Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Afrique

La Guinée, sous tension, attend les résultats des législatives

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2013

Les résultats des élections législatives guinéennes du 28 septembre n'ont toujours pas été rendus publics. Réunis dans la capitale Conakry, où la tension monte, les chefs de l'opposition dénoncent des manipulations.

La tension monte en Guinée, où les résultats des élections législatives du 28 septembre se font toujours attendre. Les chefs des partis d’opposition, qui se sont réunis lundi 30 septembre en fin de journée, dénoncent une manipulation des résultats par le pouvoir d’Alpha Condé.

"L'opposition n'acceptera pas les résultats d'un tripatouillage électoral tel que nous sommes en train de le vivre. Si aucune correction n'est apportée, nous dénoncerons ce processus et déciderons des actions à mener", a affirmé à la presse l'ancien Premier ministre Sidya Touré, en présence des principaux chefs de l'opposition dont les anciens Premiers ministres Cellou Dalein Diallo, Lansana Kouyaté et Jean Marie-Doré.

L’opposition a accusé le pouvoir d’avoir "organisé des votes multiples sous la botte de l’armée en Guinée forestière [dans le sud du pays, NDLR]" et d’avoir mis en place des "commissions parallèles" de recensement des voix à Kankan, dans l’est, et à Siguiri, dans le nord-est.

"C'est la période la plus critique, plus ça dure, plus c'est inquiétant", estime Mamadou Aliou Barry, président de l'Observatoire national de la démocratie et des droits de l'Homme. "Même s'il n'y a pas de tripatouillage, le parti qui va perdre va dire que c'est parce qu'on aura triché".

Violences à la fin de la campagne

Des procès-verbaux (PV) de bureaux de vote ont été reçus lundi matin à la Commission électorale indépendante (Céni) où les résultats demeurent en cours de "centralisation". La Céni a répété à plusieurs reprises qu'elle n'avait encore publié aucun résultat depuis samedi, mais la diffusion de chiffres non officiels a provoqué à Conakry des manifestations de militants du pouvoir et de l'opposition.

"Le décompte se fait avec un système manuel. C'est un travail qui prend du temps, en particulier dans les endroits où il y a beaucoup d'électeurs comme les cinq communes de Conakry", a expliqué à l'AFP Vincent Foucher, analyste pour International Crisis Group (ICG).

Si le scrutin s’est déroulé sans incident majeur dans le pays, la fin de la campagne électorale a en revanche été marquée par des violences au cours desquelles au moins une personne a été tuée et 70 autres blessées.

Le scrutin du 28 septembre, initialement prévu le 24 septembre, a, depuis trois ans, été plusieurs fois reporté à cause de divergences entre le pouvoir et l'opposition au sujet de son organisation.

Avec dépêches

 

Première publication : 01/10/2013

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    La Guinée dans l'attente des résultats des législatives

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Forte participation aux législatives guinéennes

    En savoir plus

  • ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

    Guinée : des législatives sur fond de rumeur de coup d'État

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)