Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

FRANCE

France : les poilus fusillés "pour l’exemple" bientôt réhabilités ?

© Archives AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/10/2013

Près de cent ans après la Première Guerre mondiale, un rapport d'historiens, remis mardi au ministre des Anciens combattants, Kader Arif, plaide pour la réhabilitation dans la mémoire nationale des soldats français fusillés "pour l'exemple".

Pour avoir refusé d’obéir aux ordres d’un officier, certains soldats français de la guerre 1914-18 ont été fusillés "pour l’exemple". Un rapport d'historiens remis, mardi 1er octobre, au ministre des Anciens combattants, Kader Arif, préconise des pistes pour réhabiliter ces soldats français dans la mémoire nationale.

Le rapport ne pose pas la question des victimes d'injustices avérées, "mais celle de fusillés en quelque sorte ’ordinaires’. Pas nécessairement des mutins, ni des fusillés ‘pour l'exemple’, mais des soldats qui "ont eu un jour un moment de faiblesse ou de ras-le-bol".

Un effet "dissuasif"

Le rapport relate quelques cas poignants, comme celui de ces quatre soldats condamnés à mort et exécutés, en 1915, pour avoir refusé de repasser à l'attaque, alors qu'ils venaient de s'épuiser dans de vains assauts. "La plupart étaient de bons soldats qui ne méritaient pas la mort".

"Aujourd'hui, on compte autour de 600 à 650 fusillés pour des faits relevant de la désobéissance militaire et, en comptant les crimes de droit commun et l'espionnage, 740 environ au total", recense ce rapport issu du groupe de travail animé par le président du Conseil scientifique de la Mission du centenaire, Antoine Prost.

"Les exécutions devaient exercer un effet dissuasif sur la troupe. [...] Elles devaient servir d'’exemple’, ce qui ne veut pas dire que les soldats exécutés étaient innocents, mais signifie que leur jugement visait aussi à éviter d'autres désobéissances d'autant que l'exécution se faisait devant la troupe", expliquent les auteurs du rapport.

La société prête à les réhabiliter

Près de 100 ans après le début du premier conflit mondial, "un large consensus existe dans notre société pour estimer que la plupart n'étaient pas des lâches" mais de "bons soldats, qui avaient fait leur devoir et ne méritaient pas la mort", souligne le rapport.

"Nos contemporains, insiste-t-il, de droite comme de gauche, n'ont plus l'intransigeance d'antan ; beaucoup sont plus sensibles aux conditions épouvantables [des poilus], ils comprennent que certains aient un jour ou l'autre ‘craqué’, sans être des lâches pour autant."

Déclaration solennelle et travail pédagogique

Régulièrement, des hommes politiques ont plaidé la cause de ces soldats privés des honneurs de la République. En 1998, Lionel Jospin, alors Premier ministre, appelait à Craonne (Aisne) à ce que ces soldats "plongés dans un désespoir sans fond [qui] refusèrent d'être des sacrifiés", réintègrent "notre mémoire collective nationale". Plus récemment, Nicolas Sarkozy défendait lui aussi la mémoire de bien des "fusillés pour l'exemple".

Les auteurs du rapport préconisent une troisième solution : "une déclaration solennelle éventuellement renforcée d'un projet pédagogique". Cette déclaration affirmerait "de façon très forte que beaucoup de fusillés, mais non pas tous, l'ont été dans des conditions précipitées, parfois arbitraires".

Avec dépêches

Première publication : 01/10/2013

  • INTERNET

    Un poilu raconte son quotidien lors de la guerre 14-18 sur... Facebook

    En savoir plus

  • FRANCE

    11-Novembre : Hollande rend hommage à "tous les morts pour la France"

    En savoir plus

  • AUSTRALIE

    Le dernier combattant de la Première Guerre mondiale a rendu l'âme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)