Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Afrique

Nouvelle flambée de violences à Conakry à l'approche des législatives

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 23/09/2013

Alors que la Guinée est en pleine campagne pour les législatives prévues le 28 septembre, des heurts entre opposants et partisans du président Alpha Condé à Conakry ont fait un mort et plus de 70 blessés en deux jours, selon un bilan officiel.

À moins d'une semaine des élections législatives en Guinée, la capitale est en proie à des violences qui opposent depuis 48 heures des militants de l'opposition aux forces de l'ordre dans la banlieue de Conakry, faisant un mort et 70 blessés, selon le dernier bilan.

Lundi, de nouvelles violences ont impliqué dans la banlieue des jeunes opposants à des forces de l'ordre. Un élève-gendarme a été tué par balle, deux gendarmes ont été blessés par balle et 49 personnes ont été légèrement blessées, selon le ministre Camara.

Les incidents ont éclaté quand des centaines de jeunes militants de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, de Cellou Dalein Diallo, principal opposant), armés de bâtons et de pierres, ont érigé des barricades de fortune sur une des principales artères de la banlieue, d'après un journaliste de l'AFP.

Un climat électoral électrique

Ils ont jeté des pierres contre deux véhicules de la police et criaient: "Vengeance, vengeance", face aux forces de l'ordre déployées en grand nombre dans la banlieue, dans les quartiers de Cosa, Bambéto, Hamdallaye et Wanidara.

Selon des jeunes manifestants interrogés par l'AFP, les protestataires accusent les partisans du pouvoir d'avoir attaqué dimanche un cortège de l'épouse de leur leader Cellou Dalein et brûlé un de ses véhicules dans la banlieue.

D'après des sources concordantes, de premiers heurts se sont produits dimanche entre des militants du pouvoir et de l'opposition dans la banlieue de Conakry.

Ces violences, survenues dimanche et lundi, éloignent la perspective d'un scrutin législatif apaisé, attendu depuis 2011 et repoussé plusieurs fois.

Initialement prévu ce 24 septembre, les législatives ont été repoussées de quatre jours après des tractations entre le pouvoir et l'opposition sous l'égide de la communauté internationale, pour une meilleure organisation du vote.

Avec dépêches

Première publication : 23/09/2013

  • GUINÉE

    Les élections législatives reportées au 28 septembre en Guinée

    En savoir plus

  • GUINÉE

    Au moins 50 morts en Guinée après trois jours de violences inter-ethniques

    En savoir plus

  • GUINÉE

    Nouvelle nuit de violences et de pillages à Conakry

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)