Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

START-UP : La tentation de l'étranger ?

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Enseignement numérique : La francophonie à la traîne !

En savoir plus

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Véronique Morali, présidente du Women's Forum et du directoire de Webedia

En savoir plus

Ukraine et Syrie: quelles gestions des crises?

En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

  • Défiant la loi, le maire de Rome enregistre 16 mariages gays

    En savoir plus

FRANCE

Syrie : Fabius et Lavrov reconnaissent des "différences d'approche"

© AFP | Laurent Fabius et Sergueï Lavrov

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/09/2013

Lors d'une conférence de presse mardi à Moscou, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov a estimé que l'attaque du 21 août en Syrie était une "provocation" de la part des rebelles. Paris réaffirme la responsabilité de Damas.

À l'issue de la conférence de presse entre le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius et son homologue russe Sergueï Lavrov mardi 17 septembre, à Moscou, les deux camps maintiennent leur position. Malgré les discussions, les deux hommes ont reconnu que des divergences demeuraient entre Paris et Moscou, même si les deux capitales ont pour objectif commun de trouver une solution politique afin de mettre fin au bain de sang en Syrie. "Nous avons certaines divergences sur la façon d'atteindre" ce but, a déclaré Sergueï Lavrov tandis que Laurent Fabius a, lui, évoqué des "différences d'approche sur les méthodes".

D'un côté, la Russie estime avoir de "très bonnes raisons" de penser que l'attaque du 21 août était "une provocation" des rebelles pour entraîner une réaction internationale. Le chef de la diplomatie russe a ajouté à l'issue de l'entretien que le rapport des inspecteurs des Nations unies n'avait pas répondu à toutes les interrogations de Moscou.

Sergueï Lavrov a fermement maintenu que la résolution que doit adopter le Conseil de sécurité sur le démantèlement des armes chimiques syriennes ne le serait pas sous chapitre 7 de la charte de l'ONU, qui prévoit la possibilité de sanctions voire du recours à la force. "Nous l'avons dit clairement à Genève, et il n'y a rien de tel dans le document que nous avons adopté ", a-t-il assuré. Ce n'est que dans un deuxième temps, si l'une ou l'autre des parties enfreint les engagements pris, que le Conseil de sécurité pourra envisager une action, a-t-il souligné.

Au contraire, Laurent Fabius a de nouveau défendu la position française, à savoir une résolution "forte et contraignante" prévoyant des "conséquences" pour le régime de Damas en cas de non-respect de ses obligations.

Sergueï Lavrov : "la coalition syrienne ne cèdera pas"



 

Première publication : 17/09/2013

  • SYRIE

    Syrie : Fabius à Moscou pour défendre une résolution contraignante de l’ONU

    En savoir plus

  • SYRIE

    Rapport de l'ONU : pour Paris et Washington, le rôle d'Assad est établi

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : de plus en plus de rebelles se radicalisent, selon une étude britannique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)