Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

Amériques

Les républicains votent un report de la réforme de santé d'Obama

© AFP

Vidéo par Philippe GASSOT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2013

Les républicains de la Chambre des représentants ont prolongé la bataille budgétaire dans la nuit de samedi à dimanche, en conditionnant le financement de l'État fédéral à un report de l'entrée en vigueur d'Obamacare, prévue mardi.

Les adversaires républicains de Barack Obama ont relancé la bataille budgétaire en votant, dans la nuit de samedi à dimanche 29 septembre, un projet de budget amendé reportant l’entrée en vigueur de la réforme de santé phare du président américain.

Forts de leur majorité à la Chambre des représentants, les élus républicains ont fait adopter un projet de loi provisoire qui financerait les opérations de l'État fédéral jusqu'au 15 décembre, reporterait d'un an l'entrée en vigueur de la réforme du système de santé, qui doit s'appliquer pleinement à partir de 2014, et supprimerait une taxe sur les appareils médicaux créée par cette loi.

"Chantage budgétaire"

Ce vote de la Chambre des représentants renforce la perspective d’une fermeture des services fédéraux pour la première fois depuis dix-sept ans à compter de mardi 1er octobre, début de l’exercice fiscal. Le Congrès américain, divisé entre une Chambre des représentants contrôlée par les républicains et un Sénat à majorité démocrate, doit se mettre d'accord et voter un texte similaire sur le budget d’ici deux jours, faute de quoi des centaines de milliers de fonctionnaires pourraient être mis en congés sans solde dès mardi matin.

Néanmoins, pour éviter tout retard dans le versement des soldes des militaires, les républicains ont fait adopter à l'unanimité un second texte samedi pour garantir le paiement normal des soldats quoi qu'il arrive, une résolution que les sénateurs devront aussi approuver pour qu'elle devienne réalité.

Le chef de la majorité démocrate au Sénat, Harry Reid, a déclaré que le Sénat, qui ne se réunira pas avant lundi 14h00 (18h00 GMT), n'acceptera pas la remise en cause de l'"Obamacare", qui élargit l'assurance-maladie aux plus démunis. Barack Obama a déjà annoncé qu’il ne céderait pas à ce qu’il considère comme un "chantage" budgétaire, laissant planer la menace d’un véto présidentiel dans le cas improbable où le projet de loi républicain serait adopté par le Congrès.

Avec dépêches
 

Première publication : 29/09/2013

  • ÉTATS-UNIS

    Après des années de bataille législative, "Obamacare" entre en vigueur

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Impasse budgétaire au Congrès américain, l'heure des coupes a sonné

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    La Cour suprême américaine approuve l'essentiel de la réforme de santé d'Obama

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)