Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

États-Unis - Cuba, un rapprochement historique

En savoir plus

Afrique

Le gouvernement kenyan taxé de "désinvolture" sur l’attaque de Nairobi

© AFP.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/09/2013

Plusieurs sources sécuritaires de "haut niveau" ont déclaré à l’AFP que le gouvernement kenyan avait négligé plusieurs menaces peu avant l’attaque du centre commercial Westgate à Nairobi, qui a provoqué la mort d’au moins 67 personnes.

Le gouvernement kenyan aurait-il pris "avec désinvolture" des menaces sur un risque élevé d’attentat avant que les Shebab ne donnent l’assaut sur le centre commercial Westgate de Nairobi ? C’est en tout cas ce qu’affirment samedi plusieurs sources sécuritaires de "haut niveau" à l’AFP.

Ces sources, citées par l’agence de presse, affirment qu’un rapport du renseignement kényan, le NIS, avait été diffusé aux patrons des différents services de sécurité ainsi qu’à plusieurs ministères avant le drame. Il faisait état d’un projet d'attaque de grande ampleur dans le courant du mois de septembre.

Selon l’une de ces sources, "Israël avait prévenu d'attaques possibles contre ses intérêts économiques" au Kenya, mais "à part transmettre (le rapport du NIS) d'un bureau à l'autre, rien n'a été fait".

Un autre responsable explique aussi que, depuis fin 2012, plusieurs rapports du NIS avaient déjà évoqué la présence "de menaces sur des objectifs précis, y compris le Westgate", sans que personne ne semble "les prendre au sérieux".

"Personne ne peut dire qu'on n'avait pas été prévenus", conclut cette source.

Le patron des renseignements kényans sur la sellette

Ces accusations interviennent dans un contexte déjà difficile pour les autorités kényanes. Les critiques pleuvent dans l’opinion publique, mais aussi de la part de certains députés, qui réclament la tête de Michael Gichangi, chef du NIS. Il doit être auditionné par le Parlement lundi.

Dans leur édition de samedi, "Le Nation", le "Standard" et le "Star", trois des principaux quotidiens kényans, publiaient des extraits de ce rapport du NIS sur la forte probabilité d’une opération terroriste.

Ces informations seraient parvenues aux ministères des Finances, de l'Intérieur, des Affaires étrangères et de la Défense, ainsi qu’au chef de l'armée, explique le quotidien "The Nation".

L’assaut du Westgate, luxueux centre commercial, mené par les Shebab samedi 21 septembre avait provoqué la mort d’au moins 67 personnes. Après quatre jours de siège, les forces de l’ordre kényanes étaient finalement parvenues à reprendre le contrôle des lieux. Une soixantaine de personnes est toujours portée disparue.

Les insurgés islamistes somaliens shebab, qui avaient revendiqué l'attaque, l'ont justifiée comme des représailles à la présence militaire du Kenya en Somalie. L'identité des assaillants reste inconnue, mais des informations de presse ont fait état de l'implication d'une Britannique, Samantha Lewthwaite, veuve d'un des kamikazes des attentats de Londres en 2005.

Les autorités kényanes ont annoncé détenir huit suspects qui seraient liés à l'assaut.

L'attaque du Westgate est l’attentat le plus meurtrier perpétré sur le sol kenyan depuis celui qui avait frappé l'ambassade américaine en 1998. Plus de 200 personnes étaient décédées au cours de l’opération.



Avec dépêches

Première publication : 28/09/2013

  • ATTAQUE DE NAIROBI

    Les autorités kényanes détiennent huit suspects

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Le trafic d'ivoire finance les Shebab somaliens

    En savoir plus

  • KENYA - REPORTAGE

    À Nairobi, les habitants du "petit Mogadiscio" craignent des représailles

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)