Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Afrique

Forte participation aux législatives guinéennes

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/07/2014

Les législatives guinéennes du 28 septembre se sont déroulées dans le calme et ont massivement mobilisé les électeurs, renforçant l'espoir de sortir d'une transition agitée. Les résultats complets provisoires seront annoncés mercredi .

Les Guinéens attendaient les premiers résultats partiels des élections législatives, dimanche 29 septembre, au lendemain d’un scrutin marqué par une grande mobilisation des électeurs dans le calme. Ce vote parlementaire à tour unique est censé marquer l’aboutissement de la transition démocratique après le coup d’État militaire de 2008 et mettre fin à des décennies d'instabilité politique dans le pays d'Afrique de l'Ouest.

"L’engouement populaire a été très important dans la capitale guinéenne", rapporte Tatiana Mossot, envoyée spéciale de FRANCE 24 en Guinée, notant la présence de longues files d’attente devant les bureaux de vote en fin d’après-midi.

La commission électorale nationale indépendante (Céni) a fait état d’un taux de participation de plus de 80 %. Le dépouillement des bulletins a commencé dès la fermeture des bureaux de vote et s'est poursuivi dans la nuit à l’aide de lampes-torches en certains endroits à Conakry, faute d'électricité.

‘Il n'y a pas eu de heurts, les Guinéens se sont bien comportés", a déclaré le responsable de la Communication de la Céni, Alpha Yéro Condé, lors d'une conférence de presse. Les résultats complets provisoires seront annoncés mercredi, a-t-il ajouté.

Transition agitée

Des problèmes ont été signalés par endroits à Conakry et en province, notamment l'absence d'encre indélébile, des bureaux de vote ou cartes électorales introuvables. Des électeurs ont aussi dénoncé la qualité de l'encre utilisée, qui n'était pas toujours indélébile, ce qui rend possible, selon certains, des votes multiples.

Plus de cinq millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour ces législatives, les premières depuis celles de 2002. Elles devaient être organisées dans les six mois suivant l'investiture, en décembre 2010, d'Alpha Condé, devenu le premier président démocratiquement élu de Guinée, après deux ans de transition agitée sous la coupe de militaires putschistes.

Le scrutin a été repoussé plusieurs fois, en raison d'absence de consensus entre pouvoir et opposition, notamment sur le fichier électoral. Le processus électoral a été grippé pendant plusieurs mois par un bras de fer entre les deux camps, qui a parfois conduit à des manifestations marquées par des violences meurtrières.

Avec dépêches

 

Première publication : 29/09/2013

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Guinée : des législatives sur fond de rumeur de coup d'État

    En savoir plus

  • GUINÉE

    Nouvelle flambée de violences à Conakry à l'approche des législatives

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    "Le pays est en danger", l'appel à l'aide du ministre guinéen de la Sécurité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)