Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'immigration : un sujet électoraliste?

En savoir plus

La question du fait divers en politique

En savoir plus

Les socialistes et les Verts : après la fusion la fission !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

Le souverainisme à la mode ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La politique... un choc de personnalités ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

Asie - pacifique

Rohani veut régler la question du nucléaire iranien "dans les mois qui viennent"

© AFP

Vidéo par Julien SAUVAGET , Vanessa ABBA

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/09/2013

Le président Hassan Rohani se dit prêt à signer rapidement un accord sur le nucléaire iranien. Une déclaration qui intervient alors que les chefs de la diplomatie des cinq pays du Conseil de sécurité doivent rencontrer jeudi leur homologue iranien.

"Une résolution est nécessaire dans un délai raisonnable [sur la question du nucléaire iranien, NDLR]". Dans une interview accordée au quotidien américain "The Washington Post" et publiée mercredi 25 septembre, le président iranien Hassan Rohani n’a cessé de multiplier les gestes de bonne volonté sur la question du nucléaire iranien qui empoisonne les relations de Téhéran avec l’Occident depuis huit ans.

"La seule façon d’avancer efficacement est de mettre en place un échéancier court dans les négociations et de le respecter. C’est une décision de mon gouvernement, cette rapidité est essentielle pour régler ce dossier nucléaire […]. Trois mois serait le choix de l’Iran, mais s’il s’agit de six mois, c’est également satisfaisant. C’est une question de mois, pas d’années", a poursuivi le président iranien, en s’engageant à la transparence "si l’Occident reconnaît les droits de l’Iran".

Vers une normalisation des relations irano-américaines?

Un tel accord, note-t-il, permettrait une normalisation des relations entre Téhéran et Washington, qui ont coupé leurs liens diplomatiques depuis 1980."Si M. Obama et moi-même devions nous retrouver, nous regarderions tous les deux vers le futur, ses perspectives et nos espoirs pour le futur, a déclaré le président iranien au "Washington Post". Les notes, les lettres et les échanges que nous avons vont dans cette direction. Nous avons besoin d'un point de départ. Je pense qu'il s'agit du dossier nucléaire".

À la tribune de l’ONU mardi, Hassan Rohani avait assuré son pays était prêt à coopérer de manière bilatérale et multilatérale et avait ajouté vouloir régler cette question "le plus rapidement possible","dans l'intérêt de tous". "L’Iran n’est absolument pas une menace pour le monde", avait-il poursuivi.

Cependant, si le président adopte à l’égard des Occidentaux un ton moins belliqueux que son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad, il n’a pour autant pratiquement rien changé à la ligne officielle iranienne sur cette épineuse question du nucléaire, répétant que son pays ne cherchait pas à se doter de l’arme nucléaire, comme l’en suspecte le Conseil de sécurité.

Réunion historique des chefs de la diplomatie

Ce jeudi, les ministres des Affaires étrangères des cinq pays du Conseil de sécurité, auxquels se joint le chef de la diplomatie allemande (P5+1), doivent rencontrer leur homologue iranien. Une réunion sans précédent sur cette question, abordée avec prudence par les diplomates occidentaux. "Il règne un optimisme certain aux Nations unies sur cette question du nucléaire iranien, mais un optimisme prudent, note Emmanuel Saint-Martin, correspondant de FRANCE 24 à New York. Par exemple, un diplomate occidental nous a dit qu’énormément de gestes et de signaux avaient été envoyés [par Téhéran, NDLR], mais que pour l’instant, rien ne changeait vraiment en substance."

Selon le journaliste, la diplomatie mondiale mise beaucoup sur cette réunion. "On espère, du côté occidental, en savoir plus sur les intentions de l’Iran, quels sont vraiment ses objectifs. Une issue dans les trois à six mois, fixée par Hassan Rohani, est un objectif très très ambitieux à l’échelle de ce que sont les relations irano-occidentales. Il faut se souvenir que le P5+1 négocie sur cette question depuis 2006. Pour l’instant, on le sait, sans aucun résultat".

Hassan Rohani, lui, affiche une détermination sans faille à l’approche de cette réunion historique: "L’un des objectifs de cette réunion avec le P5+1 est de se prouver mutuellement que trouver une solution au dossier nucléaire est une préoccupation réelle. Si nous y parvenons, je peux vous garantir que cela peut être réglé très rapidement".

Avec dépêches

 

Première publication : 26/09/2013

  • NATIONS UNIES

    François Hollande et Hassan Rohani brisent la glace

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    "L'Iran n'est pas une menace pour le monde", assure Hassan Rohani

    En savoir plus

  • NATIONS UNIES

    Obama à l'ONU : "Il faut essayer la voie diplomatique" avec l'Iran

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)