Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

"GTA V", le blockbuster qui affole les compteurs de l’industrie du jeu vidéo

© Rockstar

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 19/09/2013

La sortie de "Grand Theft Auto V", mardi, est l’évènement vidéoludique de la rentrée. Avec un budget digne d'Hollywood, le blockbuster de l’éditeur Rockstar affole les statistiques avant même sa mise sur le marché.

"Grand Theft Auto", le jeu vidéo le plus controversé de ces dernières années, est de retour ! Après cinq années de développement, le projet pharaonique des studios Rockstar pointe enfin le bout de son nez avec un cinquième opus, qui sort mardi 17 septembre.

Cette fois, le joueur est invité à découvrir la ville de Los Santos en incarnant trois gangsters aux destins croisés. Dans cet immense terrain de jeu calqué sur la ville de Los Angeles, il est amené à planifier une série de braquages et à s'adonner aux traditionnelles missions annexes, qui font la richesse de l’univers "GTA". Au total, plus de 100 heures de scénario constituent la trame principale du dernier opus de la série phare de Rockstar.

Pour les joueurs, il s’agit sans conteste du point d’orgue d’une saison vidéoludique riche en annonces. Pour les associations de famille, en revanche, l’ennemi est à nouveau aux portes du foyer. Mais si les polémiques ne devraient pas tarder à éclater, "GTA V", c’est avant tout une histoire de chiffres.

Investissement mirobolant

Avec un budget estimé à 265 millions de dollars (près de 200 millions d’euros), le studio new-yorkais a tout simplement accouché de la deuxième production culturelle la plus chère de l’histoire. Seul le film "Pirates des Caraïbes : jusqu’au bout du monde" devance "GTA V" avec un coût évalué à 300 millions de dollars (environ 225 millions d’euros).

Si le succès du cinquième épisode de "GTA" semble déjà assuré, Rockstar n’a pas le droit à l’erreur. Plus de 300 développeurs ont travaillé dessus à temps plein, et la rentabilité du produit final est essentielle à la survie de l’entreprise.

L'EMBARGO DE ROCKSTAR BRISÉ PAR PLUSIEURS ENSEIGNES À PARIS

Rockstar avait fixé un embargo mondial sur la mise en vente de "GTA V", dont la sortie est prévue le 17 septembre. Mais plusieurs magasins indépendants, à Paris notamment, ont décidé de mettre le jeu à la disposition des joueurs 24 heures plus tôt. L’éditeur, peu amène à l’égard des enseignes qui se permettent ce type de largesses, aurait déjà lancé une "enquête sur ces ventes", rapporte le site GamesIndustry.

L’éditeur américain s’est logiquement fixé un objectif à la hauteur de ses investissements : 25 millions d’exemplaires vendus sur les douze premiers mois d’exploitation, pour un chiffre d’affaires total d’environ 1,5 milliard de dollars (environ 1,12 milliard d’euros).

À titre comparatif, seul "Call of Duty Black Ops II", d'Activision, a atteint ce chiffre récemment, entre novembre 2012 et septembre 2013.

Succès assuré

Même si l’industrie vidéoludique spécialisée dans les jeux AAA (les jeux "star" aux budgets survitaminés) marque le pas depuis plusieurs années, "GTA V" devrait être rentabilisé sans souci. En dépit d’une campagne publicitaire de moindre importance, l’épisode précédent, "GTA IV", avait généré 310 millions de dollars (environ 232 millions d’euros) sur les premières 24 heures de son exploitation.

Enfin, Rockstar peut tabler sur le rayonnement de sa licence phare. La série des "GTA" revendique plus de 135 millions de produits vendus depuis sa naissance, en 1997, et occupe une place toute particulière dans le cœur des joueurs. En témoigne le nombre de précommandes dévoilé fin août.

À deux semaines du lancement, le site vgchartz.com avançait le chiffre de 2 890 000 ventes anticipées pour les seuls États-Unis. Des chiffres d’autant plus impressionnants que d’autres licences juteuses s’alignent sur la même période : "Call Of Duty Ghosts" et "Battelfield 4", qui comptabilisent respectivement 1,1 million et 830 000 précommandes.

Le jeu n’est pour le moment commercialisé que sur PS3 et X360. Si son succès se matérialise, il sera vraisemblablement porté sur PC puis sur les consoles "Next gen" (PS4 et Xbox One). En clair, le tsunami "GTA" semble une nouvelle fois inéluctable.

Grand Theft Auto V, disponible en magasin à partir du 17 septembre (PS3, X360).



BANDE ANNONCE OFFICIELLE DE GRAND THEFT AUTO V

Première publication : 16/09/2013

  • TECHNOLOGIES

    Europe : jouer à "Angry Birds" est bon pour l'emploi

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    Quand les États-Unis considèrent les "gamers" comme des athlètes professionnels

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)