Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Afrique

Au Maroc, la colère gronde contre le gouvernement islamiste de Benkirane

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/09/2013

Une grève nationale des transports a débuté lundi au Maroc pour protester contre l'indexation des prix du carburant sur les cours internationaux. La veille, des milliers de personnes ont également défilé dans les rues de Casablanca.

La grogne sociale pourrait rapidement s’étendre au Maroc. Alors qu'à Rabat, des milliers de personnes ont manifesté, dimanche 22 septembre, contre "la vie chère" et le gouvernement islamiste d'Abdelilah Benkirane, près de 110 syndicats de transport ont lancé lundi une grève nationale de 72 heures. Exit bus, autocars, camions, taxis… ce qui pourrait rapidement paralyser le pays.

Raison de cette colère ? L’augmentation des prix des carburants et des produits de première nécessité, après l’indexation des prix sur les cours internationaux pour juguler le déficit. À cela s'ajoute une récente hausse de 6% du prix du lait, "la première depuis 2009".

"Nous manifestons contre les produits qui deviennent trop chers, le lait, la viande, et maintenant l'essence. Et il n'y a pas de travail. On ne veut plus de (Abdelilah) Benkirane, il n'a rien fait", a affirmé à l'AFP Hassan Marrakchi, 48 ans. "On est là pour que la situation change. Il faut augmenter les salaires. Surtout que la hausse des prix, ça devient trop!", a ajouté Redouane Moutahader, 44 ans, venu de Casablanca.

"Le gouvernement doit absolument revenir sur ses décisions"

Et les manifestants ne comptent pas s'arrêter là. Après cet arrêt de travail, les professionnels des transports comptent marcher sur Rabat, où dimanche des travailleurs, des familles, mais aussi beaucoup de jeunes avaient déjà répondu à l'appel du syndicat UGTM, proche de l'Istiqlal. Ce parti conservateur a claqué la porte de la coalition gouvernementale il y a quelques mois. Dans le cortège, de nombreux étendards sur lesquels figuraient une main avec un pouce dirigé vers le sol, et des slogans hostiles au Premier ministre Abdelilah Benkirane.

"C'est un message clair, adressé au gouvernement, qui doit absolument revenir rapidement sur ses décisions (...). Nous appelons à des grèves dans toutes les villes et les campagnes du Maroc", a déclaré Hamid Chabat , le patron de l'Istiqlal et maire de Fès (centre).

"Il n’est pas normal qu’un gouvernement minoritaire prenne ce genre de décisions, il fallait attendre la loi de Finances 2014. Nous avons bien nos propres propositions alternatives, que nous réservons pour le débat sur le prochain budget. L’Istiqlal est allié stratégique, notre alliance est historique, et il était normal que nous soyons là", a affirmé sur le site Médias 24 Habib El Malki, président du Centre marocain de conjoncture (CMC).

Une hausse de 5 % à 8 % du prix de l'essence

Face à un déficit ayant atteint 7,3% du PIB en 2012, le gouvernement emmené par les islamistes du Parti justice et développement (PJD), a décidé d'indexer de manière "partielle" et "limitée" les prix des carburants sur les cours internationaux. Entrée en vigueur mi-septembre, cette décision a aussitôt entraîné une hausse de 5 % à 8 % des prix à la pompe. Elle est présentée comme le point de départ d'une réforme de la caisse de compensation, qui subventionne à grands frais des produits de base. Son coût a explosé, frôlant en 2012 les 55 milliards de dirhams (4,9 milliards d'euros, soit 6 % du PIB).

"La force de ce gouvernement est de prendre une décision qui n'est pas populaire, mais doit être prise", a récemment déclaré à l'AFP le ministre en charge de cette réforme, Najib Boulif.

Il a annoncé des mesures d'accompagnement, afin d'éviter une inflation généralisée, notamment avec les coûts des transports. D'après le quotidien L'Économiste, une enveloppe de 150 millions de dirhams sera ainsi débloquée à l'attention de 85 000 conducteurs de taxi.

Première publication : 23/09/2013

  • MAROC

    Le gouvernement marocain affaibli après le retrait des ministres de l'Istiqlal

    En savoir plus

  • MAROC

    Un journaliste marocain arrêté pour diffusion d'une vidéo d'Aqmi

    En savoir plus

  • MAROC

    En images : assauts spectaculaires d'immigrants à Melilla et Ceuta

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)