Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso: Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

EUROPE

Grèce : violents affrontements entre policiers et manifestants

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/09/2013

Dans plusieurs villes de Grèce, des affrontements ont opposé la police aux manifestants qui protestaient contre le meurtre d'un rappeur anti-fasciste. Le tueur présumé a été identifié par la police comme un membre du parti néo-nazi Aube dorée.

Des affrontements se sont produits entre police et manifestants protestant contre le meurtre d'un rappeur anti-fasciste par un militant néo-nazi présumé, mercredi dans plusieurs villes de Grèce, d'Athènes à Salonique (nord) et Patras (ouest), selon les médias locaux.

Dans un quartier périphérique d'Athènes, la police a tiré des grenades lacrymogènes pour disperser des manifestants violents qui jetaient des pierres et des morceaux de bois contre les forces de l'ordre, selon l'agence de presse grecque ANA.

Plusieurs heures après le début des affrontements, des renforts de police, en nombre non précisé, ont été envoyés sur place, selon des sources policières.

La manifestation, qui rassemblait environ 5.000 personnes, selon des sources policières, avait été organisée sur les lieux du drame, à Keratsini, un quartier populaire de l'ouest d'Athènes.

Selon un photographe de l'AFP sur place, la plupart des manifestants étaient des militants d'extrême gauche et des alternatifs.

A Salonique, deuxième ville du pays, deux manifestations anti-fascistes réunissant environ 6.000 personnes ont été marquées par des affrontements avec les forces de l'ordre, qui ont tiré des gaz lacrymogènes sur des manifestants qui s'en prenaient à des vitrines, selon l'agence ANA.

A Patras, un millier de manifestants ont jeté des pierres et des coktails Molotov sur la police, qui a riposté avec des gaz lacrymogènes.

Un policier à la retraite, qui ne participait pas au maintien de l'ordre, a été blessé, selon une source policière.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un musicien et militant anti-fasciste âgé de 34 ans, Pavlos Fyssas, a été tué à coups de stylet par un homme identifié, selon la police, comme étant un membre présumé du parti néonazi Aube dorée.

Le meurtre a été condamné par plusieurs dirigeants syndicaux et fonctionnaires en grève au cours d'un défilé qui a réuni environ 10.000 personnes plus tôt dans la journée dans le centre d'Athènes, pour protester contre une réforme brutale du secteur public.

Le parti Aube dorée a démenti tout implication dans le meurtre.

Aube dorée, qui surfe sur le chômage galopant et la grave crise économique en Grèce, est soupçonné d'avoir orchestré des attaques contre des immigrés, et plusieurs de ses 18 députés sont poursuivis pour violences.

Le gouvernement et le président de la République ont vivement condamné le meurtre du musicien.

"J'en appelle à un réveil social et institutionnel, à la volonté politique de lutter contre cette ignominie. Nous avons tous le devoir de ne pas laisser les portes ouvertes au fascisme", a déclaré le président, Carolos Papoulias.

AFP

Première publication : 18/09/2013

  • ÉCONOMIE

    Le Parlement grec valide une réforme drastique de la fonction publique

    En savoir plus

  • GRÈCE

    En Grèce, le secteur public en péril fait grève pour sa survie

    En savoir plus

  • GRÈCE

    À Athènes, une "soupe populaire raciste" vire à l'émeute

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)