Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Manifestation de l'opposition sénégalaise contre un projet de réforme électorale controversé

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite d'Emmanuel Macron à Washington : Que peut-il espérer de cette rencontre avec Donald Trump ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sting : "Avec Shaggy, on a presque oublié qu'on enregistrait un disque!"

En savoir plus

FOCUS

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Kanye West s'improvise "philosophe" sur Twitter

En savoir plus

L’invité du jour

Martine Landry : "On ne demande pas à accueillir toute la misère du monde mais à prendre notre part"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Rencontre Macron-Merkel à Berlin : une feuille de route pour réformer la zone euro ?

En savoir plus

Amériques

La justice américaine saisit un gratte-ciel à New York détenu par l'Iran

© AFP

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 19/09/2013

Selon le département de justice américain, Téhéran possède un building à New York qui blanchit de l’argent avant de le renvoyer en Iran. La tour, située au cœur de Manhattan, avait été construite dans les années 1970 sur initiative du shah d’Iran.

Les badauds de la célèbre cinquième avenue de New York ne verront plus la tour Piaget comme avant. Mardi 16 septembre, ce building de 36 étages surnommé de la sorte en référence au joaillier suisse qui y possédait quelques bureaux, a été saisi par la justice américaine qui accuse son propriétaire d’y dissimuler des activités illégales.

Or ledit propriétaire n’est pas un sombre homme d’affaires aux tendances mafieuses, mais le gouvernement iranien. Construit dans les années 1970 sur initiative d’une ONG appartenant alors au shah d’Iran, ce gratte-ciel demeure aujourd’hui la propriété à 60 % de cette organisation iranienne devenue la Fondation Alavi. Elle se dit dédiée à "la promotion de l’enseignement de la culture islamique, la littérature, la civilisation et la langue persane". Les 40 % restants sont détenus par Assa Corporation, une société écran servant à couvrir la banque Melli, elle-même appartenant au gouvernement iranien.

La tour est située au 650 Fifth avenue, à côté du Rockfeller Center, au cœur de Manhattan. © (DR - Americasroof)

Selon la justice américaine, les co-propriétaires de la tour transfèrent l’argent issu de la location de leurs espaces vers Téhéran. Conformément à la législation américaine, ils se rendent ainsi responsables de blanchiment et du viol de la politique de sanctions contre l'Iran actuellement en vigueur.

"Terrorisme"

Mais le gouvernement américain va encore plus loin en inscrivant cette saisie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme : "Il s’agit de la saisie liée au terrorisme la plus importante jamais réalisée", s’est félicité le département de Justice américain. Les recettes issues de la vente du gratte-ciel serviront à "compenser les victimes du terrorisme sponsorisé par l’Iran", affirme Washington. La vente pourrait générer entre 500 et 700 millions de dollars (370 et 520 millions d’euros), selon le quotidien "New York Daily News".

Les propriétaires de la tour n’ont, toutefois, pas dit leur dernier mot et comptent bien faire appel. "Nous prenons acte de cette décision et faisons part de notre désaccord avec l’analyse de la Cour", a déclaré la Fondation Alavi. "Nous étions disposés à nous rendre à un éventuel procès et sommes déçus de ne pas avoir l’opportunité de réfuter les preuves dont dispose le gouvernement devant un jury", a-t-elle poursuivi.

Quant à l’avocat de la société Assa, il refusait, pour l’heure, de commenter la situation malgré les sollicitations de la presse américaine. La multinationale Citigroup, qui fait partie des locataires de la tour, n’a pas non plus souhaité réagir.

La première plainte au civil avait été déposée en 2008 par le département de justice.


 

Première publication : 18/09/2013

  • DIPLOMATIE

    La CIA reconnaît avoir orchestré le coup d'État de 1953 en Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)