait figure d’exception.

Réalisatrice cloîtrée dans une camionnette

Après des études de littérature au Caire et des études de cinéma à Sydney, Haifaa al-Mansour a rôdé sa caméra en tournant des courts-métrages et un documentaire. Elle a soumis le scénario de "Wadjda" aux autorités saoudiennes, obtenu de l’argent de producteurs français, allemand et saoudien, et enfin décroché le permis de filmer.

Aucun autre film n’avait encore montré les rues de Riyad en plein jour. La réalisatrice y est parvenue en restant dans une camionnette, à l'abri des regards, et en dirigeant son équipe à l'aide d'un talkie-walkie. Elle s’est également aidée du casting : seule une petite fille peut se permettre de tourner une scène de film dans la rue.

Soutenue par le prince Al-Walid ben Talal, un membre progressiste de la famille royale, Haifaa al-Mansour est parvenue à faire passer les messages qu’elle souhaitait, avec subtilité et ironie. "En général, j’essaie de ne pas être trop offensive quand j’évoque des sujets qui me tiennent à cœur, tel que le problème du droit des femmes saoudiennes et la nécessité de leur accorder davantage de liberté. J’essaie de ne pas être trop rentre-dedans. Par exemple, avec "Wadjda", je raconte une histoire de femmes mais utilise une petite fille comme personnage", a-t-elle confié à FRANCE 24.

La réalisatrice parvient ainsi à évoquer les déchirements d’un couple autour de la polygamie, les non-dits et les interdits arbitraires imposés dans l’enceinte de l’école, les compromissions que font les adultes avec les règles religieuses. "Si un père saoudien voit le film et décide de donner quelque chose, même modeste, à sa fille, cela représenterait déjà beaucoup pour moi", espère Haifaa al-Mansour.

Le film, quoique jamais projeté en Arabie saoudite, semble avoir eu son petit effet. Au printemps dernier, la police religieuse a autorisé aux femmes de monter à bicyclette dans les lieux de loisirs comme les parcs publics, "à condition de demeurer revêtues de la abaya (longue robe noire traditionnelle)" et d'être accompagnées par un membre masculin de leur famille. 

Première publication : 16/09/2013

  • ARABIE SAOUDITE

    En Arabie saoudite, battre sa femme n'est plus légal

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Saoudiens donnent "carte blanche" à l’armée égyptienne pour mater les Frères

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Riyad pointe des missiles balistiques vers Israël et l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)