Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

"Le dialogue judéo-musulman n'est pas organisé au niveau national"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : fin des audiences de la CDVR

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts de la Fashion Week à Paris

En savoir plus

FOCUS

Italie : le phénomène Renzi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

  • Feu vert du Parlement turc pour une intervention militaire contre l'EI

    En savoir plus

  • Pour l’Union européenne, les militaires français doivent pouvoir se syndiquer

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : quinze personnes visées par des poursuites judiciaires

    En savoir plus

  • Le Dalaï-lama privé de visa : le sommet des Nobel de la paix du Cap annulé

    En savoir plus

  • Google rattrapé par le scandale des photos volées de stars nues

    En savoir plus

  • Bourse de Tokyo : un trader fait une bourde à 617 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Mondial-2015 : des footballeuses partent en guerre contre la Fifa

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • "Le dialogue judéo-musulman n'est pas organisé au niveau national"

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

FRANCE

France : les poilus fusillés "pour l’exemple" bientôt réhabilités ?

© Archives AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2013

Près de cent ans après la Première Guerre mondiale, un rapport d'historiens, remis mardi au ministre des Anciens combattants, Kader Arif, plaide pour la réhabilitation dans la mémoire nationale des soldats français fusillés "pour l'exemple".

Pour avoir refusé d’obéir aux ordres d’un officier, certains soldats français de la guerre 1914-18 ont été fusillés "pour l’exemple". Un rapport d'historiens remis, mardi 1er octobre, au ministre des Anciens combattants, Kader Arif, préconise des pistes pour réhabiliter ces soldats français dans la mémoire nationale.

Le rapport ne pose pas la question des victimes d'injustices avérées, "mais celle de fusillés en quelque sorte ’ordinaires’. Pas nécessairement des mutins, ni des fusillés ‘pour l'exemple’, mais des soldats qui "ont eu un jour un moment de faiblesse ou de ras-le-bol".

Un effet "dissuasif"

Le rapport relate quelques cas poignants, comme celui de ces quatre soldats condamnés à mort et exécutés, en 1915, pour avoir refusé de repasser à l'attaque, alors qu'ils venaient de s'épuiser dans de vains assauts. "La plupart étaient de bons soldats qui ne méritaient pas la mort".

"Aujourd'hui, on compte autour de 600 à 650 fusillés pour des faits relevant de la désobéissance militaire et, en comptant les crimes de droit commun et l'espionnage, 740 environ au total", recense ce rapport issu du groupe de travail animé par le président du Conseil scientifique de la Mission du centenaire, Antoine Prost.

"Les exécutions devaient exercer un effet dissuasif sur la troupe. [...] Elles devaient servir d'’exemple’, ce qui ne veut pas dire que les soldats exécutés étaient innocents, mais signifie que leur jugement visait aussi à éviter d'autres désobéissances d'autant que l'exécution se faisait devant la troupe", expliquent les auteurs du rapport.

La société prête à les réhabiliter

Près de 100 ans après le début du premier conflit mondial, "un large consensus existe dans notre société pour estimer que la plupart n'étaient pas des lâches" mais de "bons soldats, qui avaient fait leur devoir et ne méritaient pas la mort", souligne le rapport.

"Nos contemporains, insiste-t-il, de droite comme de gauche, n'ont plus l'intransigeance d'antan ; beaucoup sont plus sensibles aux conditions épouvantables [des poilus], ils comprennent que certains aient un jour ou l'autre ‘craqué’, sans être des lâches pour autant."

Déclaration solennelle et travail pédagogique

Régulièrement, des hommes politiques ont plaidé la cause de ces soldats privés des honneurs de la République. En 1998, Lionel Jospin, alors Premier ministre, appelait à Craonne (Aisne) à ce que ces soldats "plongés dans un désespoir sans fond [qui] refusèrent d'être des sacrifiés", réintègrent "notre mémoire collective nationale". Plus récemment, Nicolas Sarkozy défendait lui aussi la mémoire de bien des "fusillés pour l'exemple".

Les auteurs du rapport préconisent une troisième solution : "une déclaration solennelle éventuellement renforcée d'un projet pédagogique". Cette déclaration affirmerait "de façon très forte que beaucoup de fusillés, mais non pas tous, l'ont été dans des conditions précipitées, parfois arbitraires".

Avec dépêches

Première publication : 01/10/2013

  • INTERNET

    Un poilu raconte son quotidien lors de la guerre 14-18 sur... Facebook

    En savoir plus

  • FRANCE

    11-Novembre : Hollande rend hommage à "tous les morts pour la France"

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Le dernier combattant de la Première Guerre mondiale a rendu l'âme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)