Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Pakistan : Ahmadie, une communauté menacée "au pays des purs"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

  • Quand la solidarité avec les chrétiens d'Irak rime avec ن

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Infographie : le virus Ebola se répand en Afrique de l'Ouest

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

Amériques

Fusillade à Washington : le tireur présumé, un ancien de la Navy au passé trouble

© AFP

Vidéo par Anna MOREAU

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 17/09/2013

Aaron Alexis, auteur présumé de la fusillade qui a fait, lundi, 12 morts, dans les bureaux de la Marine à Washington, a été tué par la police durant l'assaut. Cet ancien militaire avait déjà été inquiété pour des incidents liés aux armes à feu.

La police fédérale américaine est en état d’alerte : "Nous cherchons à savoir tout ce qui est possible sur ses récents mouvements, ses contacts et ses connaissances", a-t-elle déclaré, faisant appel à tout les renseignements que pourrait avoir le public. Seule certitude pour l’heure : l’homme, qui a ouvert le feu dans un immeuble des bureaux de la Marine américaine à Washington et tué 12 personnes lundi 16 septembre, a agi seul. Les forces de l’ordre l’ont ensuite abattu. Il portait sur lui un fusil d’assaut militaire, un fusil de chasse à double canon et un révolver.

Pendant que les enquêteurs tentent de déterminer ses motivations, un portrait contrasté du tireur se dessine peu à peu. Alexis Aaron, âgé de 34 ans, originaire de Fort Worth, au Texas, travaillait comme informaticien pour un sous-traitant de la société Hewlett-Packard (HP). Il était chargé de mettre à jour l'intranet de l'US Navy et des Marines.

Ancien réserviste de la Marine entre mai 2007 et janvier 2011, il avait arrêté de servir après une "série d'incidents liés à son comportement", a indiqué un responsable militaire sous couvert d'anonymat à l'AFP. D’autres sources indiquent, en revanche, qu’il aurait quitté ses fonctions de son plein gré. De source officielle, Aaron Alexis souffrait de troubles mentaux, notamment de pranoïa.

Arrêté à deux reprises

Récompensé par deux médailles (the National Defense Service Medal and the Global War on Terrorism Service Medal) lorsqu’il officiait sous les drapeaux, rien ne laissait présager un tel destin. Rien, sauf peut-être son passif avec les armes à feu.

En 2004 à Seattle, il tire à plusieurs reprises sur les véhicules de deux ouvriers qui lui auraient "manqué de respect", selon ses propres dires. Il explique à la police avoir été victime "d'un black-out provoqué par un accès de colère" et ne se souvient pas avoir tiré. Il ne sera pas inquiété.

Plus récemment, en 2010, c’est au Texas qu’il est, cette fois-ci, arrêté pour avoir déchargé son arme à son domicile en pointant vers le plafond. Un simple accident pendant qu’il nettoyait son revolver, assure-t-il. Mais sa voisine de l’époque, avec qui Aaron Alexis avait eu des altercations par le passé, est convaincue que le coup de feu était volontaire. Une manière bien à lui de lui signifier qu’elle faisait trop de bruit. Il ne sera finalement pas inculpé.

Conversion au bouddhisme

Malgré ces deux incidents, selon son entourage, Aaron Alexis renvoyait plutôt l’image d’un homme doux. "Je suis en choc", a déclaré le père d’Aaron, Algernon Alexis, peu après les événements de Washington. Lui qui se disait fier de voir son fils reprendre des études et occuper parallèlement "un petit boulot" dans le privé n’a rien vu venir.

Dans une interview téléphonique accordée à l’agence Reuters, Algernon Alexis a aussi expliqué que son fils, présent à New York lors des attentats du 11 septembre 2001, avait "activement participé aux efforts de secours" et souffrait de stress post-traumatique.

Également "choqué", Tiki Confer, propriétaire d’un restaurant voisin de celui où le tireur présumé avait travaillé un temps au Texas, l’a décrit comme "un gentil garçon", passionné par la culture thaï. Ces dernières années, Aaron Alexis avait même choisi de se convertir au bouddhisme et se rendait régulièrement dans un temple pour prier.

Fan de jeux vidéo

Rien n’indiquait qu’Aaron Alexis avait des griefs envers la Navy. Toutefois, un de ses amis texan, Michael Ritrovato, a expliqué qu’il ressentait une frustration grandissante envers son employeur HP concernant un désaccord financier, probablement son salaire. Mais, selon son ami, il n’a jamais montré de "signe d’agressivité ou de violence", même s’il passait de longues heures à jouer à des jeux vidéo de guerre sur Internet.

Son meilleur ami, Nutpisit Suthamtewakul, a également confirmé qu’il n’était en aucun cas violent. Pendant trois ans, cet immigré thaïlandais a partagé le quotidien d’Aaron Alexis, avant de mettre fin à leur colocation pour qu’il puisse habiter avec sa future épouse. "Sur la fin, Aaron passait beaucoup de temps dans sa chambre, retranché", avait-il noté sans s’inquiéter outre mesure.

Aaron Alexis était arrivé à Washington la semaine dernière. Il était logé dans un hôtel de la ville, selon une personne qui affirme l’y avoir rencontré. Il prévoyait d’y rester plusieurs semaines, précise cette même source.
 

Première publication : 17/09/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Fusillade meurtrière dans un immeuble de la Marine à Washington

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Fusillade de Fort Hood : l'accusé affirme être le "tireur"

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Chronologie : les fusillades les plus meurtrières qui ont secoué l'Amérique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)