Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Afrique

Fusillade au Kenya : les Shebab somaliens revendiquent l'attaque

© AFP | Des dizaines de blessés fuient les tirs du centre commercial

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/09/2013

Au moins 39 personnes ont été tuées et 150 autres blessées, samedi, lors d’une attaque par une dizaine d'hommes armés dans un centre commercial à Nairobi. Un des assaillants a été arrêté, les autres sont encerclés par la police.

Le bilan ne cesse de grimper alors qu'une fusillade, impliquant plusieurs hommes armés et masqués, est toujours en cours dans un centre commercial de luxe de Nairobi, la capitale kenyane

Selon un nouveau bilan communiqué dans la soirée par le président kényan Uhuru Kenyatta, au moins 39 morts ont été recensés depuis que les premiers tirs à l'arme automatique et à la grenade ont retenti, samedi 20 septembre en milieu de journée, au "Westgate mall", un centre commercial du quartier de Westlands. Les forces spéciales de l'armée kenyane ont été contraintes de venir en renfort des policiers pour espérer maîtriser les assaillants qui se trouvent toujours dans le bâtiment.

Des dizaines de personnes ont été blessées par balles, au moins 150 selon les derniers chiffres de la présidence. "J'ai vu un petit garçon évacué sur un caddie, il devait avoir cinq ou six ans. Il avait l'air mort, il ne bougeait pas, ne faisait pas un bruit", a déclaré à l'AFP un témoin travaillant dans le centre commercial.

Paris a indiqué dans la soirée que deux Françaises avaient péri dans l'attaque. Même constat du côté de Londres qui fait état de plusieurs victimes britanniques. Washington, de son côté, a affirmé que des ressortissants américains avaient été blessés.

"100 infidèles kényans tués"

Proche du siège local des Nations unies, ce centre commercial fréquenté par les riches Kenyans et les expatriés est régulièrement cité par les sociétés de sécurité comme une cible potentielle de groupes liés à Al-Qaïda - tels les insurgés somaliens shebab, qui ont souvent menacé de mener des attaques sur le territoire kenyan à cause du soutien militaire de Nairobi au gouvernement somalien.

Ces craintes se sont rapidement révélées justifiées : en début, de soirée les islamistes shebab ont revendiqué l'attaque sur leur compte Twitter, une information rapidement confirmée par la chaîne Al-Jazeera. "Les moujahidines ont pénétré aujourd'hui vers midi dans Westgate", le centre commercial où a eu lieu l'attaque, indique le tweet posté peu après 18h00 GMT. "Ils ont tué plus de 100 infidèles kényans et la bataille se poursuit", affirment les islamistes.

Une enquête est toutefois en cours pour confirmer leur culpabilité. Le Kenya "a surmonté des attaques terroristes auparavant et il les surmontera à nouveau", a déclaré le président Uhuru Kenyatta lors d'une allocution télévisée. Il a précisé avoir "personnellement perdu des membres de sa famille" dans l'assaut.

Stéphanie Braquehais, correspondante de FRANCE 24 à Nairobi, a pu parler à un responsable de la sécurité. Celui-ci lui a raconté que "les survivants disaient que les hommes armés demandaient aux gens de confirmer s'ils étaient de vrais musulmans. Et si ce n'était pas le cas, ils tiraient". Selon un témoin, cité par l'AFP, les assaillants ont "exécuté" des clients et parlaient une langue étrangère, peut-être l'arabe ou le somali. Mais, a-t-il ajouté, "je n'en suis pas sûr car je ne parle pas ces langues".

Selon la police, un des assaillants a été blessé, puis arrêté en fin d'après-midi. Les autres sont encerclés par les forces de l'ordre, a indiqué une source sécuritaire.

Au moins sept otages

En début de soirée, les affrontements se poursuivaient en particulier dans le secteur où seraient retranchés les assaillants. "Le reste du centre semble sécurisé", mais "l'opération pourrait durer un long moment", a confié un responsable de la sécurité, alors que la nuit tombait sur la capitale kényane.

Un policier sur place a parlé de "sept otages" aux mains du commando, un chiffre difficilement vérifiable, de nombreuses personnes étant toujours cachées dans cet imposant bâtiment de quatre étages. "Nous sommes dans le processus de sécurisation du bâtiment, magasin après magasin, et d'évacuation des personnes" piégées à l'intérieur depuis le début de l'attaque, a expliqué le policier.

Selon une journaliste de l'AFP-TV, des policiers et des gardes de sécurité tentaient de sécuriser un cinéma multiplexe situé à l'intérieur du centre commercial Westgate, où d'autres otages pourraient être retenus.

Autre signe inquiétant, selon notre correspondante : une voiture se trouve "au milieu de l'avenue, devant le mall". "La police dit que c'est un véhicule utilisé par les hommes armés et craint qu'il n'y ait une bombe à l'intérieur", rapporte Stéphanie Braquehais.

L'attaque pourrait être l'attentat le plus meurtrier dans la capitale kényane depuis l'attaque-suicide d'Al-Qaïda qui avait visé en août 1998 l'ambassade américaine de Nairobi et fait plus de 200 morts. 

Avec dépêches

Première publication : 21/09/2013

  • CPI

    Le vice-président kényan William Ruto devant la Cour pénale internationale

    En savoir plus

  • KENYA

    L'aéroport de Nairobi ravagé par un impressionnant incendie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)