Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Travaillez, M. Macron"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La majorité des Français n'a pas de candidat au second tour"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : le correspondant de RFI, Ahmed Abba, condamné à 10 ans de prison

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Présidentielle 2017 : le soutien à Emmanuel Macron divise

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en France : la déroute des partis traditionnels

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en France : la déroute des partis traditionnels

En savoir plus

FOCUS

Kenya : quand la sécheresse entraîne la violence

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Un an après, A'salfo rend hommage à Papa Wemba

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Battre le FN ne suffit pas"

En savoir plus

Amériques

Vote du budget 2014 : le Congrès américain prolonge le blocage

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/09/2013

Alors que la paralysie budgétaire menace les États-Unis, les sénateurs ont rejeté lundi un projet de loi de finances, déjà adopté par la Chambre des représentants. Les sénateurs et les représentants ont jusqu’à lundi minuit pour se mettre d’accord.

Alors que sénateurs et représentants ont jusqu’à minuit (4h00 GMT) pour se mettre d’accord sur le budget américain 2014, le Sénat a rejeté, lundi 30 septembre, un projet de loi de finances temporaire. Un rejet qui prolonge le blocage et augmente le risque d'une paralysie gouvernementale à partir de mardi matin.

Car faute d'un accord pour sortir de l'impasse budgétaire entre les deux chambres, chacune contrôlée par un parti différent, les services fédéraux américains, considérés comme non essentiels, pourraient fermer leurs portes mardi, laissant des centaines de milliers de fonctionnaires au chômage technique.

Adopté ce week-end par la Chambre des représentants, le projet de loi en question aurait permis de financer l'État fédéral à partir de mardi matin. Mais pour les 54 sénateurs démocrates, qui disposent de la majorité, il revêt un défaut majeur : il sape la loi sur la santé de Barack Obama.

Barack Obama "absolument pas résigné"

Il s’agit donc maintenant de supprimer du texte deux amendements républicains, considérés par les démocrates comme inacceptables : l'un reporte d'un an la réforme sur la santé de Barack Obama, l'autre supprime la taxe sur les appareils médicaux, qui devait contribuer au financement de ladite réforme.

"Une paralysie de l'État aurait des effets très concrets sur l'économie," a déclaré Barack Obama dans la soirée de lundi, lors d’une conférence de presse, quelques heures après avoir annoncé qu’il n’était "absolument pas résigné". "La réforme du système de santé sera menée à bien quoi qu'il arrive," a-t-il ajouté.

Le président américain a par ailleurs annoncé qu'il parlerait aux responsables du Congrès lundi et mardi, mais a répété qu'il ne négocierait pas sous la menace d'une paralysie.

Avec dépêches
 

Première publication : 30/09/2013

  • BUDGET AMÉRICAIN

    Les États-Unis au bord de la paralysie budgétaire

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Barack Obama à l'heure des coupes budgétaires

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Impasse budgétaire au Congrès américain, l'heure des coupes a sonné

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)