Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

François Hollande et Hassan Rohani brisent la glace

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2013

Le président iranien et son homologue français se sont entretenus à huis clos pendant une quarantaine de minutes, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU. François Hollande a salué les "paroles d’ouverture" de Hassan Rohani.

Une poignée de mains historique. Hassan Rohani, le président iranien, et François Hollande, son homologue français, se sont rencontrés mardi 24 septembre à New York, en marge de la 68e Assemblée générale de l’ONU. Aucune rencontre à ce niveau, entre les deux pays, n’avait eu lieu depuis 2005.

La rencontre, à huis clos, a duré une quarantaine de minutes et s’est déroulée dans le bureau de la délégation française à l’ONU en présence des ministres des Affaires étrangères des deux pays, Laurent Fabius et Mohammad Javad Zarif.
 

Au cours d’une interview à CNN, le président iranien a reconnu l’existence de l’Holocauste pendant la Seconde Guerre mondiale, contrairement à son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad qui l’avait qualifiée de "tromperie".

"Tout crime contre l'humanité, y compris les crimes commis par les nazis envers les juifs, est répréhensible et condamnable", a-t-il déclaré.

"Tuer un être humain est méprisable. Cela ne fait pas de différence s'il est chrétien, juif ou musulman", a-t-il affirmé. "Pour nous, c'est la même chose".

"Cela ne veut pas dire que puisque les nazis ont commis des crimes contre un groupe, ce groupe doit confisquer la terre d'un autre groupe et l'occuper", a-t-il ajouté. "Cela aussi est un acte qui devrait être condamné".

À l’issue de l’entrevue, le chef de l’État français a évoqué "un premier contact qui en appelle d’autres". Hassan Rohani a quant à lui souhaité un "meilleur avenir" pour la relation entre les deux pays. Selon un proche de François Hollande, présent lors de la rencontre, l’entrevue s’est déroulée dans un climat "poli et courtois", marqué par un "dialogue franc et direct".
 
Sur le fond de la discussion entre les deux présidents, rien, ou presque, n’a filtré. François Hollande s’est contenté de noter "les paroles d’ouverture" de Hassan Rohani sur la Syrie et sur la question du nucléaire iranien.

Des "résultats rapides" nécessaires

À l’issue de la rencontre, François Hollande a cependant souligné qu'il attendait que ces paroles "soient traduites maintenant dans les faits, insistant sur la nécessité de parvenir à un gouvernement de transition en Syrie" et à "des résultats rapides" sur le contrôle international du programme nucléaire de Téhéran.
 
Hassan Rohani, a de son côté exprimé le souhait dans le huis clos de la rencontre de voir la guerre prendre fin" en Syrie. Il s’est par ailleurs montré "ouvert" à l'organisation d'une nouvelle conférence internationale de paix, d'ores et déjà baptisée Genève 2.
 
Le chef de l’État français, qui a qualifié cette rencontre d’historique, est le seul dirigeant occidental à avoir rencontré le président iranien élu en juin dernier au cours de cette Assemblée générale de l’ONU.
 
La précédente rencontre entre des dirigeants français et iranien remonte à 2005, lorsque Jacques Chirac et le réformateur Mohammad Khatami s’étaient entretenus à Paris, en marge d’une manifestation de l’Unesco.

Avec dépêches

 

Première publication : 25/09/2013

  • NATIONS UNIES

    New York : la rencontre entre Rohani et Obama n'aura pas lieu

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    "L'Iran n'est pas une menace pour le monde", assure Hassan Rohani

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Obama à l'ONU : "Il faut essayer la voie diplomatique" avec l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)