Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

REVUE DE PRESSE

REVUE DE PRESSE

Dernière modification : 24/09/2013

Nairobi : une attaque internationale

Dans la revue de presse française de ce mardi, le portrait d'une française victime du terrorisme à Nairobi, François Hollande face à la fronde des élus socialistes, mais qui reprend un peu de souffle auprès des basketteurs champions d'Europe.

Elle s’appelle Anne. Son visage est en Une du Parisien. Sa vie s’est brutalement arrêtée dimanche, victime du terrorisme des Shebabs. Le journal lui rend hommage avec un portrait d’une page. Cette française de 27 ans voulait devenir actrice. Elle rêvait d’incarner le rôle d’une top-modèle comme la Brésilienne Gisèle Bünchen. Originaire de Nice, elle était amoureuse du Kenya où elle travaillait au quotidien avec une tribu. Elle a été tuée dans les toutes premières minutes de l’attaque sur le parking du centre commercial, avec sa mère, avec qui elle vivait elle aussi très attachée au Kenya.

Une attaque qui intervient alors que les chefs d’Etats du monde entier se rendent à New York pour l’Assemblée générale de l’ONU. Le président français lui s’exprimera dès aujourd’hui.

"François Hollande à la conquête du monde", titre Métro, seul quotidien ce matin à faire de ce sujet sa Une. Le président français compte bien réaffirmer sa position sur la Syrie. Il délivrera "un message ferme sur la nécessité de vérifier et de contrôler le processus de désarmement", explique l’entourage du chef de l’Etat cité par le journal gratuit.

François Hollande qui aura aussi un autre rendez-vous important à New York : une rencontre avec le président iranien. C’est à lire dans le Figaro où on apprend que le nouveau président iranien se rend en "vedette américaine" à l’ONU. L’entourage du chef de l’Etat précise immédiatement que cette rencontre a été souhaitée par l’Iran. L’Elysée affirme saisir cette main tendue avec prudence. Les diplomates du Quai d’Orsay se disent d’ailleurs assez sceptiques sur les avancées que pourraient apporter de telles discussions directes. Mais la France veut donner une chance au nouveau président iranien. Les conseillers de François Hollande, cité par le quotidien, expliquent qu’ils n’auraient pas accepté une telle rencontre avec Mahmoud Ahmadinejad, le prédécesseur d’Hassan Rohani.

Toujours sur ce sujet de l’Assemblée générale des Nations Unies, dans le Parisien, on apprend que François Hollande se dit déçu par Barack Obama. Les relations entre les 2 hommes se sont tendues à cause du dossier syrien, explique le Parisien. Certes, le président français ne l’affirme pas publiquement, mais ses conseillers le disent en off. "François Hollande a été déçu et surpris par les hésitations d’Obama sur la Syrie", assure notamment un diplomate de haut rang, cité par le quotidien. Surtout que l’Elysée avoue ne pas avoir vu venir le revirement américain.

Un revirement américain qui en France a mis en difficulté François Hollande. Puisque les Français n’ont pas compris les positions du Chefs de l’Etat sur la Syrie. Et le font savoir dans les sondages. C’est une des raisons qui ont fait chuter le président français dans les sondages. Il y en a d’autres, notamment le fameux "ras-le-bol" fiscal. Et le Figaro pour le 2e jour consécutif se fait un malin plaisir à le souligner. Surtout qu’une trentaine de députés socialistes se mettent désormais à critiquer ouvertement la politique de hausses d’impôts du gouvernement. C’est la "grande déprime du PS", titre le quotidien de droite qui cite Anne Hidalgo qui juge que le gouvernement est allé trop loin dans les hausses d’impôts qui gènent les classes moyennes.
Pour Guillaume Tabard, la situation est grave pour François Hollande car "il n’y a rien de pire pour un exécutif qu’une majorité qui affiche ses doutes et prend ses distances avec un président perçu comme une gène plus que comme une aide", écrit-il dans son éditoria
l.

La fronde anti-Hollande est également en Une de Libération avec ce titre : "la Gauche dans l’étau". Une UNE forte, symbolique. Mais en réalité, Libération vole au secours du chef de l’Etat. Dans son éditorial Eric Decouty explique que la grande erreur du gouvernement ne se situe pas au niveau de son action, mais plutôt de sa communication. Il y a d’abord eu des couacs (comme la fameuse expression du ras-le-bol fiscal prononcée par Moscovici, ou le couac sur la pause fiscale), mais surtout le gouvernement a oublié d’accompagner sa politique fiscale d’une indispensable pédagogie de l’impôt. Un impôt qui pour l’éditorialiste "n’est pas une punition. Au contraire, c’est le premier outil de distribution, un des fondements de la démocratie", écrit-il. Encore faut-il bien l’expliquer. Et c’est ce que se propose de faire le journal de gauche sur 3 pages. Trois pages qui veulent rétablir certaines vérités, sortir de ce que Libération appelle la "grande illusion du trop d’impôts". Trois pages qui insistent notamment sur le fait que la France possède "l’un des systèmes de prélèvement les plus socialement juste de la plupart des pays développés".

Dans ce contexte lourd, François Hollande aura tout de même pu s’offrir hier un moment de répit. Une pause avec les basketteurs français champions d’Europe. C’est lire et à voir sur le Huffington Post qui publie une photo d’un François Hollande rayonnant, ravi aux cotés des joueurs de l’équipe de France.  Cela faisait longtemps qu’on n’avait plus vu le chef de l’Etat aussi souriant. Une photo similaire a d’ailleurs également été diffusée sur le compte twitter de l’Elysée, nous apprend le journal en ligne. La voici. Notons que le chef de l’Etat s’est placé juste à côté de Tony Parker. Evidemment pour discuter avec cette star hors du commun. Mais on ne peut s’empêcher de penser que c’est aussi dans un souci de ne pas apparaitre trop petit à coté des géants du basket.

 

Par Christophe DANSETTE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

29/08/2014 guerre

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

Dans cette revue de presse proposée par Sandrine Gomes, un changement de ton et de rhétorique dans la presse anglo-saxonne face à l'"invasion" russe de l'Ukraine, des critiques...

En savoir plus

27/08/2014 Tourisme

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

Presse internationale, mercredi 27 août 2014. Au menu de cette revue de presse, l'annonce d'un cessez-le-feu permanent entre le Hamas et Israël, le dernier stratagème du...

En savoir plus

29/08/2014 Emmanuel Macron

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

Au menu de cette revue de presse proposée par Sandrine Gomes, les suites du premier couac du gouvernement Valls II, une université du Parti socialiste sur fond de tensions à La...

En savoir plus

28/08/2014 François Hollande

"J'aime l'entreprise"

Presse française, jeudi 28 août 2014. Au menu de cette revue de presse, l'intervention du Premier ministre Manuel Valls devant l'université d'été du Medef. Un discours ovationné...

En savoir plus

27/08/2014 Arnaud Montebourg

"Un Mozart social-libéral à Bercy"

Presse française, mercredi 27 août 2014. Au menu de cette revue de presse, la composition du nouveau gouvernement français, qui entérine la rupture de l'exécutif avec l'aile...

En savoir plus