Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Népal : "le toit du monde s'est écroulé"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Volkswagen : sortie de route pour le patriarche Ferdinand Piëch

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France peut-elle faire pression pour éviter l'exécution de Serge Atlaoui ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

Culture

Georges Braque, l'inventeur du Cubisme, s'installe au Grand Palais

© Leiris SAS Paris © Adagp, Paris 2013 | Georges Braque, L’Oiseau noir et l’oiseau blanc, 1960.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/09/2013

Le Grand Palais accueille du 18 septembre au 6 janvier 2014 une vaste rétrospective de Georges Braque. Père fondateur du cubisme avec Picasso, il fut célébré dans l'après-guerre avant de connaître un passage à vide.

C'est une première depuis 40 ans. Le Grand Palais à Paris offre une ample rétrospective de Georges Braque, initiateur du cubisme avec Picasso et inventeur des papiers collés.

Riche de quelque 240 peintures de Georges Braque (1882-1963), l'exposition, qui a ouvert ses portes mercredi 18 septembre au Grand Palais, embrasse toute la carrière du peintre français. De ses années fauvistes à sa collaboration cubiste avec Picasso, de ses travaux de papiers collés à ses immenses oiseaux, Georges Braque a dominé l’histoire picturale du XXe siècle.

L'exposition se tiendra au Grand Palais, à Paris, jusqu'au 6 janvier.



 

Première publication : 20/09/2013

COMMENTAIRE(S)