Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

SUR LE NET

Gaza : Tsahal et le Hamas s'affrontent aussi en ligne

En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

FRANCE

Les héritiers du comte de Paris réclament en justice leur trésor royal

© Flickr / FredArt | Le château d'Amboise

Texte par Yona HELAOUA

Dernière modification : 19/09/2013

Les héritiers du comte de Paris, ancien prétendant au trône de France, réclament en justice les biens que leur père a confiés de son vivant à la Fondation Saint-Louis, un organisme d'utilité publique. Un trésor inestimable.

C’est une bataille d’héritiers pas comme les autres. Jeudi 19 septembre, la justice doit décider si elle accorde ou non aux descendants de la Maison d’Orléans – prétendants au trône de France – le droit de retrouver leur trésor.

Les enfants du comte de Paris, décédé en 1999, ont en effet déclenché une procédure judiciaire en 2001 contre la fondation Saint-Louis, un organisme sous tutelle du ministère de l’Intérieur, qui gère les biens historiques reçus de la Maison d’Orléans.

Il s’agit d’un butin réputé inestimable, qui compte entre autres les châteaux d’Amboise (photo) et de Bourbon-L'Archambault, la chapelle royale de Dreux, la chapelle expiatoire de Paris ou encore des dessins de châteaux entourés de remparts du jeune Louis XIV.

Le comte de Paris voulait être le seul prétendant au trône

Selon l’avocat de la famille, le comte de Paris avait cédé son trésor à la fondation afin de ne rien laisser à ses neuf enfants : "Il avait une telle vue de lui-même qu'il ne devait être que le seul prétendant au trône de France", avait expliqué Me Baratelli dans les colonnes du "Figaro" au printemps dernier. L’avocat en appelle au Code civil, selon lequel 75 % du patrimoine doit revenir aux héritiers.

Le 16 mai 2013, date de la première audience, la fondation Saint-Louis avait accepté de faire une concession : elle s’était dite prête à restituer les biens mobiliers reçus en donation du comte de Paris en 1976. Mais les héritiers en veulent plus : le prince Jacques d’Orléans et sa sœur la princesse Hélène d’Orléans, qui critiquent la gestion de la fondation, veulent remettre la main sur les châteaux et les chapelles.

Projet de musée des rois de France

"Ce que nous voulons, c'est que ces biens de famille servent d'écrin à ces mobiliers emblématiques pour qu'ils y soient exposés aux yeux du public", avait plaidé l'avocat des deux princes, déplorant que les dessins de Louis XIV soient "rangés dans un maroquin au fond d'un tiroir". Le prince et la princesse projettent en effet, s’ils gagnent cette bataille, d’exposer ces croquis au sein du château d’Amboise, transformé en musée des rois de France.

Me Thomas Rouhette, avocat de la fondation, lui avait rétorqué que celle-ci était "au service d'une mémoire, de la préservation d'un patrimoine". Selon lui, "les biens immobiliers n'ont rien à voir avec la succession du défunt". "La valeur marchande de ces biens est nulle. Ces biens n'ont que la valeur de l'histoire" avait-il proclamé.

Avec dépêches

Première publication : 19/09/2013

COMMENTAIRE(S)