Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

EUROPE

Merkel prête à discuter d'une coalition avec les sociaux-démocrates

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/09/2013

La chancelière allemande Angela Merkel, dont le parti conservateur CDU a largement remporté les législatives dimanche, s'est dite prête à discuter avec les sociaux-démocrates du SPD pour former un gouvernement de coalition.

Ce n’est pas vraiment une surprise. La chancelière allemande Angela Merkel, qui a enregistré une victoire historique aux législatives, a indiqué lundi 23 septembre être "ouverte" à des discussions avec ses adversaires du parti social-démocrate (SPD) pour former un gouvernement de "grande coalition".

"Nous sommes ouverts pour mener des discussions (...). J'ai eu un premier contact avec le président du SPD [Sigmar Gabriel]", a déclaré Angela Merkel. Ce dernier a demandé à en parler d'abord au sein de la direction de son parti, a précisé la chancelière qui a jugé ce comportement "bien compréhensible".

"Il y a une recherche sur la formation possible d'un gouvernement et le résultat est ouvert", a confirmé, de son côté, Sigmar Gabriel.

Les conservateurs de la CDU et de sa frange bavaroise, la CSU, ont réalisé dimanche leur meilleur score depuis la réunification allemande en 1990, en récoltant près de 41,5 % des voix. Ils disposent de 311 sièges sur 630 dans la nouvelle chambre basse du Parlement allemand, le Bundestag.

La CDU envisage "d'autres contacts" pour former sa coalition

Leur allié historique, le parti libéral FDP, n'a pas réussi à franchir la barre des 5 % de voix nécessaires pour franchir les portes du Bundestag. Angela Merkel doit donc chercher un nouveau partenaire. Crédité de 25,7 % des voix, la gauche allemande qui comptera 192 députés, paraissait donc en bonne position pour négocier une coalition. D’autant plus que Merkel avait déjà gouverné avec le SPD lors de son premier mandat entre 2005 et 2009.

La chancelière a toutefois souligné qu'elle n'excluait pas "d'autres contacts", notamment avec les Verts, autre partenaire possible pour former une majorité au Bundestag, qui ont obtenu  8,4 % des suffrages, soit 63 sièges au Parlement.

"Les sociaux-démocrates sont des gens compétents" ( René Lasserre)

"Il y a deux candidats possibles à cette coalition", a résumé René Lasserre, directeur du Centre d'information et de recherche sur l'Allemagne contemporaine (CIRAC), interrogé par FRANCE 24. "Il y a les Verts et les sociaux-démocrates, en effet. Ces derniers ont quand même des gens très compétents dans leur équipe. C'est sûr que le SPD va chercher à faire valoir une dimension sociale [en cas d'alliance]. Ils ont mené campagne pour plus de justice sociale", précise-t-il. Selon le spécialiste, il ne serait toutefois pas étonnant que la coalition CDU-SPD fonctionne. "Dans la tradition allemande, toutes les grandes réformes de protection sociale ont été signées grâce à des accords entre chrétiens et sociaux-démocrates", a ajouté René Lasserre.

Mais les négociations pourraient traîner en longueur : "Cela prendra un certain temps [mais] la CDU est prête à mener ces discussions et nous verrons bien", a indiqué Angela Merkel qui devra également composer avec la CSU. "La CDU et la CSU se coordonneront très étroitement [...]. J'ai eu quelques discussions très intensives avec Horst Seehofer [le leader de la CSU, ndlr] et nous en aurons d'autres", a-t-elle déclaré.

Avec dépêches
 

Première publication : 23/09/2013

  • ALLEMAGNE

    Législatives allemandes : le parti de Merkel frôle la majorité absolue

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES ALLEMANDES

    "Ce que les Allemands veulent, c'est Angela à la tête d'une coalition CDU-SPD"

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES ALLEMANDES

    Les Grecs viennent de plus en plus nombreux à Berlin… malgré tout

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)