Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Culture

Georges Braque, l'inventeur du Cubisme, s'installe au Grand Palais

© Leiris SAS Paris © Adagp, Paris 2013 | Georges Braque, L’Oiseau noir et l’oiseau blanc, 1960.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/09/2013

Le Grand Palais accueille du 18 septembre au 6 janvier 2014 une vaste rétrospective de Georges Braque. Père fondateur du cubisme avec Picasso, il fut célébré dans l'après-guerre avant de connaître un passage à vide.

C'est une première depuis 40 ans. Le Grand Palais à Paris offre une ample rétrospective de Georges Braque, initiateur du cubisme avec Picasso et inventeur des papiers collés.

Riche de quelque 240 peintures de Georges Braque (1882-1963), l'exposition, qui a ouvert ses portes mercredi 18 septembre au Grand Palais, embrasse toute la carrière du peintre français. De ses années fauvistes à sa collaboration cubiste avec Picasso, de ses travaux de papiers collés à ses immenses oiseaux, Georges Braque a dominé l’histoire picturale du XXe siècle.

L'exposition se tiendra au Grand Palais, à Paris, jusqu'au 6 janvier.



 

Première publication : 20/09/2013

COMMENTAIRE(S)