Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Instituer l'Etat de droit en Chine"

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Guerre pour un barrage en Colombie et la sanglante chasse aux dauphins des Îles Feroé

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : quelle stratégie face à l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

Hong Kong : les manifestants soutenus à l'étranger

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : un budget 2015 sur des œufs

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Himalayesque"

En savoir plus

  • En images : Hong Kong sous haute tension pour la fête nationale chinoise

    En savoir plus

  • Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

    En savoir plus

  • Ebola : le premier cas hors d’Afrique localisé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Ligue des champions : "On a montré que Paris peut être une grande équipe"

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Commission européenne : un oral difficile pour certains candidats

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, assassiné en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hervé Gaymard : "Il n'y aura pas de guerre des chefs à l'UMP"

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le controversé Tony Abbott prend les rênes de l’Australie

© AFP | Tony Abbott, le nouveau Premier ministre australien.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 18/09/2013

Le conservateur Tony Abbott a été intronisé mercredi à la tête du gouvernement australien. Ce monarchiste militant, fervent catholique, est réputé pour ses prises de position tranchées et est un habitué de la polémique.

On le dit agressif, misogyne, insensible. Il est en tout cas de notoriété publique que Tony Abbott ne mâche pas ses mots, quitte à susciter la polémique. Si sa victoire aux élections législatives de septembre était acquise après les luttes intestines du clan travailliste, le 29e Premier ministre australien est un habitué de la controverse. Depuis qu’il a pris la tête des libéraux en 2009, l’homme, devenu providentiel par la force des choses, s’est illustré par son franc parler, franchissant à plusieurs reprises les limites de la bienséance.

Son parcours, atypique, révèle en partie les fondements d’une personnalité qui détonne dans le paysage politique australien. Né à Londres le 4 novembre 1957, Anthony John Abbott ne se destine pas d’emblée à la politique. L’homme, habité par la foi catholique, entre au séminaire avec l’ambition de devenir prêtre. Il a alors 26 ans. Mais, à l’aube de sa trentième année, il renonce, malgré un attachement inébranlable à l’Église dont il tirera l’un de ses surnoms : le "moine fou".

Quinze ans plus tard - et une carrière de journaliste avortée -, Tony Abbott prend le chemin de la politique. Appuyé par son mentor John Howard, figure du Parti libéral dont l’influence est grandissante au milieu des années 1990, il est élu député au Parlement en 1994.

Dans le sillage d’Howard, nommé Premier ministre en 1996 et qui se verra confier les rênes de l’Australie pour 11 ans, il hérite du portefeuille de la Santé et de la Vieillesse en 2003. Il le conservera jusqu’à la fin du mandat conservateur, en 2007.

La naissance d’un leader controversé

Ce n’est qu’après l’arrivée au pouvoir des travaillistes, en 2007, que ce monarchiste militant endosse pour la première fois le costume de leader. Jugé jusqu’alors par son propre camp comme un second couteau, il devient progressivement l’homme du renouveau conservateur. La déconfiture du Parti travailliste, gangrené par les affaires internes dès l’arrivée au pouvoir de Kevin Rudd, le propulse à la tête de l’opposition en 2009.

Un an plus tard, en 2010, l’arrivée de Julia Gillard au pouvoir va permettre à Tony Abbott de dévoiler plus en profondeur ses convictions. "Les femmes au foyer australiennes doivent comprendre que si elles apportent leur linge à repasser au pressing, elles vont payer plus cher, mais en même temps, leur facture d’électricité sera plus élevée si elles font leur repassage elles-mêmes", explique-t-il, en argumentaire de sa fervente opposition à la taxe carbone.

Outrée par ses propos, la Premier ministre Julia Gillard se livre alors à une tirade mémorable en plein Parlement, fustigeant durant 15 minutes les propos machistes et sexistes du chef de l’opposition. Un camouflet pour Abbott qui n’en modifiera pas pour autant son attitude. La campagne de ces derniers mois a livré quelques dérapages à la hauteur de la réputation de l’homme.

Un conservateur radical adepte des sorties de piste

Le 6 août dernier, dans un message adressé à la population, Tony Abbott appelle à voter pour lui, "le mec avec deux filles pas désagréables à regarder", en référence à ses deux enfants Frances, 22 ans, et Bridget, 20 ans.

"TONY ABBOTT EN COMPAGNIE DE SA FILLE FRANCES"
© AFP.

Toujours en août dernier, il se distingue en venant soutenir une candidate, louant son "sex appeal" en guise d’argument de campagne. Le physique, l’une des thématiques préférées de Tony Abbott, qui avait notamment accusé Julia Gillard d’avoir "un sourire "mange-merde" avant d’être contraint de s’excuser platement après le tollé provoqué par ses déclarations.

Des maladresses auxquelles s’ajoutent des prises de position souvent jugées radicales, dépassant parfois allégrement le politiquement correct. Ainsi, il jugeait récemment que l’avortement était "une solution de facilité", à laquelle il proposait de remédier par l’instauration d’un congé maternité de six mois pour les jeunes mamans.

Chantre du "climato-scepticisme", il explique pendant sa campagne que l’abolition de la taxe carbone pour les grandes entreprises polluantes, créée en 2012, est une nécessité. Il argue alors que le réchauffement climatique est "une connerie absolue".

Une entrée en fanfare

Dès son intronisation, mercredi 18 septembre, Tony Abbott n’a pas failli à sa réputation. Comme annoncé pendant sa campagne, il a sabré la taxe carbone, remplaçant le dispositif par des incitations financières aux entreprises souhaitant améliorer leur bilan énergétique. "Nous serons un gouvernement fonctionnel obéissant à des valeurs, pas à l'idéologie", promet-il.

Sa misogynie est également revenue sur le devant de la scène, avec le dévoilement de son nouveau gouvernement. Une équipe composée quasi-exclusivement d’hommes, au sein de laquelle Julie Bishop, nommée aux Affaires étrangères, détonne presque. Et l’opposition d’immédiatement ironiser sur le sujet, par la voix de Chris Bowen, l’un des poids lourds de la formation travailliste : "Le gouvernement d'Afghanistan compte désormais plus de femmes que celui d'Australie".

 

Première publication : 18/09/2013

  • AUSTRALIE

    Sitôt investi, le nouveau Premier ministre australien sabre la taxe carbone

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Australie : le nouveau Premier ministre Tony Abbott veut lutter contre l’immigration

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Réputé misogyne, Tony Abbott reste favori des législatives en Australie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)