Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le Parlement assouplit la loi sur la consommation de stupéfiants

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron présents à l'hommage au policier Xavier Jugelé

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'hommage à Xavier Jugelé émeut mais n'évite pas les polémiques

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Emmanuel Macron est soutenu par les marchés financiers"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Il y aura une nouvelle Europe, un nouveau traité"

En savoir plus

FOCUS

À la "Frontière Sud" du Mexique, où commence vraiment le mur contre les migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Reda Kateb, un Django Reinhardt qui nous parle d'aujourd'hui

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Travaillez, M. Macron"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La majorité des Français n'a pas de candidat au second tour"

En savoir plus

Afrique

Plus de quatre-vingts éléphants empoisonnés au cyanure au Zimbabwe

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2013

Les autorités zimbabwéennes ont annoncé mercredi que, ces dernières semaines, 81 éléphants ont été empoisonnés au cyanure par des contrebandiers de l'ivoire. Le ministre de l'Environnement a déclaré la guerre aux braconniers.

Quatre-vingts éléphants ont été empoisonnés au cyanure ces dernières semaines dans le plus grand parc national du Zimbabwe par des braconniers, a déclaré mercredi 25 septembre le ministre zimbabwéen de l'Environnement, Saviour Kasukuwere. Le but : s'emparer de leurs défenses en ivoire, selon les autorités. Neuf suspects ont été arrêtés.

"Le poison a été placé à des endroits où les éléphants paissent, et non dans l'eau comme cela a été dit", a précisé Jerry Gotora, un responsable de l'office des parcs nationaux.

Les policiers et les rangers ont découvert 19 défenses de cette espèce protégée, du cyanure et des pièges dans des villages près du parc national Hwange, situé au sud des chutes Victoria.

Chasse aux braconniers

En réaction, le ministre de l’Environnement a déclaré "la guerre aux braconniers". "Nous réagissons avec force puisque notre faune, qui inclut les éléphants qui ont été tués, fait partie des ressources naturelles et de la richesse dont nous voulons qu'elles profitent au Zimbabwe," a-t-il affirmé.

Trois personnes, sur les neuf suspects arrêtés, ont été condamnées pour cet empoisonnement à une peine d'emprisonnement allant de 15 à 16 ans.

Seulement 50 rangers patrouillent dans ce parc, qui s'étend sur 15 000 km2, une surface qui équivaut à la moitié de la Belgique.

Avec dépêches
 

Première publication : 25/09/2013

  • ZIMBABWE

    Des femmes taxées 5 dollars pour avoir accouché dans la douleur au Zimbabwe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)