Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • L'Afrique à Paris !

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

Moyen-orient

Israël prêt à agir "seul" contre Téhéran

© AFP

Vidéo par Clovis CASALI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2013

Une semaine après le discours du président Rohani à l'ONU, le Premier ministre israélien a dénoncé, à la même tribune, le "vrai visage" de Téhéran affirmant qu'Israël était prêt à agir seul pour empêcher le régime de se doter de l'arme nucléaire.

Dans un discours attendu à la tribune de l'ONU, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a affirmé, mardi 1er octobre, que son pays ne laissera jamais l'Iran acquérir l'arme nucléaire et était prêt à agir "seul" pour l'en empêcher.

"Israël ne laissera pas l'Iran obtenir des armes nucléaires. Si Israël est obligé d'agir seul, il agira seul", a-t-il martelé. L'Iran n'a pas encore franchi la ligne rouge mais est prêt à "accélérer" quand il le voudra, a-t-il ajouté.

"Un loup déguisé en agneau"

Le Premier ministre israélien a poursuivi son effort pour dévoiler le "vrai visage" du régime de Téhéran. 

"Hassan Rohani est un loup déguisé en agneau", a déclaré Benjamin Netanyahou à propos du président iranien, ajoutant qu’il "aimerait [le] croire mais ne peux pas". Moins d’une semaine avant , Hassan Rohani assurait à la même tribune que son pays ne représentait "absolument pas une menace pour le monde ou pour sa région".

Seules des "sanctions sévères" ainsi qu’une "menace militaire crédible" sont susceptibles de mettre un terme au programme nucléaire iranien, a martelé le Premier ministre israélien alertant qu'"un Iran nucléaire est dangereux comme "50 Corée du Nord". 
 
Percée diplomatique de Rohani
 
Arrivé dimanche 29 septembre à New York, Benjamin Netanyahou a tenu son discours moins d'une semaine après le président iranien qui avait alors opéré une véritable percée diplomatique.
             
Le président américain s'était dit prêt la semaine dernière à l'ONU à donner une chance à la diplomatie pour tenter de résoudre le dossier nucléaire iranien. "Américains et Israéliens sont en grande partie sur la même longueur d’onde, mais là où il y a désaccord entre les deux, c’est qu’Israël souhaite un démantèlement total du programme nucléaire iranien, même civil, alors que les États-Unis reconnaissent à l’Iran le droit d'avoir un programme nucléaire civil", explique Gauthier Rybinsky, spécialiste international à France 24.

Lundi, Barack Obama a toutefois affirmé au Premier ministre israélien qu'il recevait à la Maison-Blanche qu'en cas d'échec des négociations, les États-Unis ne renonceraient "à aucune possibilité, dont l'option militaire."
             
"C'est grâce aux sanctions sans précédent que nous avons réussi à mettre en place ces dernières années que les Iraniens semblent désormais prêts à négocier", a-t-il ajouté.
             
M. Obama avait appelé vendredi le président iranien Hassan Rohani, notamment pour évoquer la question nucléaire, un geste sans précédent alors que les deux pays n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1980.

Avec dépêches

 

Première publication : 01/10/2013

  • ÉTATS-UNIS - IRAN

    Obama-Rohani : un entretien téléphonique historique

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Iran : Rohani demande aux Occidentaux de lui faire confiance

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    L'opération séduction d'Hassan Rohani irrite Israël

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)