Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Economie

Le gendarme des télécoms dégomme la nouvelle offre très haut débit de Free

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 02/10/2013

L’Arcep souligne que les promesses de l’opérateur Free d’offrir les débits les plus rapides d’Europe s’apparente à de la publicité mensongère. Une prise de position inédite pour le gendarme des télécoms français.

Au débit ultra-rapide proposé par Free, l’Arcep a riposté avec une critique tout aussi ultra-rapide. L’Autorité française de régulation des télécoms a reproché, mardi 1er octobre, à la dernière campagne de promotion de l’Internet très haut débit de Free, démarrée le même jour, d’induire “en erreur les utilisateurs”. En clair, l’Arcep trouve que le fournisseur d’accès à Internet (FAI) français flirte dangereusement avec la publicité mensongère.

C’est la première fois que l’Autorité dégaine aussi vite pour critiquer l’offre d’un FAI. Et l’Arcep n’y va pas avec le dos de la cuillère : les promesses de Free sont “purement théoriques” et ont un “caractère partiel”. Contacté par FRANCE 24, Free refuse, pour l’heure, de commenter les remarques de l’Autorité française.

La publicité en question clame que Free ambitionne purement et simplement de révolutionner l’accès à l’Internet en offrant le débit “le plus rapide en Europe” sans changer le prix de l’abonnement. Le groupe, qui a déjà à plusieurs reprises chamboulé le paysage de l’Internet en France notamment en offrant le tarif unique pour ses abonnements et en proposant les premières box trois-en-un (Internet, téléphonie, télévision), promet un débit de 1 Gb/s pour une connexion par fibre optique. Jusqu’à présent les Orange, SFR ou Bouygues promettaient des vitesses de téléchargement de 100, 200 ou 300 Mb/s, soit jusqu’à 10 fois moins que la nouvelle offre de Free.

L’Arcep trouve la publicité un peu fort de café. “Sauf à ce que Free ait massivement investi, en août et septembre 2013, dans l'amélioration de ses capacités d'interconnexion”, les utilisateurs auront bien du mal, d’après l’Autorité, à profiter de ces débits mirobolants. L’Arcep rappelle en effet que le service dont bénéficient les “freenautes” dépend “de l’ensemble de l’infrastructure” mise en place par le FAI. Une manière de dire qu’il n’y a pas que le réseau - les câbles - qui compte pour les utilisateurs mais aussi les “interconnexions” : “Il s’agit des accords entre les opérateurs et les fournisseurs de contenus comme Google”, explique Antoine Autier, chargé de mission sur les questions relatives aux nouvelles technologies pour l’UFC-Que Choisir. Les uns et les autres ont parfois du mal à trouver un terrain d'entente ce qui peut se traduire par des ralentissements de l'accès internet à certains services (comme dans le cas de la guerre Free vs YouTube)

“Fin de la récréation”

L'Arcep s'élève aussi contre une autre promesse de Free : fournir des débits de 100 Mb/s en VDSL2 (une technologie qui améliore les capacités de l’ADSL). L’Autorité souligne que l'opérateur s’appuie sur des “tests en laboratoire” et s’étonne que Free n’a pas plutôt “communiqué sur les résultats obtenus lors des pré-déploiements grandeur nature [de cette technologie] en Dordogne et en Gironde”.

La rapidité et la virulence de la réponse de l’Arcep peut étonner. “Généralement, l’Arcep se montre plus réticente à pointer du doigt, et nominativement, les pratiques commerciales des opérateurs”, reconnaît Antoine Autier.

Mais en ce moment, ces questions sont très sensibles. Avec l’arrivée de la 4G (le très haut débit mobile), Orange, SFR et Bouygues se présentent tous comme les rois de la rapidité. Free, qui n’offre pas encore de 4G, ne voulait pas être en reste. “L’annonce [de Free] n'est pas tombée par hasard le jour du lancement du réseau 4G de son concurrent Bouygues Télécom”, estime le site d’information économique La Tribune. “Il fallait signer la fin de la récréation”, note au site un proche du dossier. Free aurait donc été la goutte qui a fait déborder le vase publicitaire.

Reste que Free n’a pas grand-chose à craindre de la réaction de l’Arcep… à part un tollé médiatique. Le gendarme des télécoms a, en effet, été privé du pouvoir de sanction que lui conférait la loi par une décision du Conseil constitutionnel en juillet 2013.

Première publication : 02/10/2013

  • FRANCE

    Fleur Pellerin va tenter de mettre un terme à la croisade anti-pub de Free

    En savoir plus

  • INTERNET

    Mauvaise pub pour Free qui s'en prend aux annonces sur le Net

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Free : après la guerre des prix, la guerre des emplois

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)