Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Amériques

La justice américaine saisit un gratte-ciel à New York détenu par l'Iran

© AFP

Vidéo par France 2

Texte par Anne-Diandra LOUARN

Dernière modification : 19/09/2013

Selon le département de justice américain, Téhéran possède un building à New York qui blanchit de l’argent avant de le renvoyer en Iran. La tour, située au cœur de Manhattan, avait été construite dans les années 1970 sur initiative du shah d’Iran.

Les badauds de la célèbre cinquième avenue de New York ne verront plus la tour Piaget comme avant. Mardi 16 septembre, ce building de 36 étages surnommé de la sorte en référence au joaillier suisse qui y possédait quelques bureaux, a été saisi par la justice américaine qui accuse son propriétaire d’y dissimuler des activités illégales.

Or ledit propriétaire n’est pas un sombre homme d’affaires aux tendances mafieuses, mais le gouvernement iranien. Construit dans les années 1970 sur initiative d’une ONG appartenant alors au shah d’Iran, ce gratte-ciel demeure aujourd’hui la propriété à 60 % de cette organisation iranienne devenue la Fondation Alavi. Elle se dit dédiée à "la promotion de l’enseignement de la culture islamique, la littérature, la civilisation et la langue persane". Les 40 % restants sont détenus par Assa Corporation, une société écran servant à couvrir la banque Melli, elle-même appartenant au gouvernement iranien.

La tour est située au 650 Fifth avenue, à côté du Rockfeller Center, au cœur de Manhattan. © (DR - Americasroof)

Selon la justice américaine, les co-propriétaires de la tour transfèrent l’argent issu de la location de leurs espaces vers Téhéran. Conformément à la législation américaine, ils se rendent ainsi responsables de blanchiment et du viol de la politique de sanctions contre l'Iran actuellement en vigueur.

"Terrorisme"

Mais le gouvernement américain va encore plus loin en inscrivant cette saisie dans le cadre de la lutte contre le terrorisme : "Il s’agit de la saisie liée au terrorisme la plus importante jamais réalisée", s’est félicité le département de Justice américain. Les recettes issues de la vente du gratte-ciel serviront à "compenser les victimes du terrorisme sponsorisé par l’Iran", affirme Washington. La vente pourrait générer entre 500 et 700 millions de dollars (370 et 520 millions d’euros), selon le quotidien "New York Daily News".

Les propriétaires de la tour n’ont, toutefois, pas dit leur dernier mot et comptent bien faire appel. "Nous prenons acte de cette décision et faisons part de notre désaccord avec l’analyse de la Cour", a déclaré la Fondation Alavi. "Nous étions disposés à nous rendre à un éventuel procès et sommes déçus de ne pas avoir l’opportunité de réfuter les preuves dont dispose le gouvernement devant un jury", a-t-elle poursuivi.

Quant à l’avocat de la société Assa, il refusait, pour l’heure, de commenter la situation malgré les sollicitations de la presse américaine. La multinationale Citigroup, qui fait partie des locataires de la tour, n’a pas non plus souhaité réagir.

La première plainte au civil avait été déposée en 2008 par le département de justice.


 

Première publication : 18/09/2013

  • DIPLOMATIE

    La CIA reconnaît avoir orchestré le coup d'État de 1953 en Iran

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)