Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : aux États-Unis, le mouvement "Buy Black" prend de l’ampleur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Mabanckou, écrivain du monde

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Trump ou Clinton : qui est le plus crédible sur l'économie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep, symbole de la faiblesse américaine"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Fance : le chômage repart à la hausse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton 1 - Trump 0"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Gabon, retour au calme, mais climat politique tendu à la veille de l'investiture d'Ali Bongo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le drôle de selfie d'Hillary Clinton

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire en France : Hollande à Calais pour la première fois de son mandat

En savoir plus

Economie

Blackberry sur le point d'être racheté pour 4,7 milliards de dollars

© AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/09/2013

Un accord de principe a été conclu entre Blackberry et un consortium emmené par l'assureur Fairfax pour racheter le groupe canadien. La société de smartphone connaît de graves difficultés financières depuis plusieurs mois.

Le fabricant de smartphones canadien en difficulté BlackBerry a conclu un accord de principe portant sur son rachat par un consortium emmené par Fairfax Financial Holding, son principal actionnaire, pour un montant de 4,7 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros).

L'assureur Fairfax, qui détient près de 10% de BlackBerry, propose de verser neuf dollars en cash par action pour la société canadienne, laquelle avait annoncé la semaine dernière qu'elle anticipait une perte de près d'un milliard de dollars, avec des ventes bien plus faibles que ne le pensaient les analystes.

"Nous pouvons apporter de la valeur aux actionnaires immédiatement, tout en poursuivant l'exécution d'une stratégie de long terme au sein d'une société non cotée, recentrée sur la
fournituer aux clients de BlackBerry du monde entier de solutions supérieures et sûres destinées aux entreprises", a dit Prem Watsa, le patron de Fairfax, dans un communiqué.

La société de Waterloo (Ontario) a jusqu'au 4 novembre pour rechercher des offres supérieures, ce qui est aussi la date limite fixée à Fairfax pour procéder à la consultation des comptes (due diligence).

"C'est une société qui doit sortir de la Bourse si elle veut avoir la moindre chance", a dit Colin Gillis, analyste de BGC Partners. "Ils pourront se restructurer à l'abri des regards, penser au long terme et stabiliser les finances".

Des années durant, posséder un BlackBerry, avec son option unique de consultation de mails, était un "must" pour les entreprises, les administrations et les cabinets d'avocat ou de conseil entre autres.

Mais depuis lors, l'entreprise a perdu du terrain face aux smartphones concçus par Apple et à ceux fonctionnant avec le système d'exploitation Android de Google.

L'action BlackBerry dégringole depuis vendredi, jour où l'entreprise a annoncé de lourdes pertes pour le deuxième trimestre de son exercice et la suppression de plus d'un tiers
de ses effectifs, soit environ 4.500 emplois - ajoutant que le comité spécial de son conseil d'administration continuait à explorer des alternatives stratégiques.

Il a précisé ce même vendredi qu'il avait vendu 3,7 millions de combinés sur la totalité du deuxième trimestre. Apple a lui annoncé lundi avoir vendu neuf millions d'exemplaires de ses deux nouveaux modèles d'iPhone, le 5S et le 5C, au cours des trois premiers jours de leur commercialisation, un résultat qu'il présente comme le meilleur lancement de l'histoire de sa gamme de "smartphones".

L'action BlackBerry est montée à 9,20 dollars sur le Nasdaq, après une suspension des cotations, pour revenir ensuite rapidement autour de 8,80 dollars.

Au cours des 12 derniers mois, l'action a atteint un pic de 18,32 dollars et touché un plancher de 6,22 dollars sur le Nasdaq.

Reuters

Première publication : 23/09/2013

  • TECHNOLOGIES

    Blackberry supprime un tiers de ses postes

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIES

    BlackBerry n'exclut plus de se vendre

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATION

    BlackBerry veut renaître des cendres de RIM

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)