Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

FRANCE

Les femmes de chambre du luxueux hôtel Park Hyatt à Paris en grève

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/09/2013

Les femmes de chambre et agents de service, en majorité des sous-traitants, de l'hôtel Park Hyatt de Paris-Vendôme ont manifesté vendredi devant l'établissement pour réclamer de meilleures conditions de travail.

C’est une manifestation qui n’est pas passée inaperçue, dans un des quartiers les plus chics de Paris. Vendredi 20 septembre, femmes de chambre, valets et équipiers ont brandi des drapeaux CGT et hurlé leurs revendications devant le bâtiment où ils travaillent, le Park Hyatt Paris-Vendôme, un élégant hôtel 5 étoiles rue de la Paix.

Qu’ils soient sous-traitants pour la plupart ou employés directement par l’hôtel pour sept d’entre eux, une soixantaine de personnes au total ont réclamé une amélioration de leurs conditions de travail sur le trottoir d’une des rues les plus huppées de la capitale. Ils n’en sont pas à leur coup d’essai, puisqu’ils avaient déjà fait grève et manifesté le 12 septembre. Parmi leurs exigences, se faire embaucher par le groupe Hyatt, obtenir un treizième mois et se faire payer les heures supplémentaires. Prochaine étape : organiser un "défilé de mode alternatif" lors de la fashion week la semaine prochaine.

"La lutte des classes, c'est ici", pouvait-on notamment lire sur leurs panneaux. "La direction a voulu insister sur le fait que la grève était uniquement un problème de sous-traitance, mais ce n'est pas vrai. De nombreux collègues du groupe nous soutiennent, mais craignent des représailles", a déclaré Harold Kreyder, voiturier-bagagiste et délégué syndical CGT.

La direction veut un règlement rapide

De son côté, la direction de l'hôtel renvoie le règlement du conflit à son prestataire : "Park Hyatt Paris Vendôme n'est aucunement partie prenante au conflit en cours entre le prestataire et ses salariés", a-t-elle souligné dans un communiqué. "Nous regrettons bien évidemment cette situation et, sans chercher à nous immiscer dans ce qui relève de la stricte compétence de notre prestataire, nous lui avons indiqué notre souhait d'en voir le règlement rapide, par un accord avec ses salariés, dans l'intérêt de chacune des parties et afin qu'il soit en mesure d'assurer les prestations qu'il s'est engagé à fournir et que les clients de notre hôtel sont en droit d'attendre", a ajouté la direction.

Les salariés de la sous-traitance ont été encouragés par la récente victoire des 22 femmes de chambre et gouvernantes des hôtels Campanile et Première classe de Suresnes (Hauts-de-Seine), intégrées à compter du 1er août au sein de leur société, le groupe Louvre Hôtels.

Première publication : 20/09/2013

COMMENTAIRE(S)