Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

Asie - pacifique

Première élection au nord du Sri Lanka depuis la chute des Tigres tamouls

© AFP

Vidéo par François GOULIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/09/2013

Les 700 000 électeurs du nord du Sri Lanka, peuplé à majorité de Tamouls, doivent élire leur conseil provincial samedi. Une victoire de l'Alliance nationale tamoule pourrait relancer le mouvement autonomiste écrasé en 2009.

C’est la première fois depuis plus de 25 ans qu’une élection est organisée au nord du Sri Lanka, une région peuplée par la minorité tamoule alors que la majorité des habitants du reste de l’île sont cinghalais. Samedi 21 septembre, le scrutin, sous l’égide du conseil des droits de l’Homme des Nations unies, doit désigner 38 conseillers provinciaux dans ce qui était, jusqu’en 2009, le fief des Tigres de libération de l’Eelam tamoul.

Une victoire de l’Alliance nationale tamoule, ancienne aile politique des Tigres, pourrait relancer le mouvement autonomiste quatre ans après l’écrasement de la rébellion par l’armée. Le juge à la Cour suprême à la retraite, K. Wigneswaran, le favori des 700 000 électeurs, a ainsi déclaré qu'il ferait valoir à Colombo son manifeste pour un gouvernement autonome pour les Tamouls. Ses priorités, a-t-il déclaré, seront les réparations de guerre, et la reprise des terres que les militaires occupent encore, quatre ans après la défaite des séparatistes Tigres Tamouls.

Une démocratie balbutiante

Certains habitants, responsables électoraux et un observateur étranger ont fait état d’une campagne d’intimidation du gouvernement du président Mahinda Rajapaksa pour inciter les électeurs à ne pas voter pour l’Alliance nationale tamoule.

Cette élection est organisée sous la pression internationale sur le gouvernement sri-lankais, afin qu’il partage le pouvoir avec la principale minorité ethnique du pays. Le conflit qui a opposé les Tigres au pouvoir central a duré des décennies et a fait plus de 100 000 morts. Aujourd’hui, la démocratie est encore balbutiante, et l’armée reste omniprésente. Cette dernière est accusée de faire campagne pour le président au pouvoir.

Avec dépêches

Première publication : 21/09/2013

  • SRI LANKA

    Sarath Fonseka, ex-chef des armées, condamné à trois ans de prison

    En savoir plus

  • SRI LANKA

    Le pouvoir et les ex-rebelles tamouls coupables de crimes de guerre, selon l'ONU

    En savoir plus

  • SRI LANKA

    Le parti présidentiel triomphe aux élections législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)