Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

REPORTERS

Pakistan : Imran Khan, des terrains de cricket à la politique

En savoir plus

  • L'EI revendique dans une vidéo la décapitation d'un second journaliste américain

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • "Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • VTC : la justice interdit à Uber d'exercer en Allemagne

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

  • Rythmes scolaires : la rentrée chahutée par des maires récalcitrants

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

Afrique

Attaque de Nairobi : élan de solidarité dans un Kenya en deuil

© Leela Jacinto © FRANCE 24

Vidéo par Khalil BECHIR , Catherine NORRIS TRENT , Ben BARNIER

Texte par Leela JACINTO

Dernière modification : 27/09/2013

Les drapeaux sont en berne ce mercredi au Kenya, où trois jours de deuil national ont été décrétés après la prise d’otages meurtrière du centre commercial de Westgate. Les Kenyans se sont massivement mobilisés pour venir en aide aux victimes.

Un samedi au pas de course. C’est sur un rythme effréné qu’a commencé la journée de Josephine Mutungi. Ce 21 septembre, cette quadragénaire prend quelques instants sur son planning serré pour s’arrêter faire des courses au centre commercial de Westgate, à Nairobi, avant le match de foot de son fils.

"Mon fils et moi étions dans le magasin Planet Media [une enseigne très populaire de jouets, NDLR], au deuxième étage du bâtiment, lorsque nous avons entendu une forte détonation, raconte Joséphine Mutungi. Sur le moment, j’ai pensé que quelqu’un avait laissé tomber quelque chose de lourd, je n’ai pas imaginé un seul instant qu’il s’agissait d’une explosion."

Cette détonation est en réalité le début d’un calvaire qui durera quatre heures pour cette femme et son fils. Recroquevillée avec lui sur le sol, dans un coin du magasin, Josephine entend les coups de feu retentir et les balles siffler dans les couloirs du centre commercial. Elle voit les terroristes, armés jusqu’aux dents, arpenter calmement les allées en fumant.

Dans les boutiques, les employés tentent désespérément de cacher leurs clients, paniqués, dans les recoins et les espaces étroits entre les murs et les étagères.

Finalement, Josephine et son fils parviennent à s’échapper de Westgate, sains et saufs, avec l’aide du personnel de sécurité. "J’ai eu de la chance, commente-t-elle simplement. Je remercie Dieu, il m’a sauvée."

Un lourd bilan

Tous n’ont pas eu la même chance. Au moins 67 personnes ont été tuées au cours de l’attaque, selon des chiffres encore provisoires communiqués par les autorités kényanes. Au moins 170 personnes ont été blessées, dont 62 se trouvent encore à l’hôpital. Sur l’un de leurs comptes Twitter, les terroristes ont, eux, affirmé avoir exécuté 137 otages

Parmi les victimes décédées se trouvent des ressortissants français, britanniques, canadiens, hollandais, australiens, péruviens, indiens, ghanéens, sud-africains et chinois. Le centre commercial, situé dans un quartier cossu de Nairobi, était prisé de la classe aisée kényane et des expatriés.

Pendant la difficile opération de libération des otages et de sécurisation du périmètre, qui a duré quatre jours, trois étages du très chic centre commercial se sont effondrés, piégeant plusieurs corps sous des tonnes de décombres.

"Triomphe sur le diable"

Les Shebab, groupe d’islamistes somaliens affilié à Al-Qaïda, ont revendiqué l’attaque. Les autorités kenyanes ont diligenté une enquête pour déterminer qui se trouve réellement derrière cet acte terroriste.

C'est Uhuru Kenyatta qui a annoncé la fin de l’assaut contre les terroristes mardi soir, à la télévision publique. "Les Kenyans ont humilié et maîtrisé les assaillants", a-t-il déclaré à cette occasion, ajoutant, grandiloquent, que la nation avait "triomphé sur le diable". "Nous avons vaincu nos ennemis et montré au monde ce que nous sommes capables d’accomplir", a-t-il poursuivi.

Cinq assaillants ont été tués et 11 suspects ont été arrêtés, a déclaré le président kenyan Uhuru Kenyatta, lors d’une allocution télévisée mardi soir. Selon le ministère britannique des Affaires étrangères, un Anglais se trouve parmi les suspects. Les nationalités des autres assaillants présumés n’ont pas encore été dévoilées.

Mobilisation des Kenyans

La prise d’otage de Westgate a pris fin. Mais la douleur et le traumatisme ne font que commencer. Trois jours de deuil national ont été décrétés au Kenya. Dans tout le pays - et dans le monde - les familles des victimes préparent les funérailles de leurs proches, morts au cours de l’attaque. Les corps des ressortissants étrangers sont peu à peu rapatriés.

À Nairobi, dans les couloirs des hôpitaux, des morgues et des crématoriums, la même souffrance se lit sur les visages, les mêmes larmes noient les regards. À l’extérieur des bâtiments, les familles se regroupent sur les pelouses et sur les parkings, essayant de soustraire leurs regards angoissés aux caméras des chaînes d’information. D’autres vont à leur rencontre, acceptant des interviews, cherchant des informations sur leurs proches dont ils n’ont pas de nouvelles. Selon la Croix-Rouge kényane, 63 personnes sont portées disparues.

La sanglante prise d’otages a par ailleurs suscité une forte mobilisation à travers la ville pour venir en aide aux victimes. De grandes files d’attente s’étirent le long de tous les établissements de dons du sang de Nairobi. En une seule journée, la Croix-Rouge a collecté quelque 3 000 poches de sang dans le seul centre du parc Uhuru.

Dans son allocution à la nation mardi soir, Kenyatta a rappelé que les Kényans avaient fait don de 60 millions de shillings kényans (environ 510 000 euros). "Vous vous êtes levés comme un seul homme, et avez sans failles soutenu votre pays, vos frères et vos sœurs, a affirmé le chef de l'État. Vous avez également donné de la nourriture, des vêtements et d’autres denrées, pas seulement pour les victimes, mais aussi pour soutenir les secouristes bénévoles."

À un coin de rue, à quelques encablures de Westgate, une famille kényane a distribué des repas gratuits aux forces de sécurité et aux journalistes qui se trouvaient là pendant toute la durée du siège.

"J’ai une cuisine qui fonctionne, donc je peux cuisiner, explique Zena Anezdishes. Cela m’aide à mieux dormir". Samedi, elle avait rendez-vous dans un salon de beauté à l’intérieur du centre commercial. Mais elle n’a pas pu arriver à temps, son mari l’ayant retardée. "Ces cinq minutes m’ont sauvé la vie. C’est ma façon à moi de rendre cette chance, de remercier Dieu".

Première publication : 25/09/2013

  • KENYA

    De Bombay à Nairobi, distiller la peur au cœur des métropoles

    En savoir plus

  • KENYA

    Attaque de Nairobi : zones d’ombre autour de Samantha Lewthwaite, la "Veuve blanche"

    En savoir plus

  • KENYA

    Attaque de Nairobi : "trop sophistiquée pour venir uniquement de Somalie"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)