Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Asie - pacifique

François Hollande et Hassan Rohani brisent la glace

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/09/2013

Le président iranien et son homologue français se sont entretenus à huis clos pendant une quarantaine de minutes, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU. François Hollande a salué les "paroles d’ouverture" de Hassan Rohani.

Une poignée de mains historique. Hassan Rohani, le président iranien, et François Hollande, son homologue français, se sont rencontrés mardi 24 septembre à New York, en marge de la 68e Assemblée générale de l’ONU. Aucune rencontre à ce niveau, entre les deux pays, n’avait eu lieu depuis 2005.

La rencontre, à huis clos, a duré une quarantaine de minutes et s’est déroulée dans le bureau de la délégation française à l’ONU en présence des ministres des Affaires étrangères des deux pays, Laurent Fabius et Mohammad Javad Zarif.
 

Au cours d’une interview à CNN, le président iranien a reconnu l’existence de l’Holocauste pendant la Seconde Guerre mondiale, contrairement à son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad qui l’avait qualifiée de "tromperie".

"Tout crime contre l'humanité, y compris les crimes commis par les nazis envers les juifs, est répréhensible et condamnable", a-t-il déclaré.

"Tuer un être humain est méprisable. Cela ne fait pas de différence s'il est chrétien, juif ou musulman", a-t-il affirmé. "Pour nous, c'est la même chose".

"Cela ne veut pas dire que puisque les nazis ont commis des crimes contre un groupe, ce groupe doit confisquer la terre d'un autre groupe et l'occuper", a-t-il ajouté. "Cela aussi est un acte qui devrait être condamné".

À l’issue de l’entrevue, le chef de l’État français a évoqué "un premier contact qui en appelle d’autres". Hassan Rohani a quant à lui souhaité un "meilleur avenir" pour la relation entre les deux pays. Selon un proche de François Hollande, présent lors de la rencontre, l’entrevue s’est déroulée dans un climat "poli et courtois", marqué par un "dialogue franc et direct".
 
Sur le fond de la discussion entre les deux présidents, rien, ou presque, n’a filtré. François Hollande s’est contenté de noter "les paroles d’ouverture" de Hassan Rohani sur la Syrie et sur la question du nucléaire iranien.

Des "résultats rapides" nécessaires

À l’issue de la rencontre, François Hollande a cependant souligné qu'il attendait que ces paroles "soient traduites maintenant dans les faits, insistant sur la nécessité de parvenir à un gouvernement de transition en Syrie" et à "des résultats rapides" sur le contrôle international du programme nucléaire de Téhéran.
 
Hassan Rohani, a de son côté exprimé le souhait dans le huis clos de la rencontre de voir la guerre prendre fin" en Syrie. Il s’est par ailleurs montré "ouvert" à l'organisation d'une nouvelle conférence internationale de paix, d'ores et déjà baptisée Genève 2.
 
Le chef de l’État français, qui a qualifié cette rencontre d’historique, est le seul dirigeant occidental à avoir rencontré le président iranien élu en juin dernier au cours de cette Assemblée générale de l’ONU.
 
La précédente rencontre entre des dirigeants français et iranien remonte à 2005, lorsque Jacques Chirac et le réformateur Mohammad Khatami s’étaient entretenus à Paris, en marge d’une manifestation de l’Unesco.

Avec dépêches

 

Première publication : 25/09/2013

  • NATIONS UNIES

    New York : la rencontre entre Rohani et Obama n'aura pas lieu

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    "L'Iran n'est pas une menace pour le monde", assure Hassan Rohani

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Obama à l'ONU : "Il faut essayer la voie diplomatique" avec l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)