Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Abdou Diouf salue la transition démocratique au Burkina Faso

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Le nucléaire iranien et Jérusalem sous tension après l’attaque contre une synagogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les filières jihadistes en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Urgence sécheresse

En savoir plus

#ActuElles

En finir avec les violences faites aux femmes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le président Ouattara exige des militaires un retour au calme

En savoir plus

Afrique

Hollande en visite au Mali : "Nous avons gagné cette guerre"

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/09/2013

Une cérémonie marquant l'arrivée au pouvoir d’Ibrahim Boubacar Keïta se tient jeudi à Bamako en présence de nombreux dirigeants africains et du président François Hollande.

À Bamako où il a assisté à l'investiture du nouveau président malien Ibrahim Boubacar Keïta, François Hollande a promis que "la France restera aux côtés du Mali tant qu'il sera menacé".

Huit mois après le début de l'opération Serval lancée par la France pour chasser les islamistes du nord du pays et un mois après l'élection présidentielle malienne, le chef de l'État français a tenu à rassurer le peuple malien sur son avenir.

"C'est notre unité, notre solidarité qui ont permis d'infliger de lourdes pertes aux groupes djihadistes [...] Nous avons gagné cette guerre", a poursuivi le chef de l'État français. "Nous avons donné la plus grande leçon de solidarité entre les peuples pour la sécurité du Mali, du Sahel et aussi de l'Europe, quand il s'agit de lutter contre le terrorisme", a-t-il estimé lors d'un discours chaleureusement applaudi, prononcé au stade bondé du 26 Mars.

"Mais nous devons rester vigilants (...)", a-t-il ajouté. "Nous conserverons ici les effectifs (militaires) nécessaires, mais surtout autour du Mali, pour aider les forces africaines à juguler toute menace, parce que c'est d'abord et surtout aux Africains d'assurer leur propre sécurité", a-t-il poursuivi.

La France promet d'aider le Mali à se reconstruire


Élu le 11 août avec 78% des voix, celui que l'on surnomme "IBK" a prêté serment le 4

septembre, quelques jours avant la nomination du gouvernement. Des élections législatives doivent parachever en novembre le processus de transition politique.

"Aujourd'hui, le Mali a pris son destin en main", a souligné François Hollande. "Cette élection ouvre la voie de la reconstruction, de la transition et là aussi, je vous l'assure, la France sera là pour vous accompagner".

Elle "le fera avec les moyens de son budget et les collectivités locales françaises, avec ses entreprises, avec les ONG, avec l'Unesco pour réhabiliter le patrimoine de Tombouctou (nord-ouest), avec l'Europe pour la relance durable du Mali".

Monté à bord d'un véhicule militaire recouvert du drapeau rouge-jaune-vert du Mali, "IBK" a fait le tour du stade sous les applaudissements et des enfants ont entonné l'hymne national malien, dont les paroles disent : "Pour l'Afrique et pour toi Mali, notre combat c'est la liberté".

Une quinzaine de chefs d'État africains étaient présents, dont l'Ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest, et le Tchadien Idriss Déby, dont le pays est grand contributeur de la Mission des Nations unies en cours de déploiement au Mali.

Avec dépêches

 

Première publication : 19/09/2013

  • FRANCE

    Aqmi diffuse une vidéo "crédible" des quatre Français otages au Sahel

    En savoir plus

  • MALI

    Le nouveau gouvernement malien veut incarner la réconciliation

    En savoir plus

  • MALI

    Le banquier Oumar Tatam Ly nommé Premier ministre du Mali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)