Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 03/10/2013

Reportage : les Frères musulmans asphyxiés par le pouvoir égyptien

© FRANCE 24

Le 23 septembre, un tribunal du Caire a interdit toutes activités de la confrérie des Frères musulmans et a ordonné la confiscation de ses biens. Interdite mais tolérée sous Hosni Moubarak, elle s'était enregistrée en tant qu'ONG sous Mohamed Morsi pour avoir une couverture légale. Mais tout le monde s'attendait, tôt ou tard, à cette décision, depuis la chute du président islamiste.

Arrivé au sommet du pouvoir en Égypte à la faveur de la révolution du Nil en 2011, la confrérie des Frères musulmans est aujourd'hui au plus bas. La semaine dernière, la justice a banni officiellement toutes les activités de l'organisation islamiste et ordonné la saisie de tous ses avoirs.

La décision n'a pas encore été mise en application mais c'est une nouvelle étape dans la campagne de répression menée par les autorités du pays. Depuis que l'armée a, le 3 juillet, destitué et arrêté le président Mohamed Morsi, lui-même issu de la confrérie, plus de 2 000 membres et la quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans ont été emprisonnés. Ceux qui sont en liberté sont sur le qui-vive.

"Je peux être arrêté à tout moment"

FRANCE 24 a rencontré l'un d'entre eux au Caire. Yasser al-Fakharany, responsable des médias au sein de la confrérie, continue certaines de ses activités. Recherché par les autorités, il dort rarement au même endroit. "Je ne reste pas chez moi, j'essaie de me déplacer souvent, explique-t-il. Je peux être arrêté à tout moment. D'ailleurs, j'ai même été mis en garde de ne pas faire cette interview... mais qu'importe."

Yasser al-Fakharany se sait sur écoute mais il tient à s'exprimer sur la récente décision de justice qui vise à museler la confrérie. "C'est une décision purement politique et injuste, nous ne pouvons l’accepter, indique-t-il. Les Frères musulmans ont une histoire veille de plus de 85 ans, ils sont aux côtés des Égyptiens depuis plus de 80 ans, ils font désormais partie de la société égyptienne. Donc même s’ils sont interdits ou dissous, ils continueront à travailler, rien ne les arrêtera."

Même affaiblie, la confrérie reste déterminée, et ce, alors que de nombreux observateurs estiment que l'étau va se resserrer encore davantage sur le groupe islamiste dans les prochains mois.

"Leurs bureaux sont fermés, ils n'arrivent pas à fonctionner, note Hicham Mourad, rédacteur en chef d'"Al-Ahram Hebdo". Sur le terrain leur travail est complètement désordonné et presque, non pas inexistant, mais en état de désordre total !" Et de poursuivre : "Il y aura plusieurs étapes judiciaires mais je pense qu'à la fin, l'interdiction des Frères musulmans sera prononcée".

Une confrérie de plus en plus impopulaire

Une interdiction souhaitée par une grande partie de la population qui attend leur exclusion définitive de la société égyptienne. Dans un café du centre-ville fréquenté par de nombreux activistes, certains n'hésitent plus à reprendre le vocabulaire de l'armée et qualifient les membres de la confrérie de "terroristes".

"Toutes les activités des Frères musulmans sont contre la nation et les citoyens, juge l’écrivain féministe Afaf el-Sayyed. Ils appellent à la violence et au terrorisme dans toute leurs réunions." Selon cette vétéran de la place Tahrir, la popularité de la confrérie n'a jamais été aussi basse. "Je travaille dans les quartiers et j'ai vu à quel point les gens aujourd'hui excluent les Frères, poursuit Afaf el-Sayyed. À tel point qu'ils refusent de leur vendre quoique ce soit."

Soutenue dans leur campagne de répression contre les Frères musulmans, les autorités poursuivent la mise en place de leur feuille de route dont la prochaine étape est l'écriture d'une nouvelle Constitution. L’une de ses dispositions prévoit déjà d'interdire tous partis religieux…

 

Par Sonia DRIDI

Les archives

27/07/2018 Simona FOLTYN

Si riche, si pauvre... Bassorah, l'épicentre de la contestation en Irak

Voilà trois semaines que des manifestations d'ampleur font trembler l'Irak. Ces rassemblements ont commencé dans le Sud avant de s'étendre dans le pays. Car si la province de...

En savoir plus

26/07/2018 Florence GAILLARD

Versailles, la carte maîtresse

Depuis 400 ans, le château de Versailles est une vitrine pour la France. Symbole majestueux de la monarchie absolue de Louis XIV, le château a été conçu pour impressionner et...

En savoir plus

25/07/2018 Solène FIORITI

Législatives au Pakistan : le duel entre Imran Khan et Shabaz Sharif

Mercredi 25 juillet, les Pakistanais sont allés voter, malgré l'attentat à Quetta, revendiqué par l'organisation État islamique, qui a tué plusieurs dizaines de personnes. Des...

En savoir plus

24/07/2018 Karina CHABOUR

Militantisme vegan : la tentation du coup de sang

En France, le 22 juin dernier, les bouchers-charcutiers ont demandé une protection policière pour faire face aux violences de groupes anti-viande. Selon le syndicat de la...

En savoir plus

23/07/2018 Clovis CASALI

Après 33 ans au pouvoir, le Cambodgien Hun Sen en passe d'être réélu

Le Cambodge est dirigé d'une main de fer depuis 33 ans par le Premier ministre Hun Sen. Dimanche, les électeurs se rendront aux urnes et il ne fait aucun doute qu'il sera réélu....

En savoir plus