Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Moyen-orient

Vote crucial du Conseil de sécurité sur l'arsenal chimique syrien

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/09/2013

Plus de deux ans après le début du conflit en Syrie, les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU se réunissent cette nuit pour voter une résolution qui doit acter le démantèlement des armes chimiques du régime syrien.

Après plusieurs semaines de tractations, la communauté internationale semble avoir trouvé un terrain d’entente sur le délicat dossier syrien. Le Conseil de sécurité de l’ONU, qui se réunit dans la nuit de vendredi 27 à samedi 28 septembre, devrait voter une résolution encadrant la destruction de l’arsenal chimique syrien.

"C'est un pas en avant : le Conseil de sécurité était totalement bloqué depuis deux ans et demi."

Le vote de cette nuit constitue une véritable avancée sur le dossier syrien, paralysé depuis le début du conflit, en mars 2011. En deux ans, le Conseil de sécurité n’est jamais parvenu à s’accorder sur un texte, Moscou et Pékin ayant mis leur veto à trois reprises.

Face à la presse, le président américain Barack Obama a qualifié l’accord négocié d’"énorme victoire pour la communauté internationale". Une satisfaction partagée par la France, qui a néanmoins souligné qu’avec cet accord, Moscou engageait "sa crédibilité".

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a également demandé à ce que soit fixé dès vendredi soir la date d’une conférence sur la paix en Syrie, dont l’objectif serait notamment de choisir par consensus un gouvernement provisoire doté des pleins pouvoirs exécutifs. Une décision qui permettrait d’enclencher un processus de transition politique.

L’Iran, dont les relations avec l’Occident se sont particulièrement réchauffées ces dernières semaines, a fait part de son souhait de participer "activement" à toute conférence de paix sur la Syrie.

Une deuxième résolution sera nécessaire pour d'éventuelles sanctions

Le projet de résolution prévoit la possibilité pour le Conseil de prononcer des sanctions à l'encontre du régime Assad si le plan de désarmement chimique n'est pas respecté. Cependant, le texte ne précise pas quelles sont les mesures envisagées et n'impose pas de sanctions automatiques. En cas de violation des engagements, il faudrait donc une deuxième résolution, ce qui laisse à Moscou, allié de Damas, un droit de regard et une possibilité de blocage.

Les experts de l'OIAC devrait commencer à inspecter l'arsenal chimique syrien mardi

Les experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) devraient débuter mardi leurs inspections en Syrie, selon un projet d'accord dont Reuters a eu connaissance.

Ce document doit être approuvé par l'OIAC lors d'un vote vendredi soir. Il demande aussi aux Etats membres de cette organisation de financer ses opérations afin de parvenir à une rapide mise en oeuvre de l'accord russo-américain sur la destruction des armes chimiques syriennes.
 

REUTERS

L'accord a émergé après d'intenses discussions entre Washington et Moscou, principal soutien du régime de Bachar al-Assad. L'objectif était d'élaborer une mesure exigeant la destruction de l'arsenal chimique syrien, qui aille dans le sens de l'accord trouvé à la mi-septembre entre les États-Unis et la Russien, tout en évitant des frappes américaines contre les forces loyalistes syriennes.

Les puissances occidentales membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont renoncé à la plupart des exigences qui étaient initialement les leurs afin d'obtenir l'aval de la Russie.

Les diplomates occidentaux saluent une "avancée"


Un responsable du département d'État a de son côté salué l'accord, qualifié "d'avancée". "Les Russes ont accepté de soutenir une résolution forte, obligatoire, qui réunit la pression et l'attention de la communauté internationale sur le régime syrien afin de garantir l'élimination des armes chimiques syriennes", a-t-il dit.

Pour le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, ce texte "marque un pas en avant".

Pour sa part, la Russie s'est dite prête à aider à la destruction des armes chimiques de la Syrie et à la surveillance des sites, mais exclut de détruire sur son sol une partie de cet arsenal.

Bachar al-Assad a réaffirmé quant à lui dans un entretien à la chaîne vénézuélienne Télésur que son régime ne poserait "pas d'obstacles" au démantèlement de son arsenal chimique, soulignant que son pays se considérait "généralement comme engagé par toutes les conventions" qu'il signait.

Avec dépêches

Première publication : 27/09/2013

  • SYRIE

    Damas a transmis des données détaillées sur son arsenal chimique

    En savoir plus

  • SYRIE

    La tension entre l'ASL et les combattants d'Al-Qaïda éclate au grand jour

    En savoir plus

  • FRANCE - SYRIE

    La Syrie, terrain de prédilection des combattants français

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)