Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Afrique

Marche symbolique pour les trois ans de captivité des otages français d'Arlit

© AFP

Vidéo par Marie Schuster

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/09/2013

Pour marquer le troisième anniversaire de la prise d'otage de quatre Français à Arlit, au Niger, une dizaine de proches des captifs ont entamé dans la nuit de dimanche à lundi une marche symbolique dans Paris et sa banlieue.

Il y a trois ans, le 16 septembre 2010, quatre Français étaient capturés à Arlit, au Niger. Pour marquer ce triste anniversaire, une douzaine de leurs proches ont entamé une marche symbolique d'une quinzaine de kilomètres dans Paris et sa banlieue proche, lundi vers 3h du matin - l'heure de l'enlèvement.

Ils s'arrêteront en différents points symboliques, comme les sièges des entreprises françaises auxquelles appartiennent les otages (Areva, Vinci) et différents lieux de pouvoir (Élysée, Sénat, Assemblée nationale) et remettront une lettre à chacune de leurs étapes. Les proches de Thierry Dol, Marc Féret, Daniel Larribe et Pierre Legrand ont déjà remis au siège de Vinci à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) une lettre au PDG du groupe, Xavier Huillard, présent pour "témoigner de son profond espoir". Ils termineront leur périple au Quai d'Orsay et remettront au ministère des Affaires étrangères un manifeste signé par plus de 12 000 personnes.

Des preuves de vie

"Nous avons des preuves (de vie), mais ils sont retenus", a déclaré dimanche soir sur TF1 le président de la République François Hollande au sujet des otages. "Je sais ce que ça représente pour les familles. Je les ai reçues plusieurs fois", a-t-il ajouté. "Je peux leur dire, je dois leur dire que nous faisons tout pour aller les chercher."  "Si j'avais pu le faire dès à présent, je serais heureux de pouvoir vous le confier aujourd'hui", a conclu François Hollande.

Le Quai d'Orsay a fait savoir dimanche qu'"à la demande de Laurent Fabius", le ministre des Affaires étrangères, en déplacement en Asie, les familles des Français enlevés à Arlit seraient reçues au ministère par le directeur du centre de crise lundi, au terme de leur marche symbolique. Un "point de situation" sera fait lors de cette rencontre, a précisé le ministère dans un communiqué, assurant de "la détermination et de la mobilisation des services de l'État pour obtenir la libération" des otages.

Lundi matin, les portraits des quatre otages détenus au Sahel par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) seront dévoilés à Paris, sur la place de la mairie du IVe arrondissement en présence d'élus de la capitale.

Avec dépêches

Première publication : 16/09/2013

  • INTERVIEW

    Pour le président nigérien, les otages français enlevés à Arlit "sont vivants"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Otages au Niger : les familles se mobilisent pour les 1 000 jours de détention

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le frère d'un otage au Niger adresse un appel de détresse à Aqmi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)