Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Grande-Bretagne : les oubliés de la génération Windrush

En savoir plus

L’invité du jour

"L’Europe a un rôle à jouer dans la défense des éléphants"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

"Fair play financier" : le PSG passe son grand oral

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : l'opposition manifeste contre le projet de réforme électorale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manifestations en France : la guerre des chiffres

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Autocars : quand la grève à la SNCF fait recette

En savoir plus

LE DÉBAT

Réformes en France : vers une convergence des luttes ?

En savoir plus

POLITIQUE

Visite de Macron à Washington : que peut-il espérer de sa rencontre avec Trump ?

En savoir plus

Afrique

Plus de quatre-vingts éléphants empoisonnés au cyanure au Zimbabwe

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2013

Les autorités zimbabwéennes ont annoncé mercredi que, ces dernières semaines, 81 éléphants ont été empoisonnés au cyanure par des contrebandiers de l'ivoire. Le ministre de l'Environnement a déclaré la guerre aux braconniers.

Quatre-vingts éléphants ont été empoisonnés au cyanure ces dernières semaines dans le plus grand parc national du Zimbabwe par des braconniers, a déclaré mercredi 25 septembre le ministre zimbabwéen de l'Environnement, Saviour Kasukuwere. Le but : s'emparer de leurs défenses en ivoire, selon les autorités. Neuf suspects ont été arrêtés.

"Le poison a été placé à des endroits où les éléphants paissent, et non dans l'eau comme cela a été dit", a précisé Jerry Gotora, un responsable de l'office des parcs nationaux.

Les policiers et les rangers ont découvert 19 défenses de cette espèce protégée, du cyanure et des pièges dans des villages près du parc national Hwange, situé au sud des chutes Victoria.

Chasse aux braconniers

En réaction, le ministre de l’Environnement a déclaré "la guerre aux braconniers". "Nous réagissons avec force puisque notre faune, qui inclut les éléphants qui ont été tués, fait partie des ressources naturelles et de la richesse dont nous voulons qu'elles profitent au Zimbabwe," a-t-il affirmé.

Trois personnes, sur les neuf suspects arrêtés, ont été condamnées pour cet empoisonnement à une peine d'emprisonnement allant de 15 à 16 ans.

Seulement 50 rangers patrouillent dans ce parc, qui s'étend sur 15 000 km2, une surface qui équivaut à la moitié de la Belgique.

Avec dépêches
 

Première publication : 25/09/2013

  • ZIMBABWE

    Des femmes taxées 5 dollars pour avoir accouché dans la douleur au Zimbabwe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)