Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un mister nobody au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Journée la plus meurtrière à Gaza depuis le début du conflit avec Israël

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

EUROPE

L’Église s’est laissée enfermer dans des préceptes, selon le pape

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/09/2013

Pour sa première interview, le pape François s’est clairement distingué de ses prédécesseurs en affirmant que l’Église ne pouvait plus se focaliser uniquement sur les sujets brûlants que sont l’avortement, la contraception et l’homosexualité.

L’interview aura duré six heures. À peine six mois après son élection, le pape François s’est longuement confié au directeur de la revue jésuite italienne "Civiltà Cattolica", sur sa personnalité mais aussi sur sa conception de l’Église et sa manière de conduire les réformes nécessaires. Un exercice délicat auquel son prédécesseur Benoît XVI ne s’était risqué qu’après plusieurs années de pontificat.

Derrière son approche très spirituelle semble se cacher un véritable discours novateur et réaliste. Exit les polémiques sur l’homosexualité, le préservatif ou l’avortement : Jorge Bergoglio veut être le pape de l’apaisement, de la tolérance. "L’Église s’est parfois laissée enfermer dans des petites choses, de petits préceptes. […] Les ministres de l’Église doivent être avant tout des ministres de miséricorde", affirme-t-il, estimant que la première réforme de l’Église doit porter sur "nos manières d’être", pas sur des décisions "structurelles ou organisationnelles."

Selon lui, les homosexuels et les divorcés doivent désormais être "accompagnés" "avec compassion" et "à partir de leurs conditions de vie réelles". "Il faut toujours considérer la personne", a-t-il encore estimé.

À la recherche d’un "nouvel équilibre"

Bien que les conservateurs lui ait, selon ses propres dires, reproché de ne pas assez traiter certains sujets de société, le souverain pontife maintient son cap : "Nous ne pouvons pas insister seulement sur les questions liées à l’avortement, au mariage homosexuel et à l’utilisation de méthodes contraceptives. Ce n’est pas possible. La pensée de l’Église, nous la connaissons, et je suis fils de l’Église, mais il n’est pas nécessaire d’en parler en permanence." Pour lui, chercher à "imposer avec insistance une multitude de doctrines désarticulées" ne mène à rien. Il appelle à "un nouvel équilibre" pour éviter que "l’édifice moral de l’Église ne s’écroule comme un château de cartes."

Et de poursuivre : "la chose dont a le plus besoin l'Église aujourd'hui, c'est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le cœur des fidèles, la proximité, la convivialité". Premier pontife jésuite de l'Histoire, il compare l'Église à "un hôpital de campagne après une bataille" où il serait "inutile de demander à un blessé grave s'il a du cholestérol ou si son taux de glycémie est trop élevé ! Nous devons soigner les blessures. Ensuite nous pourrons aborder le reste."

"Le génie féminin est nécessaire"

Le pape François a également abordé le sujet de la parité homme-femme qui, selon lui, fait cruellement défaut au sein de l’Église actuelle. "Il est nécessaire d’agrandir les espaces pour une présence féminine plus incisive dans l’Église. […] Le génie féminin est nécessaire là où se prennent les décisions importantes", a-t-il expliqué.

Pour Dominique Greiner, éditorialiste chez La Croix, cette première interview est révélatrice d’une nouvelle direction que pourrait prendre l’Église. "Le pape veut plutôt des chrétiens audacieux, qui se portent aux 'périphéries de l’existence', là où la vie est fragilisée et la dignité humaine bafouée. Là où, provoquée, décentrée d’elle-même, l’Église saura faire preuve d’une créativité nouvelle", écrit-il.

Fin juillet, à l'occasion des Journées mondiales de la jeunesse, le pape avait déjà montré son ouverture en déclarant à propos des homosexuels : "Qui suis-je pour juger les gays qui cherchent le seigneur ?"

Première publication : 20/09/2013

  • VATICAN

    Le pape François dit "non" à la guerre en Syrie et renoue avec l'ère Jean-Paul II

    En savoir plus

  • VATICAN

    Le pape François : "qui suis-je pour juger les gays qui cherchent le Seigneur ?"

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    JMJ : la visite réussie du pape des pauvres au pays de la théologie de la libération

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)