Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

  • Christophe de Margerie : disparition d’un patron Total

    En savoir plus

  • Justice : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Confusion autour de la tenue du procès de Simone Gbagbo mercredi

    En savoir plus

  • Un présumé terroriste canadien abattu après avoir fauché deux militaires

    En savoir plus

  • Kobané résiste à l'EI, le Premier ministre irakien se rend à Téhéran

    En savoir plus

  • Ligue des Champions : à Nicosie, le PSG veut consolider sa première place

    En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

Afrique

Les Rwandais élisent leurs députés lors d'un scrutin sans suspense

© AFP

Vidéo par Stéphanie BRAQUEHAIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/09/2013

Les élections législatives ont débuté lundi au Rwanda, où la population doit départager quelque 410 candidats. Un scrutin sans grande surprise qui devrait voir la victoire du parti du président Paul Kagame.

Six millions de Rwandais sont appelés aux urnes, lundi 16 septembre, pour élire leurs députés dans un scrutin qui devrait conforter l'hégémonie du Front patriotique rwandais (FPR) du président Paul Kagame, au pouvoir depuis la fin du génocide en 1994. La participation, déjà très élevée lors des législatives de 2008, devrait être importante dans les 15 000 bureaux de vote répartis à travers le pays, qui ont ouvert à 7h ce matin.

"Les files d’attente sont rares, mais cela ne présage pas de la participation. Des chansons sont diffusées appelant les électeurs à voter. Malgré l’explosion de deux grenades vendredi et samedi, le scrutin a débuté dans le calme", rapporte Stéphanie Braquehais, envoyée spéciale de FRANCE 24 au Rwanda. “Ici, il n’y a pas de problèmes pour la sécurité, il y a la police qui est là”, assure Gilbert Gapira, en charge du protocole pour la commission nationale électorale.

Si le nombre de candidats présents sur les listes électorales donne le vertige – 410 sans compter les indépendants – la formation reste président est la grande favorite des sondages. Le parti majoritaire surfe en effet sur les progrès observés ces dernières années et notamment la forte éradication de la corruption. Le Rwanda a connu une spectaculaire transformation et enregistré la plus forte croissance d’Afrique de l’Est ces dernières années. Des éléments largement attribués à la politique menée par le président Kagame.

Multipartisme ?

Opposés au FPR et à ses alliés, se dressent le Parti libéral (PL), le Parti social-démocrate (PSD) et le PS-Imberakuri. Mais ces formations sont considérées par de nombreux analystes comme des faire-valoir du FPR, en raison de leur soutien à Paul Kagame lors de la présidentielle de 2003 et des soupçons selon lesquelles le le PS-Imberakuri aurait été phagocyté par des partisans du parti présidentiel.

Les détracteurs du régime et observateurs dénoncent ainsi un multipartisme en trompe-l’œil et l'absence de liberté d'expression. De plus, s’enregistrer en tant que parti politique au Rwanda relève du parcours du combattant, note Stéphanie Braquehais, envoyée spéciale de FRANCE 24 sur place.

Lundi, 53 sièges seront attribués au suffrage universel direct, dans un scrutin à la proportionnelle. Un minimum de 5 % des voix est exigé pour entrer à la Chambre. Vingt-sept autres membres de la Chambre des députés – 24 femmes, deux représentants des jeunes et un des handicapés – seront ensuite élus au suffrage indirect par des collèges et des conseils locaux et nationaux, mardi et mercredi.

Avec dépêches

Première publication : 16/09/2013

  • RWANDA - REPORTAGE

    Au Rwanda, les femmes veulent peser sur le débat politique

    En savoir plus

  • RWANDA

    Génocide rwandais : la justice française rend un avis défavorable à l'extradition d'un ex-colonel

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Réunion des pays des Grands Lacs pour mettre fin au conflit du Nord-Kivu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)