Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Moyen-orient

Le vice-Premier ministre syrien évoque la possibilité d'un cessez-le-feu

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/09/2013

Dans une interview au Guardian, le vice-Premier ministre syrien, Qadri Jamil, a évoqué jeudi l'idée d'un cessez-le-feu avec les rebelles, estimant que le conflit, qui dure depuis deux ans et demi, était dans une "impasse".

C’est un pas en avant plutôt surprenant de la part de Damas. Dans une interview au "Guardian", publiée jeudi 19 septembre, le vice-premier ministre syrien Qadri Jamil a évoqué pour la première fois l’idée d’un cessez-le-feu avec les rebelles.

Une conférence Genève II en septembre ?

"Le conflit est dans une impasse. Ni les rebelles ni les forces syriennes ne peuvent s’imposer militairement, a-t-il estimé dans un entretien diffusé sur le site internet du quotidien britannique. "Ni l’opposition armée ni le régime ne sont capables de vaincre l’autre partie. Cet équilibre des forces ne changera pas avant un moment", a-t-il ajouté en évaluant à 75 milliards d’euros les pertes dues au conflit.

Selon l’homme politique, le régime de Damas serait prêt à fournir des efforts considérables lors d'une éventuelle conférence de paix Genève II, prévue fin septembre, pour mettre un terme à ce conflit qui ravage la Syrie depuis deux ans et demi : "[A cette conférence Genève II, nous pourrions proposer] la fin de l’ingérence étrangère, un cessez-le-feu et le lancement d’un processus politique pacifique qui permette au peuple de choisir par lui-même sans intervention extérieure et de façon démocratique", a-t-il précisé.

Et, selon lui, si l’opposition syrienne acceptait un arrêt des combats, un cessez-le-feu pourrait être assuré "sous supervision internationale" par des gardiens de la paix de l’ONU. Une utopie pour l’heure : l’opposition syrienne a assuré à de multiples reprises qu'elle refusait d’engager des pourparlers de paix avec le régime tant qu’Assad reste au pouvoir.

Avec dépêches

 

Première publication : 20/09/2013

  • FRANCE - SYRIE

    La Syrie, terrain de prédilection des combattants français

    En savoir plus

  • SYRIE

    Al-Qaïda déloge des rebelles syriens d'une ville à la frontière turque

    En savoir plus

  • SYRIE

    Assad réclame un an et un milliard de dollars pour détruire son arsenal chimique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)