Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

France : une rentrée politique sous le signe de la division

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Geoffroy Roux de Bézieux : "La loi Macron est insuffisante"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : La Nouvelle-Orléans en pleine renaissance artistique

En savoir plus

FOCUS

Le secteur pharmaceutique indien entaché par des scandales

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Dix ans après Katrina, la Nouvelle-Orléans vibre à nouveau

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Philippe Delerm, l'amoureux de la vie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Peter Gumbel : "En France, les inégalités à l'école sont croissantes"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bernardino Leon : "Un accord en Libye est possible autour du 10 septembre"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort en direct"

En savoir plus

Asie - pacifique

Un haut responsable islamiste condamné à mort au Bangladesh

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/09/2013

La peine d'un haut responsable islamiste jugé pour des violences pendant la lutte pour l'indépendance au Bangladesh vient de passer de la prison à perpétuité à la condamnation à mort, après le verdict mardi de la cour suprême du pays.

Il était initialement condamné à la perpétuité. Mardi 17 septembre, la cour suprême du Bangladesh a finalement condamné à mort un haut responsable du parti Jamaat-e-Islami, le plus grand parti islamiste du pays. Abdul Quader Molla était jugé pour des violences perpétrées pendant la lutte pour l'indépendance au début des années 1970.

"Nous sommes abasourdis par ce verdict. C'est la première fois dans l'histoire judiciaire de l'Asie du Sud qu'une cour suprême aggrave une peine de première instance", a dit son avocat, Tajul Islam. Sa condamnation à la prison à vie en février par le très controversé "tribunal international des crimes" (ICT) avait déclenché de violentes manifestations réclamant son exécution.

Plusieurs décisions ultérieures du tribunal condamnant à mort des dirigeants du parti islamiste avaient par ailleurs provoqué la colère chez les islamistes, déclenchant plusieurs mois de violences et faisant au moins une centaine de morts dans des heurts avec la police.

Lors de l'intervention de l'Inde à la fin du conflit de 1971, signifiant la défaite imminente du Pakistan, les milices pro-Islamabad ont massacré des dizaines d'enseignants, de réalisateurs, de médecins et de journalistes.

L'ICT a été mis en place en mars 2010 par le gouvernement, qui affirme que ces procès sont nécessaires pour cicatriser les plaies encore vivaces de la guerre d'indépendance. Mais le Jamaat-e-Islami accuse le pouvoir d'avoir créé ce tribunal - baptisé ainsi en dépit de l'absence de toute supervision d'institution internationale - pour des motifs politiques, la plupart des personnes poursuivies appartenant à l'opposition.

Avec dépêches

Première publication : 17/09/2013

  • BANGLADESH

    Un chef islamiste jugé coupable de crimes de guerre

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Regain de tension après la condamnation à mort d’un leader islamiste

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Un député du Bangladesh visé par un attentat-suicide

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)