Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

Afrique

Pour les autorités tunisiennes, il existe un "djihad du sexe" en Syrie

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/09/2013

Le ministre de l’Intérieur tunisien a admis jeudi que des femmes – sans préciser leur nombre – avaient réussi à quitter la Tunisie pour se rendre en Syrie où elles assouvissent les désirs sexuels des combattants djihadistes avant de revenir enceinte.

"Elles ont des relations sexuelles avec 20, 30, 100 djihadistes." Le ministre de l'Intérieur tunisien, Lotfi ben Jeddou, a expliqué lors d'une audition devant les députés, jeudi 19 septembre, que des Tunisiennes avaient réussi à quitter le territoire pour aller faire "le djihad du sexe" en Syrie. En d’autres termes, elles partent assouvir les besoins sexuels des combattants islamiques, qui cherchent à faire tomber le régime syrien de Bachar al-Assad.

Le ministre n’a pas indiqué combien de femmes étaient concernées ni dans quelles conditions elles avaient été prises en charge, et n'a pas donné de précision sur le nombre et la fréquence de ces actes. "Après ces rapports sexuels qu'elles ont au nom du djihad al-nikah ("la guerre sainte du sexe", ndlr), elles reviennent enceintes", a-t-il toutefois ajouté.

Contrôles renforcés dans les aéroports

Le djihad al-nikah, permettant d'avoir des rapports sexuels hors mariage avec des partenaires multiples, est considéré par certains dignitaires salafistes comme une forme légitime de guerre sainte. Selon Mediapart, c'est une forme de "mariage CDD qui peut durer quelques minutes, 1 heure ou quelques heures. Les deux partenaires divorcent après consommation. La femme 'se donne' après à un autre ou à d'autres partenaires, suivant un rituel religieux."

La presse tunisienne évoque des centaines de femmes dans ce cas, tout comme elle parle de centaines d'hommes partis combattre les troupes du régime de Bachar al-Assad. Au total, en quinze ans, ce sont des milliers de citoyens tunisiens qui ont rejoint, via la Turquie ou la Libye, les rangs de djihadistes à travers le monde, en Afghanistan, en Irak et désormais en Syrie.

Toutefois, Lotfi ben Jeddou a estimé que, depuis sa prise de fonction en mars, "6 000 de nos jeunes ont été empêchés d'aller là-bas". Pour lutter contre ce phénomène, le ministère de l'Intérieur a récemment admis avoir renforcé les contrôles dans les aéroports pour devancer les femmes et les hommes suspectés de vouloir rejoindre la Syrie.

Avec dépêches

Première publication : 20/09/2013

  • SYRIE - REPORTAGE

    Avancée djihadiste en Syrie : la Turquie ferme un poste frontière

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le vice-Premier ministre syrien évoque la possibilité d'un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Tunisie : le gouvernement accuse Ansar Al-Charia des meurtres d'opposants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)