Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

Amériques

Le conflit syrien domine la grand-messe de l’ONU

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/09/2013

La 68e assemblée générale de l’ONU s’ouvre ce mardi à New York. Le conflit en Syrie, sur lequel le Conseil de sécurité brille par son inertie depuis deux ans et demi, devrait dominer les discussions.

Une semaine diplomatique intense commence mardi 24 septembre à New York, où les représentants des 193 pays membres de l’ONU se retrouvent pour la 68e assemblée générale de l’organisation. La situation en Syrie et la question du nucléaire iranien devraient vraisemblablement dominer cette grand-messe annuelle de la diplomatie internationale.

Bien seule dans son combat, la diplomatie française va tenter de faire adopter une résolution sur la République centrafricaine, aux mains des rebelles de la Séléka depuis mars 2013. Lors d’un mini-sommet consacré à la RCA à Bamako mi-septembre, François Hollande avait mis la communauté internationale en garde contre le risque de voir le pays devenir un "sanctuaire de terroristes".

L’Union africaine souhaite augmenter ses contingents présents sur place pour tenter de stabiliser la situation politique et garantir la sécurité des populations, mais elle doit, pour se faire, obtenir l’accord du Conseil de sécurité de l’ONU. Mardi, dans son discours devant l’assemblée générale de l’organisation, François Hollande va tenter de réveiller l’intérêt de la communauté internationale pour ce pays, plongé dans le chaos. Mais entre le conflit en Syrie et le nucléaire iranien, ses appels risquent fort de rester lettre morte.

Cette semaine pourrait notamment voir significativement évoluer la position internationale sur le conflit en Syrie, crise majeure qui secoue le Moyen-Orient depuis mars 2011 et qui, depuis cette date, a tué plus de 110 000 personnes. En deux ans et demi, l’ONU n’est jamais parvenue à voter une résolution contraignante contre le régime de Damas. La Russie et la Chine ont à deux reprises opposé leur veto au Conseil de sécurité.

Les lignes ont pourtant commencé à bouger au cours de ces dernières semaines. Le 11 septembre dernier, le président syrien, Bachar al-Assad, s’est déclaré favorable au plan proposé par la Russie pour éviter des frappes américaines et françaises en Syrie, consistant à placer ses armes chimiques sous contrôle international avant leur destruction. Trois jours plus tard, Washington et Moscou sont tombés d’accord sur un plan d’élimination des armes chimiques. Mais, depuis, les discussions avec les Occidentaux achoppent sur la question de sanctions en cas de non destruction des armes.

Le chapitre 7 de la discorde

"En coulisse, [les diplomates] discutent beaucoup de cette question, rapporte Emmanuel Saint-Martin, correspondant de FRANCE 24 à l’ONU. Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, a par exemple affirmé lundi qu’il y aurait des conditions pour que la France accepte de signer une résolution [fixant les conditions d’application du plan d’élimination des armes chimiques syriennes, ndlr]. Il a affirmé qu’il devait y avoir la mention d’un éventuel recours au chapitre 7, le principal point de friction entre Russes et Occidentaux. ‘Chapitre 7’, ça veut dire sanctions, et éventuellement recours à la force, ce qui était jusqu’à présent un tabou du côté russe."

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, et son homologue américain, John Kerry, doivent se rencontrer ce mardi, dès les premières heures de l’assemblée générale. Mais les désaccords risquent de persister entre les deux pays : dimanche, Sergueï Lavrov a accusé les États-Unis d’exercer un "chantage" sur la Russie afin qu’elle accepte une résolution contraignante pour son allié syrien.

Cependant, si, à l’issue des différentes réunions, les positions entre Russes et Occidentaux finissent par se rapprocher, le Conseil de sécurité pourrait sortir de sa paralysie sur la question syrienne et adopter une résolution dans le courant de la semaine.

Après la terreur Ahmadinejad, l’espoir Rohani

Outre la Syrie, une autre question agite le gratin diplomatique réuni à New York : le nucléaire iranien. Le président tout nouvellement élu, Hassan Rohani, va être scruté à la loupe au cours de cette semaine. Il a, ces derniers jours, multiplié les déclarations conciliantes, saluant notamment le ton "positif et constructif" du président américain, Barack Obama. Une rhétorique bien moins belliqueuse que celle de son prédécesseur, Mahmoud Ahmadinejad, et face à laquelle les diplomates occidentaux nourrissent un espoir prudent.

Hassan Rohani, qui s’est donné pour mission d’alléger les sanctions internationales qui étranglent son pays, pourrait ouvrir une nouvelle ère des relations de l’Iran avec l’Occident. "Nous voulons que le monde entende la voix de la nation iranienne opprimée. Au lieu de sanctions, il devrait adopter une politique de dialogue, d’échange, de compréhension mutuelle", a déclaré le chef de l’État iranien avant son départ pour New York, tout en maintenant le droit de l’Iran à disposer de l’atome.

Mardi en début d’après-midi, Hassan Rohani doit d’ailleurs rencontrer son homologue français François Hollande, première rencontre entre un président iranien et occidental depuis 2005. Il se dit même qu’il pourrait également s’entretenir avec Barack Obama, une entrevue que la Maison Blanche "n’exclut pas" sans toutefois l’avoir programmée.

Avec dépêches

Première publication : 24/09/2013

  • IRAN

    Nucléaire iranien : le président Rohani se dit prêt à des négociations "sérieuses"

    En savoir plus

  • SYRIE

    La Syrie a remis l'inventaire de ses armes chimiques

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas a transmis des données détaillées sur son arsenal chimique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)