Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Todd Shepard, spécialiste de l'Algérie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Ligue des Champions : deux clubs madrilènes en lice

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'Afrique du sud, 20 ans après les premières élections démocratiques

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Peintures millénaires tagués en Libye et les États-Unis à tous prix pour les ados latinos

En savoir plus

PROFILS

Justine Dupont, surfeuse

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Génocide rwandais : le défi de la réconciliation

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

PSA à la conquête de la Chine

En savoir plus

  • Mort d'ouvriers au Qatar : "Pas à cause du football", selon la Fifa

    En savoir plus

  • Didier François témoigne : "J'ai subi des simulacres d'exécutions"

    En savoir plus

  • Fusillade de Sloviansk : l’identité des assaillants, enjeu entre Moscou et Kiev

    En savoir plus

  • Vidéos : retour sur la vie de Hurricane Carter, symbole des méfaits du racisme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : la présidente incrimine l’équipage du ferry naufragé

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : Abdullah et Ghani se dirigent vers un second tour

    En savoir plus

  • Paris s'inquiète du sort de l'otage français Gilberto Rodriguez Leal au Mali

    En savoir plus

  • Sécurité maximale et participation record au marathon de Boston

    En savoir plus

  • Sissi et Sabahi, seuls candidats à l’élection présidentielle en Égypte

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

Amériques

"Yankees go home !" : le président Maduro expulse des diplomates américains

© Archives AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2013

Le président vénézuélien a ordonné l'expulsion de trois diplomates américains accusés de sabotage économique dans le pays. Caracas dénonce régulièrement la responsabilité des États-Unis dans les coupures d’électricité que connaît le pays.

Ils ont 48 heures pour quitter le pays. Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a annoncé, lundi 30 septembre, l’expulsion de trois diplomates américains, dont la chargée d’affaires des États-Unis au Venezuela, Kelly Keiderling, qu’il a accusés d’encourager "des actes de sabotage" dans le pays.

Dans une allocution télévisée, Nicolas Maduro a déclaré que les trois diplomates étaient surveillés depuis des mois. "Nous avons repéré un groupe de responsables de l’ambassade des États-Unis qui se consacraient à des rencontres avec l’extrême droite et au financement et à l’encouragement d’actes de sabotage contre le système électrique et l’économie", a-t-il déclaré.

"J’ai la preuve, là, entre mes mains", a-t-il ajouté en lançant : "Yankees go home ! Sortez du Venezuela ! Sortez d’ici ! Je me fiche des actions du gouvernement de Barack Obama."

"Fausses alertes"

Selon le site internet de l’ambassade des États-Unis, Kelly Keiderling avait été nommée à Caracas en juillet 2011 en tant que chef de mission adjointe et elle exerçait temporairement la fonction de chargé d’affaires.

Réagissant à ces expulsions, le chef de l’opposition Henrique Capriles a déclaré que personne ne croyait aux "fausses alertes" lancées par la présidence. "Ce n’est que de la fumée pour cacher le fait qu’ils ne savent pas diriger le pays", a expliqué le candidat malheureux de la présidentielle organisée en avril pour désigner le successeur du président Hugo Chavez.

Il y a six mois, Nicolas Maduro avait expulsé deux attachés militaires américains peu avant d’annoncer la mort de l’ancien président. Il avait également laissé entendre que la mort de son mentor pouvait avoir été causée par ses ennemis, dont les États-Unis, une accusation qualifiée d’absurde par Washington.

Nicolas Maduro dénonce régulièrement la "guerre économique" des États-Unis, à l’origine, selon lui, des pénuries et des coupures d’électricité que connaît le pays.

Avec dépêches

Première publication : 01/10/2013

  • ÉNERGIE

    Venezuela : panne d’électricité géante à Caracas et dans plusieurs régions

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Nicolas Maduro accuse l'ancien président colombien Uribe de vouloir l'assassiner

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Bagarre au Parlement vénézuélien entre chavistes et députés de l'opposition

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)