Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Vincent Bolloré en garde à vue, le PDG entendu sur ses concessions portuaires en Afrique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Entre Donald Trump et Emmanuel Macron, des gestes de sympathie très remarqués

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux États-Unis : Iran, Syrie, commerce, climat...les sujets qui fâchent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Une femme fantastique" : rencontre avec l'actrice transgenre Daniela Vega

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Des mercenaires russes en Centrafrique"

En savoir plus

FOCUS

Israël : le grand flou du gouvernement autour du sort des migrants africains

En savoir plus

L’invité du jour

Jacky Moiffo : "Ils ont vendu mon frère", migrant du Cameroun

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Emmanuel Macron aux États-Unis : une visite pour renforcer les liens économiques

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce que nous achetons bon marché peut coûter très cher à d'autres"

En savoir plus

Economie

Trois banques françaises lancent Paylib, nouveau concurrent de Paypal

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/09/2013

Sur le modèle de Paypal, la Société Générale, BNP Paribas et la Banque Postale lanceront fin septembre une solution commune de paiement en ligne, baptisée Paylib, pour régler ses achats sur internet, sans communiquer ses coordonnées bancaires.

BNP Paribas, Société générale et la Banque postale ont annoncé mardi 17 septembre le lancement d’un nouveau service de paiement numérique destiné à sécuriser les transactions de leurs clients, particuliers et commerçants.

Baptisé "Paylib", ce moyen de paiement permettra à partir de fin septembre aux 23 millions de particuliers des trois banques françaises de régler leurs achats en ligne à partir d’un ordinateur, d’un smartphone ou d’une tablette sans communiquer leurs coordonnées bancaires.

La nouvelle offre, déployée sur internet et sous la forme d’applications iOS et Android, se veut une réponse au service américain Paypal (groupe Ebay ), très populaire sur le web, qui donne à ses utilisateurs la possibilité d’effectuer des transactions avec une adresse de courrier électronique.

« Nos trois banques ont mené une coopération intense mais nous sommes ouverts (à d’autres acteurs) », a déclaré Laurent Goutard, directeur de la banque de détail de Société générale en France, au cours d’une conférence de presse.

Gratuit pour les particuliers, le service Paylib sera payant pour les commerçants. L’utilisateur pourra régler son achat grâce à ses seuls identifiants mais le système lui proposera d’utiliser autant de cartes de paiement qu’il le souhaite, pour peu qu’elles aient été distribuées par les établissements concernés.

Plusieurs grandes enseignes comme voyages-sncf.com, Leroy Merlin, PriceMinister ou vente-privee.com ont annoncé qu’elles proposeraient Paylib à leur clientèle. D’autres devraient suivre en cas de succès.

BNP, Société générale et la Banque postale ont décidé de conjuguer leurs efforts pour toucher, d’entrée de jeu, une masse importante d’utilisateurs alors que le paiement en ligne s’est imposé ces dernières années.

Si Paypal est présent en France depuis 2004, les banques françaises ont tardé à se lancer. En 2011, le Crédit agricole a mis en place son propre service de paiement, Kwixo, suivi un après par BPCE, avec S-Money.

Les opérateurs de téléphonie mobile veulent également leur part du marché. Orange, SFR et Bouygues Telecom ont dévoilé début 2011 une solution de paiement commune, Buyster.

Laurent Goutard n’a pas souhaiter donner de détails sur les commissions prélevées auprès des commerçants sur les achats effectués grâce à Paylib mais a assuré que l’offre était « compétitive » par rapport à celle de Paypal.

Reuters

Première publication : 18/09/2013

  • INTERNET

    PayPal transforme par erreur un Américain en l'homme le plus riche du monde

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    "Google Wallet", le portefeuille numérique qui provoque l’ire de PayPal

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    PayPal suspend le compte de WikiLeaks

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)