Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

EUROPE

"Canoniser Jean-Paul II et Jean XXIII ensemble, un choix astucieux"

© AFP | Le pape Jean-Paul II

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 30/09/2013

Le 27 avril 2014 seront canonisés Jean XXIII et de Jean-Paul II. Le Vatican fait le choix d’associer dans la sainteté deux papes très populaires, mais pourtant différents, l’un conservateur, l’autre qui s’est vu reprocher sa modernité.

On connaît désormais la date : le 27 avril prochain, le pape François élèvera ses prédécesseurs Jean XXIII et Jean-Paul II au rang de saints. Devant les cardinaux réunis en consistoire, le pape François a confirmé lundi 30 septembre, que ces deux figures importantes de l'Église catholique, l’italien Angelo Giuseppe Roncalli, et le polonais Karol Wojtyla, qui occupèrent le siège de Saint-Pierre, respectivement entre 1978 et 2005, et entre 1962 et 1965, seront prochainement canonisés.

Tous deux étaient très populaires. Le premier était le père du grand Conseil œcuménique Vatican II, qui s’est déroulé de 1962 à 1965, une étape charnière dans l’histoire de la religion catholique, porteuse de réformes et de modernité. Et le second est resté dans les mémoires comme le globe trotter qui, infatigable, a porté la parole du Christ dans plus d’une centaine de pays, toujours bien accueilli même en terre d’Islam ou d’orthodoxie.

Deux papes canonisés en une journée

Cette cérémonie unique, qui devrait attirer des centaines de milliers de personnes, sur la place Saint-Pierre aura lieu à une date, qui n’est de surcroît pas anodine. En effet, le 27 avril marquera en 2014 la fête de la Divine miséricorde, une institution créée par le pape Polonais.

Le choix de porter sur les autels ces deux souverains pontifes en même temps n’est pas sans susciter des interrogations, sachant notamment que certains ont milité dans les arcanes du Saint-Siège, pour que la canonisation de Jean-Paul II soit prononcée seule. Pour Odon Vallet, historien des religions, on peut d’abord voir dans cette décision un souci des autorités de l’Église de "faire simple, de ne faire qu’un seul rassemblement, quand on sait que des millions de personnes sont attendues". La béatification de Jean-Paul II le 1er mai 2011 avait déjà rassemblé plus d’un million de fidèles place Saint-Pierre.

Mais selon l’historien, on peut également observer dans cette association une volonté de la part du pape François de maintenir un équilibre entre deux figures très différentes de la catholicité. "C’est un choix astucieux", relève Odon Vallet. "Jean-Paul II était plutôt conservateur en doctrine, alors que certains ont reproché à Jean XXIII d’avoir convoqué seul Vatican II", explique-t-il. "Les deux en même temps, cela passe mieux, et permet de ne pas heurter les sensibilités des uns et des autres", estime l’historien, qui rappelle qu’aujourd’hui encore, beaucoup de croyants sont gênés par certaines modernisations apportées par Vatican II.

Le pape François s’affranchit des régles

Pour ces canonisations, l’Église se montre moderne en dérogeant à certaines règles. Ainsi Jean Paul II, premier pape polonais de l'Histoire, immensément populaire, et dont les fidèles réclamaient même qu’il soit fait saint immédiatement après sa mort, sera canonisé en des temps records : neuf ans seulement après son décès. Benoît XVI avait en effet choisi de ne pas tenir compte du délai obligatoire de cinq ans pour ouvrir la cause de béatification et de canonisation de son prédécesseur, accédant à la requête des fidèles et de nombreux cardinaux.

Clin d’œil de l’histoire, Jean-Paul II avait lui-même allégé certaines règles en ramenant de trente ans à cinq ans le délai légal à observer après la mort de quelqu’un avant de pouvoir ouvrir sa cause en béatification. Il avait lui-même fait exception à la règle des cinq ans pour le cas de Mère Thérésa, dont le procès avait été ouvert deux ans seulement après sa disparition.

Deux miracles pour une canonisation

L'annonce de la date de canonisation de Jean-Paul II était attendue depuis la confirmation donnée par le pape François en juillet d'un second miracle attribuable à Jean Paul II, pape de 1978 à 2005. Selon la tradition, une personne ne peut en principe être canonisée - proclamée "sainte" par l'Eglise - que si deux miracles au moins lui sont attribués. Le premier lui permet d’être béatifié, le second d’être canonisé. En 2011, la révélation de la guérison inexplicable d'une religieuse française atteinte de la maladie de Parkinson a été considérée comme le premier miracle de Jean-Paul II. Et en 2013, la Congrégation pour les causes des Saints reconnaît comme inexplicable la guérison le jour même de la béatification du pape polonais, le 1er mai 2011, d’une femme originaire du Costa Rica atteinte d’un anévrisme, rendant ainsi possible sa canonisation.

Pour Jean XXIII, surnommé le "bon pape" un seul miracle a été reconnu, ce qui a permis sa béatification en septembre 2000. Il s’agit de la guérison inexpliquée d’une religieuse italienne, considérée comme mourante. Elle avait affirmé avoir guéri après avoir adressé ses prières au pape. Fait très rare, le pape François a décidé de laisser de côté l’exigence d’un second miracle pour Jean XXIII, qui a laissé l’image d’un pape proche des gens, simple et plein d’humour, à l’image du pape argentin actuel.

Pour Odon Vallet, ces "règles ne sont pas vouées à rester immuables". "L’Église a compris qu’aujourd’hui les gens sont pressés : on ne peut pas attendre des siècles, comme ce fut le cas pour Jeanne d’Arc par exemple, que Mère Thérésa soit canonisée", remarque-t-il. "Et puis avec les progrès de la médecine, il est devenu très difficile de prouver des miracles", relève l’historien. Ces prises de liberté avec les règles - raccourcissement des délais légaux, dispenses de second miracle - peuvent être perçues comme autant de signes de modernité, d’une église qui s’adapte à son temps.

Première publication : 30/09/2013

  • RELIGION

    Les papes Jean-Paul II et Jean XXIII bientôt canonisés

    En savoir plus

  • VATICAN

    Jean-Paul II béatifié début mai dans un délai record

    En savoir plus

  • RELIGION

    La polémique enfle sur la béatification de Pie XII, le Vatican persiste et signe

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)