Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande le saoudien

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un juge de la Cour constitutionnnelle en fuite au 9è jour de contestation dans le pays

En savoir plus

FOCUS

Argentine : OGM et pesticide, un tandem toxique ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Meriam Rhaiem : "Il voulait faire de ma fille une future endoctrinée"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Ethiopie: le défi vert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Handicap : l'Europe à la traîne ?

En savoir plus

Moyen-orient

Assad réclame un an et un milliard de dollars pour détruire son arsenal chimique

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/09/2013

Dans un entretien accordé à la chaîne américaine Fox News, le président syrien a estimé que la destruction de ses armes chimiques - qui a fait l'objet d'un accord américano-russe à Genève - coûterait un milliard de dollars et prendrait un an.

Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU débat actuellement d’une résolution sur les armes chimiques de Damas, Bachar al-Assad a réaffirmé mercredi 18 septembre sur la chaîne de télévision américaine Fox News son intention de détruire l’intégralité de son arsenal chimique. Une opération qui, selon le président syrien, coûtera un milliard de dollars et prendra au moins un an.

"Je crois que c'est une opération techniquement très compliquée. Cela requiert beaucoup d'argent, autour d'un milliard" de dollars, a estimé Assad, qui évalue encore à "une année, peut-être un peu plus" le temps nécessaire pour "se débarrasser" de son stock d'armes chimiques. "Si l'administration américaine est prête à régler la note, à prendre la responsabilité de ramener des éléments toxiques aux États-Unis, pourquoi ne le font-ils pas?", a ajouté le président syrien.

Cet entretien, réalisé mardi à Damas, a montré un président Assad visiblement sûr de lui. Le discours n’a pas changé. Après deux ans et demi de conflit et plus de 110 000 morts, le chef de l'État syrien a assuré que son pays n'était "pas en guerre civile", mais plutôt confronté à une "nouvelle sorte de guerre" menée par des "dizaines de milliers de jihadistes" de plus de 80 nationalités étrangères, dont "80% à 90%" seraient selon lui des combattants "d'Al-Qaïda".

Le président syrien a également répété que l’attaque chimique du 21 août était le fait des rebelles et non de son camp. Son allié russe défend la même position, contrairement aux Occidentaux qui accusent le régime d’Assad d'avoir perpétré ce massacre. "Toute cette histoire ne tient pas. Ce n'est pas réaliste [...] En un mot, nous n'avons utilisé aucune arme chimique à la Ghouta", a assuré le président, s'exprimant en anglais.

Dans leur rapport rendu en début de semaine, les experts de l'ONU "confirment sans équivoque et de manière objective l'utilisation d'armes chimiques en Syrie", mais sans nommer les responsables.

Avec dépêches

Première publication : 19/09/2013

  • SYRIE

    Al-Qaïda déloge des rebelles syriens d'une ville à la frontière turque

    En savoir plus

  • SYRIE - ISRAËL

    Reportage : des Syriens soignés dans les hôpitaux de "l'ennemi" israélien

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Syrie : le Conseil de sécurité planche sur une résolution

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)