Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Les Rwandais élisent leurs députés lors d'un scrutin sans suspense

© AFP

Vidéo par Stéphanie BRAQUEHAIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/09/2013

Les élections législatives ont débuté lundi au Rwanda, où la population doit départager quelque 410 candidats. Un scrutin sans grande surprise qui devrait voir la victoire du parti du président Paul Kagame.

Six millions de Rwandais sont appelés aux urnes, lundi 16 septembre, pour élire leurs députés dans un scrutin qui devrait conforter l'hégémonie du Front patriotique rwandais (FPR) du président Paul Kagame, au pouvoir depuis la fin du génocide en 1994. La participation, déjà très élevée lors des législatives de 2008, devrait être importante dans les 15 000 bureaux de vote répartis à travers le pays, qui ont ouvert à 7h ce matin.

"Les files d’attente sont rares, mais cela ne présage pas de la participation. Des chansons sont diffusées appelant les électeurs à voter. Malgré l’explosion de deux grenades vendredi et samedi, le scrutin a débuté dans le calme", rapporte Stéphanie Braquehais, envoyée spéciale de FRANCE 24 au Rwanda. “Ici, il n’y a pas de problèmes pour la sécurité, il y a la police qui est là”, assure Gilbert Gapira, en charge du protocole pour la commission nationale électorale.

Si le nombre de candidats présents sur les listes électorales donne le vertige – 410 sans compter les indépendants – la formation reste président est la grande favorite des sondages. Le parti majoritaire surfe en effet sur les progrès observés ces dernières années et notamment la forte éradication de la corruption. Le Rwanda a connu une spectaculaire transformation et enregistré la plus forte croissance d’Afrique de l’Est ces dernières années. Des éléments largement attribués à la politique menée par le président Kagame.

Multipartisme ?

Opposés au FPR et à ses alliés, se dressent le Parti libéral (PL), le Parti social-démocrate (PSD) et le PS-Imberakuri. Mais ces formations sont considérées par de nombreux analystes comme des faire-valoir du FPR, en raison de leur soutien à Paul Kagame lors de la présidentielle de 2003 et des soupçons selon lesquelles le le PS-Imberakuri aurait été phagocyté par des partisans du parti présidentiel.

Les détracteurs du régime et observateurs dénoncent ainsi un multipartisme en trompe-l’œil et l'absence de liberté d'expression. De plus, s’enregistrer en tant que parti politique au Rwanda relève du parcours du combattant, note Stéphanie Braquehais, envoyée spéciale de FRANCE 24 sur place.

Lundi, 53 sièges seront attribués au suffrage universel direct, dans un scrutin à la proportionnelle. Un minimum de 5 % des voix est exigé pour entrer à la Chambre. Vingt-sept autres membres de la Chambre des députés – 24 femmes, deux représentants des jeunes et un des handicapés – seront ensuite élus au suffrage indirect par des collèges et des conseils locaux et nationaux, mardi et mercredi.

Avec dépêches

Première publication : 16/09/2013

  • RWANDA - REPORTAGE

    Au Rwanda, les femmes veulent peser sur le débat politique

    En savoir plus

  • RWANDA

    Génocide rwandais : la justice française rend un avis défavorable à l'extradition d'un ex-colonel

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Réunion des pays des Grands Lacs pour mettre fin au conflit du Nord-Kivu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)