Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Burundi, le leader de l'opposition, qui avait appelé au boycott, élu vice-président de l'assemblée

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Calais: la porte mortelle vers "l'Eldorado"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Faut-il copier la Silicon Valley ?

En savoir plus

FOCUS

Au Bangladesh, les assassinats de libres-penseurs se multiplient

En savoir plus

L'ENTRETIEN

François Morin : "28 banques ont la capacité de déstabiliser le système monétaire et financier mondial"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Gaza, Baalbeck, Tombouctou... La résistance par l’art

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : nouvelle controverse sur le port d'armes, après plusieurs tueries

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

#CecilTheLion : le chasseur devient la proie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

EDF va prendre le contrôle des réacteurs nucléaires d’Areva

En savoir plus

Amériques

"Yankees go home !" : le président Maduro expulse des diplomates américains

© Archives AFP | Nicoals Maduro, président du Venezuela.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/10/2013

Le président vénézuélien a ordonné l'expulsion de trois diplomates américains accusés de sabotage économique dans le pays. Caracas dénonce régulièrement la responsabilité des États-Unis dans les coupures d’électricité que connaît le pays.

Ils ont 48 heures pour quitter le pays. Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a annoncé, lundi 30 septembre, l’expulsion de trois diplomates américains, dont la chargée d’affaires des États-Unis au Venezuela, Kelly Keiderling, qu’il a accusés d’encourager "des actes de sabotage" dans le pays.

Dans une allocution télévisée, Nicolas Maduro a déclaré que les trois diplomates étaient surveillés depuis des mois. "Nous avons repéré un groupe de responsables de l’ambassade des États-Unis qui se consacraient à des rencontres avec l’extrême droite et au financement et à l’encouragement d’actes de sabotage contre le système électrique et l’économie", a-t-il déclaré.

"J’ai la preuve, là, entre mes mains", a-t-il ajouté en lançant : "Yankees go home ! Sortez du Venezuela ! Sortez d’ici ! Je me fiche des actions du gouvernement de Barack Obama."

"Fausses alertes"

Selon le site internet de l’ambassade des États-Unis, Kelly Keiderling avait été nommée à Caracas en juillet 2011 en tant que chef de mission adjointe et elle exerçait temporairement la fonction de chargé d’affaires.

Réagissant à ces expulsions, le chef de l’opposition Henrique Capriles a déclaré que personne ne croyait aux "fausses alertes" lancées par la présidence. "Ce n’est que de la fumée pour cacher le fait qu’ils ne savent pas diriger le pays", a expliqué le candidat malheureux de la présidentielle organisée en avril pour désigner le successeur du président Hugo Chavez.

Il y a six mois, Nicolas Maduro avait expulsé deux attachés militaires américains peu avant d’annoncer la mort de l’ancien président. Il avait également laissé entendre que la mort de son mentor pouvait avoir été causée par ses ennemis, dont les États-Unis, une accusation qualifiée d’absurde par Washington.

Nicolas Maduro dénonce régulièrement la "guerre économique" des États-Unis, à l’origine, selon lui, des pénuries et des coupures d’électricité que connaît le pays.

Avec dépêches

Première publication : 01/10/2013

  • ÉNERGIE

    Venezuela : panne d’électricité géante à Caracas et dans plusieurs régions

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Nicolas Maduro accuse l'ancien président colombien Uribe de vouloir l'assassiner

    En savoir plus

  • VENEZUELA

    Bagarre au Parlement vénézuélien entre chavistes et députés de l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)