Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

Amériques

Près d'un million de fonctionnaires américains en congés forcés

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2013

Depuis mardi à minuit (6 heures à Paris), le gouvernement fédéral américain a officiellement cessé ses activités, le Sénat et la Chambre des représentants ayant été incapables de s'entendre sur la question du budget. Une première depuis 1996.

Le bras de fer continue à Washington. Faute d’accord entre le Sénat, à majorité démocrate, et la Chambre des représentants, dominée par les républicains, la Maison Blanche a ordonné aux agences fédérales de cesser leurs activités, mardi 1er octobre à minuit (6 heures à Paris).

"Malheureusement, nous n'avons pas d'indication claire que le Congrès agira à temps pour que le président signe une résolution budgétaire avant la fin de la journée de demain, le 1er octobre 2013, a annoncé Sylvia M. Burwell, directrice du bureau du budget de la Maison Blanche. Les agences doivent donc exécuter leurs plans pour une cessation ordonnée de leurs activités en l'absence de budget".

Plus de 800 000 fonctionnaires fédéraux jugés non essentiels, sur un total de plus de deux millions, devaient se retrouver en congés forcés sans soldes dès mardi matin. Les effectifs des administrations se retrouveront réduits au minimum vital.

"La réforme de santé sera menée quoi qu'il arrive"

Comme à l'hiver 1995-1996, sous la présidence de Bill Clinton, le gouvernement fédéral américain est contraint de réduire ses activités au strict minimum, malgré les appels insistants de Barack Obama à voter un budget dans l’urgence. Le Sénat a rejeté, à la dernière minute, lundi 30 septembre, un projet de loi de finances temporaire proposé par les républicains. Une proposition qui revêtait un défaut majeur : il sapait - encore une fois - la loi sur la santé du président américain. Inconcevable pour les démocrates.

"La réforme du système de santé sera menée à bien quoi qu'il arrive," avait déclaré le président amércain dans la soirée de lundi, lors d’une conférence de presse, refusant de céder aux pressions des républicains. "Une paralysie de l'État aura des effets très concrets sur l'économie", avait-il également prévenu. Le chef de l'État a toutefois voulu se montrer rassurant en déclarant que les prestations sociales continueront d'être versées, le courrier distribué, et les militaires payés. "Vous et vos familles méritez mieux que le dysfonctionnement auquel nous assistons au Congrès", a-t-il lancé aux soldats dans un message vidéo.

Parcs et musées nationaux fermés

Partout dans le pays, les parcs et musées nationaux resteront fermés jusqu'à la fin du blocage au Congrès. Les fonctions régaliennes de l'État fédéral – justice, sécurité, opérations militaires extérieures – sont en revanche assurées.

Pour l’heure, chaque camp se renvoie la responsabilité de cet échec parlementaire. "C'est une honte que ces gens, élus pour représenter le pays, finissent par représenter le Tea Party et les anarchistes", a tonné Harry Reid, chef de la majorité démocrate au Sénat. "Nous en sommes là car le président et les démocrates du Sénat voulaient ce résultat depuis le début", analyse de son côté le républicain Ted Poe, sur son compte Twitter.

Avec dépêches

Première publication : 01/10/2013

  • GUÉRILLA BUDGÉTAIRE

    Les républicains votent un report de la réforme de santé d'Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Après des années de bataille législative, "Obamacare" entre en vigueur

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)