Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Donald Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Universités françaises : la compétition internationale "pas forcément négative"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Fête de la musique : Arat Kilo, au carrefour des influences

En savoir plus

Amériques

Espionnage : à l’ONU, Dilma Rousseff fustige "l'affront" des États-Unis

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 24/09/2013

La présidente brésilienne a dénoncé, mardi à l’ONU, les écoutes téléphoniques menées par les États-Unis, les qualifiant "d'affront" envers le Brésil. Elle a par ailleurs annoncé l'adoption d'une législation pour se prémunir contre ces agissements.

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a violemment dénoncé, mardi 24 septembre à la tribune de l'ONU, le programme d'écoutes américaines, estimant qu'il violait les lois internationales. "L'argument selon lequel ces écoutes illégales visent à protéger les pays du terrorisme est intenable", a déclaré la présidente brésilienne, au premier jour de l'assemblée générale de l'ONU.

Cette dernière a encore annoncé que le Brésil adopterait une législation spécifique et se doterait d'une technologie pour se protéger des interceptions illégales de communications. Elle s'est prononcée pour la mise en place d'un cadre multilatéral sur la gouvernance d'Internet.

"Violation du droits international"

"S'immiscer d'une telle manière dans les vies et les affaires d'un autre pays est une violation du droit international et en tant que tel, un affront aux principes qui devraient gouverner les relations entre les pays, en particulier entre pays amis", a dit la présidente brésilienne.

Il y a une semaine, Dilma Rousseff a annulé une visite d'État à Washington, programmée fin octobre, pour protester contre l'espionnage dont elle a été victime de la part de la National Security Agency, l'un des services de renseignement des États-Unis.

Selon les articles parus dans la presse et s'appuyant sur les documents divulgués par l'ancien consultant américain de la NSA, Edward Snowden, la NSA a surveillé les courriels, les SMS et les appels téléphoniques de la présidente brésilienne et de ses conseillers.

Avec dépêches

Première publication : 24/09/2013

  • SCANDALE DES ÉCOUTES

    Prism : les chefs d'État brésilien et mexicain espionnés par la NSA

    En savoir plus

  • SCANDALE PRISM

    Espionnage : les tensions entre le Brésil et les États-Unis montent d'un cran

    En savoir plus

  • BRÉSIL

    Espionnage : Dilma Rousseff reporte sa visite à Washington

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)