Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les oubliés de Mossoul

En savoir plus

DÉBAT

Droit d'asile en France : les enjeux de la réforme

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • À Paris, un rassemblement pro-palestinien sans heurts

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Accident d'avion à Taïwan : au moins 45 morts, dont deux Françaises

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

Amériques

Près d'un million de fonctionnaires américains en congés forcés

© AFP | La statue de la Liberté restera fermée jusqu'à la fin du blocage

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2013

Depuis mardi à minuit (6 heures à Paris), le gouvernement fédéral américain a officiellement cessé ses activités, le Sénat et la Chambre des représentants ayant été incapables de s'entendre sur la question du budget. Une première depuis 1996.

Le bras de fer continue à Washington. Faute d’accord entre le Sénat, à majorité démocrate, et la Chambre des représentants, dominée par les républicains, la Maison Blanche a ordonné aux agences fédérales de cesser leurs activités, mardi 1er octobre à minuit (6 heures à Paris).

"Malheureusement, nous n'avons pas d'indication claire que le Congrès agira à temps pour que le président signe une résolution budgétaire avant la fin de la journée de demain, le 1er octobre 2013, a annoncé Sylvia M. Burwell, directrice du bureau du budget de la Maison Blanche. Les agences doivent donc exécuter leurs plans pour une cessation ordonnée de leurs activités en l'absence de budget".

Plus de 800 000 fonctionnaires fédéraux jugés non essentiels, sur un total de plus de deux millions, devaient se retrouver en congés forcés sans soldes dès mardi matin. Les effectifs des administrations se retrouveront réduits au minimum vital.

"La réforme de santé sera menée quoi qu'il arrive"

Comme à l'hiver 1995-1996, sous la présidence de Bill Clinton, le gouvernement fédéral américain est contraint de réduire ses activités au strict minimum, malgré les appels insistants de Barack Obama à voter un budget dans l’urgence. Le Sénat a rejeté, à la dernière minute, lundi 30 septembre, un projet de loi de finances temporaire proposé par les républicains. Une proposition qui revêtait un défaut majeur : il sapait - encore une fois - la loi sur la santé du président américain. Inconcevable pour les démocrates.

"La réforme du système de santé sera menée à bien quoi qu'il arrive," avait déclaré le président amércain dans la soirée de lundi, lors d’une conférence de presse, refusant de céder aux pressions des républicains. "Une paralysie de l'État aura des effets très concrets sur l'économie", avait-il également prévenu. Le chef de l'État a toutefois voulu se montrer rassurant en déclarant que les prestations sociales continueront d'être versées, le courrier distribué, et les militaires payés. "Vous et vos familles méritez mieux que le dysfonctionnement auquel nous assistons au Congrès", a-t-il lancé aux soldats dans un message vidéo.

Parcs et musées nationaux fermés

Partout dans le pays, les parcs et musées nationaux resteront fermés jusqu'à la fin du blocage au Congrès. Les fonctions régaliennes de l'État fédéral – justice, sécurité, opérations militaires extérieures – sont en revanche assurées.

Pour l’heure, chaque camp se renvoie la responsabilité de cet échec parlementaire. "C'est une honte que ces gens, élus pour représenter le pays, finissent par représenter le Tea Party et les anarchistes", a tonné Harry Reid, chef de la majorité démocrate au Sénat. "Nous en sommes là car le président et les démocrates du Sénat voulaient ce résultat depuis le début", analyse de son côté le républicain Ted Poe, sur son compte Twitter.

Avec dépêches

Première publication : 01/10/2013

  • GUÉRILLA BUDGÉTAIRE

    Les républicains votent un report de la réforme de santé d'Obama

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Après des années de bataille législative, "Obamacare" entre en vigueur

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)